Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL ?

Vos états d'âme, vos coups de gueule, vos révélations...
Avatar du membre
Duendecilla
Biscotte
Biscotte
Messages : 354
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : Définitivement Bi
Localisation : Pas très loin d'Oscar Wilde...
Âge : 40

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Duendecilla » 5 années plus tôt

Bon, je rentre dans tous les mentions données. :fou:

Mon diagnostic s'est fait petit à petit. C'est qu'en un psy (que consultait ma fille) m'a fait comprendre que j'étais une zébrette (HP) que j'ai commencé à m'intéressé à la question. Enfin je me retrouvais dans un profil mais je ne comprenais pas pourquoi je n'avais pas pu développer ce potentiel plus(enfin d'autres disent que si mais pour moi c'est proche du zéro). Puis en discutant avec des collègues dans le soin, avec des psy, en travaillant avec des personnes autistes et "surdoués", je me suis rendue compte que mes troubles existaient réellement, c'était pas juste moi qui était "bordélique, inconstante..." j'en passe et des meilleurs.

Depuis que je sais que je suis atteinte de TDA ma vie ne s'est pas amélioré mais petit à petit j'avance, j'essaie de mettre en place des choses qui m'aide à mieux vivre (listes, thérapie en sophro, une chose à la fois etc.).
Par contre, pour moi il n'y a rien à voir entre le TDA "classique" et la bipolarité, qui est une psychose.
Avatar du membre
Titsouribi
Bioéthique
Bioéthique
Messages : 4061
Enregistré le : 9 années plus tôt
Orientation sexuelle : Bi et bi ;)
Localisation : Montréal
Genre :
Âge : 34

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Titsouribi » 5 années plus tôt

kawua2003 a écrit :@Kitty: ah mais bien sûr, je ne crois pas d'ailleurs que ce soit un objectif d'avoir telle ou telle "trouble". Après, j'étais juste un peu interloqué par ta phrase disant que les bipolaires étaient une mode alors que les TDAH ont aussi été une mode. Les bipolaires ont aussi des phases hautes et basses et il y a différents types, ça existe. J'ai regardé la description de TDAH complète et il n'y a aucune erreur possible entre les deux TDAH et bipolarité. Mais certains parlent de bipolarité créatrice. Il y a une énergie débordante en "up" (ou manie-hypomanie) et cette énergie peut être utilisée pour créer.

Voila, il y a une mode aux USA de traiter n'importe quelle personne qui change d'humeur c'est complètement con, mais cette différence de pôles entre haut et bas surtout en énergie, crois moi, çà existe. :) Et je souhaite à personne d'être bipolaire ni TDAH, je souhaite juste à chacun de s'accepter comme il est et de profiter un maximum des atouts qu'il a.


Je ne voudrais pas heurter les sentiments de qui que ce soit sur le forum et le débat est intéressant pour moi compte tenu de mon travail mais ... mon petit grain de sel, qui rejoint les avis exprimés dernièrement.

Il n'y a aucun à priori du point de vue neurobiologique aucun rapport entre TDHA et troubles bipolaires ... même si certains éléments déclencheurs et synptomes de crises sont similaires. Ne pas confondre les facteurs de déclenchement environnementaux (par exemple le stress) avec l'étiologie de la maladie (l'origine génétique, physiologique ...).
La bipolarité est une maladie psychiatrique, avec une étiologie encore mal comprise mais qui comporte très probablement une forte composante génétique, traduite par un phénotype délétère suite à l'exposition à des facteurs déclenchant dans une certaine fenêtre temporelle du développement du cerveau à l'adolescence (stress intense, usage de drogues hyperstimulantes ... ). Les troubles de déficits d'attention sont déjà un peu mieux compris, avec tout ce qu'on sait du rôle de la dopamine dans le cortex limbique ... etc.

Je sais qu'il est très à la mode effectivement de parler de "bipolarité" pour une personne qui connait des phases hautes et basses dans sa vie, des changements d'humeur ou d'avis fréquents ... etc, (y compris dans le corps psychiatrique) mais la bipolarité c'est bien plus que cela ...
Cela nécessite une médication, et les phases hautes peuvent aller jusqu'à la perte totale de contact avec la réalité tandis que les phases basses se traduisent malheureusement souvent par des pensées et des comportements suicidaires. C'est très handicapant au quotidien, mais cela se soigne relativement bien pour une large partie de la population. Quand la personne suit correctement sa médication, les choses sont souvent relativement bien sous contrôle. Le problème survient quand la personne pense qu'elle peut fonctionner - voire qu'elle fonctionne mieux - sans sa médication.
J'en sais quelque chose, c'est 1- l'un de mes sujets d'études 2- ce qui a conduit mon meilleur ami à la mort.

Il peut y avoir des similitudes biensur pour les phases intenses que ressentent certaines personnes TDAH avec les phases maniaques et hypomaniaques, mais cela n'a probablement pas les mêmes causes ni les mêmes mécanismes physiologiques et neurologiques sous-jacents.
D'une part les troubles bipolaires et les troubles TDAH n'ont pas les mêmes ages de prévalence (on ne diagnostique pas ou très rarement sauf cas grave d'enfant bipolaire) et d'autre part ils n'évoluent pas du tout pareil dans le temps, puisque peu d'enfants avec des troubles de l'attention le resteront à l'age adulte tandis que la bipolarité, à l'heure actuelle, ne se guérit pas.

La médication destinée à traiter les troubles de l'attention est essentiellement "psychostimulante". Donnez des psychostimulants en permanence à un bipolaire et vous pourriez lui occasionner de sacrés dégâts ...

Le fait est qu'encore aujourd'hui, ces différents troubles sont très mal dépistés et caractérisés par les psychiatres eux-mêmes, surtout les plus "vieux", car finalement la connaissance de ces troubles et de leur possibles origines neurophysiologiques n'est que très récente (on parle d'une 10-15aine d'année là ...).
On peut parler de méfiance voire de défiance entre la psychiatrique traditionnelle et historique et les récentes découvertes produites par les neuroscientifiques (oui je prêche pour ma paroisse mais regardez ce qui s'est passé à propos de l'autisme ...). Ces deux mondes ont malheureusement encore tendance à s'ignorer.

Il y a effectivement un mouvement inquiétant en amérique du nord qui consiste à mettre tous les gamins un peu trop agités, créatifs et difficiles à encadrer sous médication pour les troubles de l'attention alors que ça peut parfois leur porter d'énormes préjudices ...

Attention donc à bien faire une distinction entre ces deux types de condition.

Autre "warning" : on trouve de tout sur le net, y compris des sites peu recommandables qui sous couvert de vous apporter des informations cherchent en fait à vous attirer dans de couteuses thérapies à distance (achetez notre livre) voire pire (sectes).
Le meilleur moyen de se renseigner reste encore de multiplier les sources (pas seulement électroniques), de lire, d'aller à des conférences, de rencontrer des médecins ... etc.
C'est pas évident je vous l'accorde mais si le sujet vous intéresse vraiment ça en vaut la peine.
"There are no short cuts to any place worth going"
Avatar du membre
Kitty
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 197
Enregistré le : 5 années plus tôt
Orientation sexuelle : bisexuelle tendance hetero
Âge : 48

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Kitty » 5 années plus tôt

oui, ce que tu dis est juste, car le tdah a cela de particulier qu'il ne se fait pas ressentir en permanence, mais par périodes avec des pointes et des "accalmies", hors les périodes de calme sont aussi suivies de stress pour des raisons hormonales ou neurochimiques je ne sais pas, du coup il est facile de faire la confusion avec la bipolarité, oui.

une personne avec qui j'étais en relation avait conseillé l'utilisation des fleurs de Bach, une essence naturelle de fleurs que l'on trouve sous forme de flacons en pharmacie. J'ai essayé et je dirai que les effets sont efficaces à 50% pour faire déstresser, on en prend quelques gouttes deux fois par jour et on se sent mieux durant les périodes de crise, mais malheureusement, les fleurs de Bach ne peuvent EVITER les crises, juste les traiter.
Avatar du membre
Coeurpourpre
Biscotte
Biscotte
Messages : 312
Enregistré le : 6 années plus tôt
Orientation sexuelle : Bisexuelle - Polyamoureuse
Localisation : Paris
Âge : 32
Contact :

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Coeurpourpre » 5 années plus tôt

Je pense alors avoir les symptômes de TDA...
Je pense aussi avoir des phases de maniaqueries, mais plutôt des TOC... mais comparativement a mon ex, ça se traduisait pas pareil, elle c'était... tout le temps! :D Moi, ça va vraiment être par phase! Je dis ça car parfois je vais être nerveuse, stressée, et je vais avoir besoin que tout soit bien aligner par exemple, ou que chaque chose doit être bien ranger à sa place! Mais je peux être aussi très bordélique et m'en foutre royalement!
Mon ex, c'était différent dans le sens où il fallait que ce soit propre en permanence, ranger dès qu'on a fini de faire quelque chose, comme des rituels pour se sentir mieux en harmonie avec ce qui nous entoure! Sinon elle se mettait a stresser direct...

Je vais dire ce que je prends, si ça peut donner conseil à plusieurs ici tant mieux...

Lorsque je me mets à stresser à l'extérieur, des granules gelsenium 15 Ch, par 5, sous la langue... ou bien euphytose (c'est aromatique, je préfère et c'est pas mal!)
Mon psy et médecin me prescrivent du stresam pour les crises de panique et angoisses légères (ça peut arriver en journée, n'importe quand, des fois pour un rien, ça peut être en lien avec mon hypersensibilité, mes hormones, etc) et pour les fortes crises, c'est atarax, et alprazolam, surtout pour les crises de stress et nervosité en pleine nuit qui se transforment en crise d'insomnie! (La peur qui me tiraille le ventre, les envies suicidaires, etc... donc plus rarement, j'évite d'en prendre au maximum car je n'ai pas envie de me retrouver justement comme mon ex a être dépendante des médocs!)

Je connais les fleurs de bach, moi ça me fait pas grand chose non plus, mais bon, ça peut être quand même un bon compromis!


Mon ex avait été diagnostiqué d'enfant hyperactive lorsqu'elle était petite, elle a toujours eu un tempérament compliquer et très vive, pour tout ce qu'elle fait, elle se repose rarement, même quand elle est fatiguée! Oui c'est un vrai bulldozer ou une boule de feu! :D

Elle a toujours été sous médocs, et effectivement, elle avait arrêter d'en prendre lors de notre rencontre, car ça avait l'air d'aller mieux, mais la chute a été très rude derrière! Il y a des phases où elle va plonger dans des périodes très sombres, de déprime, etc...
C'est très handicapant pour elle, car en plus, c'est quelqu'un de très fusionnelle, qui a toujours besoin de quelqu'un d'autre auprès d'elle, elle supporte pas d'être seule, mais je sais pas si c'est plus lié à son éducation qu'a sa maladie par contre^^, elle est en ce moment entrain de se rendre compte et réaliser qu'avec sa maladie, c'est pas possible et pas évident à vivre avec quelqu'un d'autre... (elle épuise tout le monde, et elle même...) Même sous médication, c'est pas forcément évident pour elle, en période de crise, son psy va augmenter les doses, et les diminuer quand elle va aller mieux, peut être que le problème vient de là, et qu'il devrait lui trouver un truc plus stable, je sais pas, mais maintenant, effectivement, ça me paraît bizarre qu'il est complètement arrêter sa médication d'un seul coup parce que le résultat derrière a été très douloureux au final au moment de notre séparation... Comme si d'un coup elle revenait a la réalité, et qu'elle voulait que tout redevienne comme avant... j'ai quand même eu le droit à : tu as foutu en l'air mon couple, on avait jamais dit qu'on se verrait autant... que c'était juste pour coucher, t'en as rien a foutre de ce que je ressens et que je sois malade... tu fais aucune concessions, et derrière faire les yeux doux à mon copain pour qu'il reste auprès d'elle alors qu'il en pouvait plus!
Passer du tout blanc au tout noir... alors qu'elle était vraiment amoureuse c'est pas évident! Mais bon, je mets beaucoup tout ça sur le compte de la maladie au final, et c'est triste! :cry:
Son visage ne cesse de réapparaître. Et je commence à comprendre qu'une petite partie de moi ne souhaite pas la chasser de mes pensées. Une partie de moi savoure cette torture. Cette fille est entrain de me détruire. Insaisissable (T. Mafi)
Avatar du membre
LudmiA
Bijou
Bijou
Messages : 1701
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : queer
Localisation : dans une Bibliothèque, ou à Lyon
Âge : 39

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar LudmiA » 5 années plus tôt

Attention Coeurpourpre, les TOC ce n'est pas juste vouloir que tout soit propre et bien aligné. Ça c'est souvent juste une petit manie, peut-être liée à d'autres troubles, je te l'accorde. Un TOC, c'est beaucoup plus lourd et handicapant :
Le trouble obsessionnel compulsif (abrégé TOC) est un trouble anxieux caractérisé par l'apparition répétée de pensées intrusives (qui produisent une inquiétude, une appréhension ou une peur). Ces pensées dites obsessions sont associées à des compulsions observées chez ces patients qui sont réalisées pour diminuer cette anxiété. Ces compulsions sont des séries de gestes reconnus comme irrationnels par le malade mais néanmoins répétés de façon ritualisée et très envahissante, parfois jusqu'à la mise en danger de sa propre vie ou pouvant diminuer le temps disponible pour d'autres activités. Elles ne se basent pas sur des interprétations délirantes.

Les symptômes peuvent s'exprimer de façon très variable d'un patient à l'autre (incluant phobie de la saleté, lavage des mains, vérifications, obsessions sexuelles).
(...)
Le TOC est à distinguer du trouble de la personnalité obsessionnelle, aussi caractérisé par des obsessions, notamment de perfectionnisme et de désir de contrôle, et des compulsions mais dont le malade ne se plaint pas et qui n'handicape pas le sujet.
(...)
Les symptômes du trouble obsessionnel-compulsif incluent le lavage, trouble d'origine phobique qui pousse un individu à devoir nettoyer et à se laver en permanence, par peur de contamination, de souillure ou de salissure en tout genre. Il peut dans certains cas provenir d'hypocondrie ; la vérification, trouble qui consiste à vérifier plusieurs fois de suite un fait ou une action qui pourrait avoir un effet négatif. Par exemple, vérifier les robinets de gaz, les portes, la lumière plusieurs fois. Cependant, cela peut aussi concerner des choses sans conséquences telles que l'orthographe d'un texte ou le résultat d'une opération arithmétique et la phobie d'impulsion, trouble phobique des personnes ayant peur de passer à l'acte, de perdre le contrôle de soi ou de faire quelque chose contre leur gré sans s'en rendre compte. La personne lutte en permanence contre ses idées et doit s'assurer en permanence de ce qu'elle vient de faire (peur de tuer quelqu'un, d'être violent avec un individu de son entourage, du suicide et autres erreurs dommageables pour l'individu ainsi que pour son entourage).

Source Wikipédia, tout simplement (mais assez fiable pour le coup).
Dans tous les cas, puisque tu as un psy, je te conseille de parler avec lui de tout cela.
"Fear me. I've killed hundreds of Time Lords.
- "Fear me. I've killed all of them"


"Et finalement dans le langage il ne manque pas de genre. Il y en a juste 2 de trop."
~Eleventh
Avatar du membre
Coeurpourpre
Biscotte
Biscotte
Messages : 312
Enregistré le : 6 années plus tôt
Orientation sexuelle : Bisexuelle - Polyamoureuse
Localisation : Paris
Âge : 32
Contact :

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Coeurpourpre » 5 années plus tôt

Quand je dis qu'il m'arrive d'avoir des TOC lorsque je suis nerveuse et stressée, c'est bien parce que j'ai besoin d'un coup de contrôler quelque chose, que ces "rituels" justement me rassurent, etc... donc je me reconnais bien dans la définition mais peut être pas autant exagérer que ce qui est décrit...

J'en ai un peu parler a ma psy, mais elle n'a pas rebondi dessus plus que ça, et d'ailleurs j'ai beaucoup moins de crises récemment, qu'il y a quelques mois (lié aussi a mon absence sur le forum pendant plusieurs mois...), j'ai eu des gros soucis hormonaux, qui m'ont bouffer la vie, du coup j'ai été consulter, changer de gyneco, pilule, etc... là ça va quand même mieux! :) Même si il arrive parfois que je me mette a faire une crise d'hypersensibilité ou panique... donc je dirais que c'est assez faible quand même, comparer a certains ici je pense! J'ai la sensation que mes crises d'angoisses et mes peurs se sont accentuées récemment comparer a il y a quelques années... c'est beaucoup plus marquer! Peut être la vie de couple aussi qui fait que ça se développe, je sais pas...
Son visage ne cesse de réapparaître. Et je commence à comprendre qu'une petite partie de moi ne souhaite pas la chasser de mes pensées. Une partie de moi savoure cette torture. Cette fille est entrain de me détruire. Insaisissable (T. Mafi)
Avatar du membre
LudmiA
Bijou
Bijou
Messages : 1701
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : queer
Localisation : dans une Bibliothèque, ou à Lyon
Âge : 39

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar LudmiA » 5 années plus tôt

En fait, ce qui prime dans le TOC, ce n'est pas l'envie de contrôle, mais justement le contrôle que le TOC a sur soi.
D'où son caractère handicapant, envahissant. On ne peut pas s’empêcher de faire, même si c'est irrationnel, inutil, douloureux, long etc.
Je suis contente pour toi de savoir que tes symptômes de ce côté là sont moins forts.
Et courage pour le reste.
"Fear me. I've killed hundreds of Time Lords.
- "Fear me. I've killed all of them"


"Et finalement dans le langage il ne manque pas de genre. Il y en a juste 2 de trop."
~Eleventh
Avatar du membre
Coeurpourpre
Biscotte
Biscotte
Messages : 312
Enregistré le : 6 années plus tôt
Orientation sexuelle : Bisexuelle - Polyamoureuse
Localisation : Paris
Âge : 32
Contact :

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Coeurpourpre » 5 années plus tôt

Merci... :) Oui effectivement, mes TOC sont souvent inutiles... Je suis justement entrain d'essayer de me freiner... quand tu vas te coucher mais que tu te lèves en suite plusieurs fois parce que tu vois des trucs qui dépassent dans la pièce qui te gène (alors que dans la journée, ça ne te gênait absolument pas) mon copain me dit: heuuu, t'es sûr là, t'es obligé de faire ça maintenant? ça peut pas attendre? Ben là je lui réponds: si si t'as raison, mais ça me démange!!! C'est plus fort que moi! :cry:
Son visage ne cesse de réapparaître. Et je commence à comprendre qu'une petite partie de moi ne souhaite pas la chasser de mes pensées. Une partie de moi savoure cette torture. Cette fille est entrain de me détruire. Insaisissable (T. Mafi)
Avatar du membre
Duendecilla
Biscotte
Biscotte
Messages : 354
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : Définitivement Bi
Localisation : Pas très loin d'Oscar Wilde...
Âge : 40

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Duendecilla » 5 années plus tôt

Cœur pourpre, dans ce que tu dis de toi, mais je me trompe peut-être, je ne vois pas vraiment de TDA.
As-tu été diagnostiquée ou c'est juste une impression?

Pour plus de renseignements sur les "symptomes", c'est ici:
http://www.tdah-adulte.org/#diagnostic
Avatar du membre
LudmiA
Bijou
Bijou
Messages : 1701
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : queer
Localisation : dans une Bibliothèque, ou à Lyon
Âge : 39

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar LudmiA » 5 années plus tôt

Je serais encline à aller dans le sens de Duendecilla, pour les TOC également (d'autant que ton psy n'a pas relevé quand tu lui en as parlé d'après ce que tu en dis).
Si tu le souhaites, nous pouvons en discuter en MP.
Comme je l'ai écrit précédemment, je te conseille de parler avec tes médecins de tes craintes et auto-diagnostiques, ils te guideront mieux que nous.
Et dans tous les cas, je te souhaite de trouver la paix.
"Fear me. I've killed hundreds of Time Lords.
- "Fear me. I've killed all of them"


"Et finalement dans le langage il ne manque pas de genre. Il y en a juste 2 de trop."
~Eleventh
Avatar du membre
Kitty
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 197
Enregistré le : 5 années plus tôt
Orientation sexuelle : bisexuelle tendance hetero
Âge : 48

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Kitty » 5 années plus tôt

au tableau de Hallowell & Ratey, j'ai un score de 14 points, lol
c'est un siiiiiiiiiiiigne ou quoi ? :cali:
Avatar du membre
LudmiA
Bijou
Bijou
Messages : 1701
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : queer
Localisation : dans une Bibliothèque, ou à Lyon
Âge : 39

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar LudmiA » 5 années plus tôt

J'ai un score de 16 à ton tableau (en répondant sincèrement). :twisted:
A mon avis c'est un signe de que dalle pris tout seul, sans avis d'un spécialiste ; à part que la société contemporaine fait de nous des gens insatisfaits et malheureux au final.
"Fear me. I've killed hundreds of Time Lords.
- "Fear me. I've killed all of them"


"Et finalement dans le langage il ne manque pas de genre. Il y en a juste 2 de trop."
~Eleventh
Avatar du membre
Stuck in the middle
Bizutage
Bizutage
Messages : 10
Enregistré le : 5 années plus tôt
Orientation sexuelle : bisexuel (avec une certaine préférence pour les hommes)
Localisation : Mons (Belgique)
Âge : 33

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Stuck in the middle » 5 années plus tôt

J'ai également une intelligence bien supérieure à la moyenne.j'ai sauté de classe en primaire.les tests ont revelé 130 de QI. et au niveau sensiblité c'est pareil.
le problème dont je souffre d'ailleurs et dont je peine tant à me débarasser est à du en bonne partie à un excés de nervosité et à une instabilité émotionelle...
Avatar du membre
Eleventh
Bikini
Bikini
Messages : 539
Enregistré le : 6 années plus tôt
Orientation sexuelle : Queer
Âge : 40

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Eleventh » 5 années plus tôt

A moi d'apporter mon p'tit témoignage.

Le témoignage de la p'tite souris fait aussi écho avec certains points, (ainsi que celui de Ludmia...comme c'est étonnant ^^. ) Mais le tout en très différent également.

Je n'ai pas officiellement été reconnu HP, et j'ai pourtant été testé. Mais j'y reviendrai.

J'ai grandi dans une banlieue miteuse, et dans un désert culturel total. Les livres « étaient trop chers » paraît-il. Fils unique d'une mère célibataire, ça c'est pour les conditions.

J'ai marché à 11 mois, à 13 j'étais propre (même si je ne le suis plus depuis longtemps), à 15 je faisais des phrases complexes.
En maternelle je dessinais déjà bien et faisais plus de détails que tous les autres. Et en CP mon instit avait hâte de faire « rédaction » car elle kiffait lire mes histoires.
Évidemment, j'étais premier de la classe, mais j'en avais vraiment rien à foutre. Certains s'inventaient des compétitions avec moi (qu'ils gagnaient ou perdaient sans moi , hein ^^).

En cours de CM1 j'ai du déménager, seuls mes murs m'ont manqué. Pas les gens.

Arrivé dans ma nouvelle région, la meilleure façon qu'ont trouvée mes nouveaux camarades de m'intégrer à, semble t'il, été de m'appeler l' « ingénieur » et de me tabasser de temps en temps, mais pas trop, je suis plutôt du genre berserker, et ça m'a pas mal sauvé la mise.

Mon instit a proposé que je saute le CM2 car il estimait que je n'aurais aucun souci à m'intégrer et que j'avais un niveau 5ème. Je n'ai pas voulu, ça me faisait peur...
Bon en même temps vu comment me traitaient les gamins de CM1 j'imagine qu'il y a une certaines logique à ne pas vouloir se coltiner les grands de 6eme.
Le sujet du « sautage de classe » a ainsi été clos, sans plus de débat...

En CM2 je faisais les exercices qu'on nous donnait à faire, quand j'avais fini on m'en donnait de nouveaux... qui servaient de devoirs à la maison aux autres élèves. Ça aide pour se faire apprécier ^^.
Et puis quand j'avais fini, vu qu'il restait du temps, je faisais des exercices de 6eme voir de 5 eme, dans toutes les matières.

Le collège a été scindé en 2 : en 6ème et 5ème premier de la classe, félicitations des profs, élève promis a un avenir brillant... Puis ensuite en 4ème, j'ai tout saboté, ça a été la cata. « Crise d'ado » soit disant : je me rebelle, j'envoie péter tout le monde et j'essaie de m’intégrer avec les « potes », je me mets au sport, je réponds aux adutles, je pense plus aux filles (qui n'en ont rien a foutre de moi) qu'au reste etc... Je reste le gars bizarre, mais je ne suis plus le « fayot » de la classe. Les notes plongent à tel point qu'en 3eme il semble impossible que j'ai le brevet (en gros il fallait que j'ai 18 dans toutes les matières ou un truc comme ça je sais plus trop).

Mes parents me disent que si j'obtiens le brevet, j'aurais une mobylette.

J'ai le brevet haut la main.
Comme j'assure pas en cours, et que j'en ai rien à foutre, mes parents me refuse mon premier choix d'orientation (qui était d'aller vers un bac F12... un truc d'art quoi...ils me ferment la porte sous prétexte que je ne semble « pas intéressé par l'art »...ceux qui me connaissent un peu risquent de s'étouffer, mais d'une certaine façon c'était pas faux. Mais cela n'empêche que, visiblement, je savais ce que je voulais ^^) et mon deuxième (qui était d'aller dans le général, pour suivre les « potes »)

Ma mère, voulant arrêter la cata, m'envoie...en technique, direction les études pleines de math et de physique loin des potes. A moi les TP, les portails automatiques, les moteurs asynchrones et synchrones et tout le tsointsoin... Bref, les trucs de "mecs" (je la soupçonne d'avoir choisi cette branche aussi pour ça, vu que je ne bricolais pas, ne m'interressait pas à ma mobylette etc... en fait... vu que visiblement cela m’intéressait encore moins que l'art huhuhu, logique hein?), tout ce que je déteste. Je préfère qu'on me foute la paix dans mes mondes.

Manque de bol...le technique étant vu comme quelque chose de « peu noble » à l'époque, me voilà avec tous les rebuts de la société: métalleux, punks et autres tarés du coin. Trop cool !
Je me suis bien amusé et certains sont encore des potes. (enfin un surtout qui est mon...tatoueur...)

J'ai eu le bac avec mention sans m'en apercevoir, rien à faire. J'ai malgré tout un dossier minable etla version courte de la suite c'est : après avoir foutu le bordel dans un BTS classique et mettre barré en claquant la porte, je me fais accepter dans une école qui fait une formation en alternance (école qui m'accepte sans me faire repasser les tests d'entrée, que j'avais fait l'année d'avant : j'avais eu les meilleurs résultat tout confondu, mais le profil psychologique leur disait que j'étais incontrôlable, d'où refus.)

J'obtiens mon BTS, avec la meilleure note académique, en restant le temps minimum à chaque épreuve et sans avoir écouté une leçon ni pris une note en 2 ans. Et avec une FX collège (pour ceux qui connaissent) :D

J'ai appris il y a quelques semaines en recroisant un collègue de classe que les profs et les éléves m'appelaient « le monstre » quand ils parlaient de moi en mon absence.
Ce qui était souvent le cas, car j'étais plus occupé à faire du snowboard, fumer des bières et boire des pétards (ou l'inverse je sais plus) qu'autre chose...

Bref, BTS en poche, l'heure est à la recherche de taf (oui parce que j'ai fait assez d'études hein, même si mon école insiste pour que je fasse une école d'ingénieur, moi ça me rappelle trop de mauvais souvenir. Et en plus, le hasard fait que j'ai l'occasion d'en visiter une (une des meilleures pour ma branche) et d'y rester un WE...et de m'apercevoir que la seule chose qu'on vous demande c'est de rentrer dans le moule (via le bizutage), je m'engueule avec la plupart des élèves dont le pote qui m'a fait venir. Cata).

Un centre de recrutement (en fait 2 mais je vais ne parler que d'un, l'autre c'est la même histoire en plus long) me fait passer des tests de QI (centre de recrutement versions chasseurs de tête, qui m'a contacté sûrement à cause de la façon dont j'ai eu mon BTS) :

on me donne 3 feuillets et on me dit « vous avez 1 heure pour chaque (ou un truc du genre je sais plus honnêtement), et on viendra vous dire quand une heure sera écoulée (j'avais pas de montre, forcément). J'entame le premier livret, le finis, j'attends, je commence le deuxième, le finis, j'attends, je fais le troisième et je me dit que, bon, ils ont du m'oublier et que j'ai pas envie de rater mon train. Je me lève, leur rend ma copie et on me dit « la première heure n'est pas écoulée... vous êtes sûr de pas vouloir vous relire?»... M'en fous, me casse. Quelques semaines après,  n'ayant aucune réponse, mon père intrigué appelle et se fait passé pour moi pour leur demander les résultats, et si ça donne quelque chose niveau boulot. Il apprends que mon dossier a été classé sans suite car pas fiable (il insiste pour avoir le résultat et lui disent juste : + de 147 donc pas possible en restant même pas une heure= classé en erreur).
Je ne sais pas ce que veut dire « + de 147 » , mais je m'en fous... je me dis juste que le test doit pas être fiable...

Tout ça pour dire que, oui, je suis « doué », peu importe ce que cela veut dire, c'est un fait.
J'ai toujours résolu les problèmes de maths, réécrit des théorèmes de physique, expliqué à mes collègues de classe ce que les profs n'arrivaient pas à leur faire comprendre, posé des problèmes à mes prof de philo (pas difficile vous me direz), grugé tout un tas de truc, jamais appris une leçon, réussis mes exams dans le temps minimum ou bourrés ou les 2 etc... (et contre tout clichés: plutôt bon dans les sports que je pratique, justement parce qu'il y a une grande part de « compréhension » dans chaque discipline.)
Bref, c'est un fait.

Mais... au final, je suis totalement mal venu dans une société qui préfère la docilité et l'uniformisation que je suis « indésirable » à peu près partout. Tout me semble stupide, aller trop doucement, ne pas être logique et ...je m'ennuie. De plus, plusieurs expérience au cours de ma vie montre que cette « douance » m'a réellement desservie . Je suis classé dans les « à éviter ». Je ne sais rien faire vu que je n'ai jamais eu à apprendre (et que tout m'ennuie), je n'ai pas de « spécialité », pas de chose à mettre en avant si ce n'est que je crée 12 mondes par jour.
Mes parents ne se sont jamais trop posé de questions concernant mon orientation (vide culturelle et un certains dédain pour ce qui est "culturel" justement), je disais vouloir faire de l'art, eux m'ont dit d'assurer un travail « normal » avant et de faire ce que je voulais après, pensant que je « m'en sortirais toujours vu que je suis intelligent, et que je pourrais toujours revenir dans mon boulot de « formation ».
Super.

Maintenant, je vis sous le seuil de pauvreté, on ne veut pas de moi pour les emplois qualifiés car je ne suis...pas qualifié (mon BTS ne vaut plus rien) et on ne veut pas de moi dans les emplois non qualifié parce que je suis ingérable, pas docile et que a moins de me shooter au médoc, ça se voit.
Je ne supporte plus de faire semblant et de me taire car cela me bouffe.
Ha et je ne veux pas d'emploi en fait.

Et je me retrouve avec un diagnostique de « schyzophréne génial hyperactif » de mon médecin bien aussi fou que moi.

Et relativement « seul » car phobique social (comment ne pas?).

Bref, pour reprendre la formule de Ludmia : « doués mais souvent bien bêta » et surtout « pas sa place » dans une société ou on a tellement peur de tout et surtout de la différence. Il faut rentrer dans un moule, surtout ne pas faire de vague, ni remettre en question les choses ou alors seulement quand on est passé par toutes les étapes "normales", qu'on a le bon âge et les bons diplômes sinon on est pas légitimes, dérangeants, utopistes ou tarés (suivant l'interlocuteur) et ce, même lorsqu'on prouve qu'on a raison et que les solutions que l'on apporte sont dans l’intérêt de tous.

Bon voilà ça c'est pour tout ceux qui seraient tentés de trouver ça cool d'être « doué » et qui cherchent absolument à prouver qu'ils le sont par je ne sais quel « vécu » trop foufou.

Ensuite pour le lien avec la bisexualité. Je pense que cela n'a rien à voir, c'est un « goût », une nature, ce n'est pas lié à l'intelligence. Mais, les gens doués se posent souvent plus de questions que les autres, et explorent plus de sujet que beaucoup de gens, et par ces questions et cette exploration voient leurs perspectives changer, leur culture s'étoffer. Et donc potentiellement ils sont plus à même de se poser certaines questions qui ne coulent pas forcément de sources dans notre société hétéro normée.

Et donc...d'en trouver les réponses.

(désolé pour ce long message certainement chargé de fautes, mais j'avais promis l'histoire à plusieurs membres en privé et si cela peut "aider" d'une façon ou d'une autre, d'autres membres (je pense surtout à des parents, car il y a des leçons a tirer de tout ça quand même ^^), ben ...c'est cool)
"Good men don't need rules. Today is not the day to find out why I have so many."
Vivelavie

Re: Qui ici est Bi et surdoué, hypersensible, TDA et/ou TPL

Messagepar Vivelavie » 4 années plus tôt

Hmmm... Surdouée ? Peut-être. Mon psychanalyse me l'a dit. On en parle encore. Mais si ça se trouve, je suis en réalité complètement conne et il m'a dit ça pour que je continue les consultations :twisted: :D
La vie est passée par là et je pense que mon cerveau a pu en prendre un coup. Bon, en même temps, je n'ai jamais pris de médication à haute dose pendant des années. ce que je sais, c'est que j'ai un mental puissant, j'étais une bonne élève en général, mais m'interdisant d'être moi-même à fond (part homo refoulée en partie ?), je n'allais pas toujours au bout des choses... Depuis plusieurs années, je le fais, et c'est bon !
J'ai trouvé ça : http://www3.sympatico.ca/loredu/daa/test_a.html (date de 2002), j'ai repris ici les points en lesquels je me reconnais dans ma vie actuelle.

A. Perturbation chronique où on retrouve au moins 15 des caractéristiques suivantes:
1. Un sentiment de ne se réaliser qu'à demi, de ne pas pouvoir atteindre ses objectifs (et ce en dépit de réalisations concrètes). Ce symptôme est mis en tête de liste car il est la raison la plus fréquente pour laquelle les adultes demandent de l'aide. «Je n'arrive tout simplement pas à faire ce que je voudrais», voilà un refrain bien connu. La personne peut accomplir beaucoup de choses selon les standards habituels, ou bien elle peut patauger et se sentir comme dans un labyrinthe, incapable de tirer profit de son potentiel.

Par période mais faut pas pousser non plus
2. Difficulté à s'organiser. C'est là un problème sérieux pour la plupart des adultes DA (déficients attentionnels). En l'absence de structure scolaire, en l'absence de parents pour organiser les choses à leur place, les adultes DA croulent sous le poids des exigences organisationnelles de la vie de tous les jours. Les présumées «petites choses» s'accumulent et finissent par former d'énormes obstacles.

par périodes
3. Procrastination chronique. Les adultes DA éprouvent tellement d'anxiété à l'idée de se mettre à la tâche par crainte de ne pas être à la hauteur, qu'ils remettent à plus tard, et remettent à plus tard, ce qui évidemment accroît leur anxiété.

Moui
6. Une recherche fébrile de sensations fortes. L'adulte DA est constamment aux aguets de nouveautés, d'événements sensationnels, de distractions qui correspondent à son tourbillon intérieur.

Moui
8. Grande distractibilité, difficulté à rester concentré, tendance à «partir» au beau milieu d'une page de lecture ou d'une conversation, parallèlement à une capacité d'hyper-concentration à certains moments. Tel est le principal symptôme du TDA. «Perdre le fil» est tout à fait involontaire. Cela arrive quand la personne semble être dans la lune pour ainsi dire et, la première chose qu'on sait, elle n'est plus là. Mais il y a aussi cette capacité de s'hyper-concentrer à certains moments, ce qui peut faire croire que le syndrome en question n'en pas un de déficit d'attention mais plutôt d'inconstance de l'attention.

Oui.
9. Les personnes DA sont souvent créatives, intuitives et très intelligentes. Ce n'est pas là un symptôme mais un trait de caractère qui vaut d'être mentionné. Les adultes DA sont habituellement des esprits créateurs. Malgré leur désorganisation et leur distractibilité, ils font parfois preuve d'éclairs de génie. Un des buts du traitement est de saisir ce «petit quelque chose de spécial».

Oh que oui
10. Difficulté à suivre les règles établies, propension à faire les choses à sa manière. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, il ne s'agit pas là d'une manifestation de l'ennui et de la frustration. C'est l'ennui dans la routine et l'emballement pour les choses nouvelles, la frustration de ne pas pouvoir faire les choses comme tout le monde.

J'y travaille. j'ai bien progressé. ca commence à faire partie de mon passé
11. Impatience ou faible taux de tolérance à la frustration. Des frustrations de toutes sortes rappellent constamment aux adultes DA leurs échecs antérieurs. «Oh non, pas encore ça», pensent-ils. Alors ils se fâchent («prennent les nerfs») et font retraite. L'impatience est la manifestation d'un besoin constant de stimulations et peut induire l'entourage à penser que la personne manque de maturité, qu'elle est insatiable.

J'ai envie de dire sur-responsabilisation
13. Tendance à s'inquiéter sans cesse inutilement. Tendance à scruter l'horizon en quête de choses à se préoccuper au point d'en oublier le danger réel du moment présent. L'attention devient inquiétude quand elle n'est pas occupée à une tâche précise.

Moui
16. Agitation. L'hyperactivité des adultes n'est pas aussi évidente que celle des enfants. On y voit plutôt de la nervosité («énergie nerveuse»), les cents pas, le tambourinage, le changement fréquent de la position assise, fréquentes sorties de table ou de salle, tension même au repos.
Un ex m'a dit qu'il me trouvait lunatique... connard ! Comparaison aux frères ! "Tu devrais faire tel métier" "tes pas bonne en maths"
18. Manque chronique d'estime de soi. C'est là le résultat malheureux d'années de conditionnement, des années à se faire dire qu'on est lunatique, qu'on a les mains pleines de pouces, qu'on pourrait faire mieux, qu'on est paresseux, bizarre, différent des autres, «parti» et ainsi de suite. Des années de frustrations et d'échecs, des années à ne pas faire les choses comme il faut, finissent par ruiner l'estime de soi. La plupart des adultes pourtant font preuve de résilience (souplesse) face à l'adversité.

Bingo
20. Antécédents familiaux de TDA ou de trouble bipolaire, de dépression ou d'abus de substances ou d'autres troubles du contrôle des impulsions, troubles émotifs. Étant donné l'origine génétique du TDA et les comorbidités associées, il n'est pas rare (quoique non nécessaire) de constater de tels antécédents familiaux.

B. Antécédent de TDA dans l'enfance
C. Symptômes non expliqués par une autre affection médicale ou psychiatrique

Retourner vers « Discussions libres »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 5 invités