La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Vos états d'âme, vos coups de gueule, vos révélations...
Avatar du membre
tictac
Bikini
Bikini
Messages : 544
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : over the rainbow
Localisation : Paris
Âge : 33

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar tictac » 3 années plus tôt

Et pour compléter ce que tu dis chère Achi, je dirais que la liberté peut être partout, seul ou en couple. Et je ne parle pas de couple libre, la liberté est un état d'esprit dans un couple exclusif ou non, il y a des gens en "couple libre" qui sont prisonniers de leur couple, de leur vie. Certaines personnes en couple se sentent également très seules, comme quoi tous ces sentiments de solitude ou de liberté restent très relatifs et personnels.

Je n'y avais pas pensé, mais effectivement s'octroyer des moments de solitude à deux ou en famille c'est aussi possible. Je ne l'ai pas souvent vécu, mais le peu de fois où c'est arrivé j'ai apprécié cette solitude en couple :P ... Quant avec ma famille, je suis devenu un expert en la matière depuis longtemps :twisted:

Je ne déteste pas cordialement le téléphone, mais il m'indiffère plus ou moins, je peux rester plusieurs jours sans appeler qui que ce soit... et sans décrocher plus ou moins (là encore) volontairement. Il n'y a que peu de personnes avec qui j'apprécie de discuter au téléphone, ceux qui me sont les plus proches, sinon ça m'ennuie plus qu'autre chose, sauf obligation je n'appelle pas. Certains le vivent mal. Mais comme toi je n'ai pas besoin d'appeler, ni d'écrire aux gens pour penser à eux, ça ne change absolument rien au fait que je me sente proche d'eux, si je dois les revoir un mois ou un an après pour moi rien n'a changé. En revanche pour eux, il arrive que ce soit une autre histoire...

Je pense que nous sommes des biomen qui s’affranchissent du temps et de l'espace, cqfd : seule solution.
C'est quand la marée est basse qu'on se rend compte qui nageait tout nu
Avatar du membre
Chris95
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 204
Enregistré le : 3 années plus tôt
Orientation sexuelle : Bisexuel
Âge : 22

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar Chris95 » 3 années plus tôt

La solitude ne me fait pas peur, mais il arrive un stade ou on a besoin d'une personne qui nous aime (en amour).
Comme tout le monde j'ai des amis avec qui on peut se faire des aprèm ou des journées sympas, passer de bons moments. Mais durant mon adolescence quand la fin des cours sonnait, surtout le soir, je voulais être dans ma bulle (chez moi). Mais j'ai remarqué que plus tu grandit plus la solitude devient pesante par moments...
La solitude est agréable mais être trop isolé n'est pas bon, surtout pour ne pas risquer de perdre des personnes qui nous aiment, des amis, de la famille, notre copain ou notre copine et pour ne pas tomber en dépression... et plus encore !

En gros pour ma part, la solitude c'est bien et agréable mais à proportion limitée, il faut savoir ses limites. :wink:
La vie n'a pas de valeur, on en as qu'une seule et elle unique ! #Peace.
Biwomanimal
Biscotte
Biscotte
Messages : 315
Enregistré le : 3 années plus tôt
Orientation sexuelle : bi
Âge : 36

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar Biwomanimal » 3 années plus tôt

Solitude choisie est meilleure que solitude non choisie. J'apprécie la solitude quand je sens que j'ai besoin d'air, de me retrouver seule, sans bruit autour. Il m'arrive de la fuir quand je panique de faire face à moi-même, quand j'ai peur... c'est ici une des pires choses à faire.

Quand la personne que j'aime me dérange dans ma solitude de "besoin" (me ressourcer, faire une pause...), si elle m'aime, je souris jusqu'aux oreilles et on discute pour poser les limites. En revanche, si ce n'est pas réciproque, c'est à dire si elle ne m'aime pas, ça peut m'attrister au plus haut point : qui peut vivre sans amour ?

Avec l'amour, avec de l'amour, on n'est jamais seul.

Alors, quand je suis au fond du trou, que je commence à forer le sol, je pense à ma bibine, et aux gens sincères qui m'aiment.
WORAKLSTOI https://www.youtube.com/watch?v=Pz29ToCtd1U OBISPOSIJEMANQUAISDETAPEAUhttps://www.youtube.com/watch?v=iX1-G5aq8KQ U2ONEhttp://www.youtube.com/watch?v=ftjEcrrf7r0
Avatar du membre
Carmen
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 232
Enregistré le : 3 années plus tôt
Orientation sexuelle : bisexuelle
Âge : 24

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar Carmen » 1 année plus tôt

J'ai relu ce fil hier ou avant-hier ; je l'avais déjà parcouru il y a longtemps. J'ai trouvé intéressant de redécouvrir ces échanges qui me concernent particulièrement en ce moment puisque je passe trois semaines de ces vacances seule, en très grande partie du moins. Tout à l'heure, le temps d'un instant, la solitude m'a pesé, mais finalement je la vis plutôt bien en ce moment ; j'en avais besoin après dix jours intenses en groupe. Comme beaucoup de ceux qui ont écrit, je suis à la fois sociable et solitaire. J'aime la compagnie des autres, les échanges, mais j'ai besoin de solitude pour me ressourcer. Plus que d'autres ? Je ne sais pas. Parfois même la solitude est salutaire. Au début de cette année scolaire je me sentais mal dans ma coloc ; prendre un studio seule m'a permis de respirer à nouveau. Toutefois, cela n'a pas toujours été le cas : il y a eu des moments où j'étais incapable d'être seule. Je pense que cet apprentissage est indispensable pour moi, je pense qu'il faut être capable d'être seul pour pouvoir être avec les autres, afin de ne pas faire d'eux des béquilles, mais peut-être que certaines me contrediront.

J'ai globalement toujours été célibataire malgré quelques menues aventures et la place importante accordée à quelques relations platoniques à certains moments de ma vie. Je n'ai pas l'impression d'en souffrir même si je sais que j'ai pu donner à d'autres l'impression d'être affamée (d'amour !). Il est vrai que ma propension à me projeter presque systématiquement dans une relation amoureuse avec les personnes dont j'ai été proche cette année est peut-être symptomatique d'une envie de quitter le célibat... Néanmoins, je n'imagine pas du tout vivre avec quelqu'un pour le moment, et si j'étais en couple j'aurais besoin que l'autre me laisse de l'espace.

Malheureusement, cela ne m'a pas empêchée de me retrouver dans des situations de dépendance affective. Peut-être justement parce qu'à l'époque je n'étais pas vraiment capable d'être seule... Avec deux de mes amies j'ai été très fusionnelle, au point parfois de me confondre dans l'autre. Dans ces deux relations à un moment quelque chose a dérapé et je me suis mise à ressentir un besoin très fort, presque irrépressible, de solliciter la personne très, trop, souvent. C'était comme une drogue, une expérience étrange, forte et désagréable. Dans le premier cas, cette situation a abouti à l'explosion – douloureuse – de la relation. Dans le deuxième cas, pas tellement mieux : rien que je n'ai ressenti comme une explosion, mais j'ai dit à mon amie que je ne voulais plus lui parler, et quand j'ai voulu à nouveau, c'est elle qui n'a plus voulu ; elle voulait sa solitude, moi je ne m'en suis pas totalement remise. J'ai été attristée de voir que la première expérience, et la conscience que j'ai eue, très tôt, de la possibilité de répéter avec cette deuxième amie ma première mésaventure, n'a en rien empêché la dégradation de cette relation. C'est pourquoi je crois que je dois apprendre à être seule, c'est-à-dire à être bien seule ; néanmoins j'ai tout de même peur que ce type de situation se reproduise, avec une autre personne ou avec la deuxième amie si nous devions reprendre contact un jour, car je n'ai pas vraiment l'impression d'avoir la maîtrise de ce type d'évolutions. A travailler, peut-être.

La solitude, c'est prendre du temps pour soi, s'autoriser à pratiquer certaines activités, artistiques par exemple, s'autoriser des fantasmes, apprendre aussi à se donner du plaisir. Je pense que la solitude est une liberté qui se conquiert, et je crois que j'ai encore un long chemin à parcourir. L'écriture, l'écriture pour moi j'entends, sous la forme d'un carnet intime ou d'une histoire que je raconterais, reste quelque chose pour quoi je ne suis pas encore prête. Je ne sais pas si c'est que je ne me l'autorise pas ou que j'en ai peur, ou bien que l'envie manque. J'ai encore besoin du détour de l'écriture adressée. Cela viendra un jour, je crois.

Ma solitude, toutefois, reste toujours relative. Je suis peuplée de gens auxquels je m'adresse dans mes pensées ou dans des mails, avec qui je suis en contact plus directement aussi. Le forum aussi joue un rôle important dans mes jours de solitude : je le parcours avec intérêt, presque avec avidité, et commence à avoir envie de plus y participer. On est seul derrière son ordinateur, mais on échange avec des gens, on entre dans l'intimité de personnes qui n'ont plus écrit sur le forum depuis quelques années, ils nous donnent d'eux même si on ne leur répondra jamais. Curieuse activité à la fois sociable et solitaire.

La véritable solitude, que vous avez appelée solitude sentimentale, je crois, et dans laquelle j'engloberai aussi la solitude de celui qui n'a pas d'amis ou a perdu ceux qu'il avait, et vit complètement coupé du monde, me paraît tout autre que celle que je vis actuellement. Je ne suis pas prête pour cela en ce moment, et je ne souhaite pas l'être, même si je sais que je pourrais habiter encore davantage ma solitude. Je ne connais pas encore la nudité du face à face avec soi-même, le mien est toujours enrobé de beaucoup de liens vers l'extérieur. Disons que la solitude est pour moi l'autre face, nécessaire, de la sociabilité, j'ai besoin des deux, mais je ne recherche pas la solitude comme un absolu, simplement parfois elle se présente à moi. Enfin, non, parfois, je la choisis... L'amie dont j'ai parlé, la « deuxième amie », valorise extrêmement la solitude, elle a même l'impression de devoir choisir entre la vie avec les autres et une solitude plus ou moins absolue qui lui permettrait de créer une œuvre d'art. Cela me fait un peu peur, je ne serais pas prête à ça actuellement... et personne ne me le demande d'ailleurs !

Voilà. Je pourrais aussi écrire ça dans un journal intime, après tout pourquoi se livrer à des inconnus ? C'est que ces réflexions ont été en grande partie suscitée par vos échanges ; j'ai envie aussi de communiquer à d'autres ce que je ressens et de contribuer à l'édifice du forum....
Avatar du membre
chatnoir
Biscotte
Biscotte
Messages : 331
Enregistré le : 2 années plus tôt
Orientation sexuelle : bisexuelle
Localisation : île de fRance
Âge : 38

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar chatnoir » 1 année plus tôt

:bravo: chouette témoignage!
Avatar du membre
Carmen
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 232
Enregistré le : 3 années plus tôt
Orientation sexuelle : bisexuelle
Âge : 24

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar Carmen » 1 année plus tôt

Merci.
Avatar du membre
xender
espèce protégée
espèce protégée
Messages : 3444
Enregistré le : 13 années plus tôt
Orientation sexuelle : bi je crois
Localisation : Grenoble
Genre :
Âge : 58
Contact :

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar xender » 1 année plus tôt

C'est un sujet trop douloureux pour que je puisse en parler.
Discuter avec un troll, c’est comme essayer de jouer aux échecs avec un pigeon.
Tu as beau être très fort aux échecs, il arrive, renverse les pièces, chie sur l’échiquier
et s’en va avec l’air supérieur comme s’il avait gagné.
Avatar du membre
Carmen
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 232
Enregistré le : 3 années plus tôt
Orientation sexuelle : bisexuelle
Âge : 24

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar Carmen » 1 année plus tôt

Je suis désolée, xender, si j'ai réveillé quelque chose de douloureux en relançant ce sujet.
:smackjoue:
Avatar du membre
Desmodromique
BIcylindrée
Messages : 3324
Enregistré le : 7 années plus tôt
Orientation sexuelle : Bi happy
Genre :
Âge : 43

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar Desmodromique » 1 année plus tôt

Juste pour dire que j'ai lu avec intérêt ton message. Merci d'avoir partagé ça avec nous. :smackjoue:
No, I'm bisexual, you're confused.
Avatar du membre
Pyara
Bidule
Bidule
Messages : 86
Enregistré le : 2 années plus tôt
Orientation sexuelle : Heterosexuelle en pratique mais ouverte aux surprises
Localisation : Vaucluse
Genre :
Âge : 33

Re: La solitude, vous l'appréciez ou vous la fuyez ?

Messagepar Pyara » 1 année plus tôt

J'ai adoré vous lire,c'est un sujet qui me parle tout particulièrement; j'ai commencé la lecture assez légèrement et petit à petit,je me suis retrouvée dans un bon nombre de témoignages.
Lorsque j'étais ado,lorsque l'on me demandais si j'avais une phobie,je répondais "la solitude".Ce sentiment de vide m'horrifiait et je faisais tout pour le combler.
J'avais donc beaucoup d'amis,que je voyais tous les jours ou avec qui je passais énormément de temps au téléphone etc....une vie active,mouvementée et pleine.
Dans cette effervescence, je ne laissais aucune place à une potentielle histoire d'amour qui me faisait bien trop peur et à qui je demandais sûrement beaucoup trop (d'attention )tout en ne donnant pas assez (de mon corps...)
Cela a été comme cela jusqu'à ma rencontre avec l'homme qui partage ma vie depuis 10ans; à l'opposé de moi,lui vit très bien sans contacts sociaux et dit être très heureux au sein de nôtre famille (nous deux et nos deux enfants).
Je me suis acharnée à essayer de lui faire entretenir quelques relations,sans succès. ...je ne comprenais pas comment on pouvait vivre sans être entouré! !!
Aujourd'hui je me fais une raison même si c'est dur de voir que nous avons perdu certains amis faute d'envie ou d'intérêt de la part de mon compagnon et que je peu difficilement voir sans lui sans passer par l'interrogatoire"pourquoi on ne le voit plus lui?...."
Je me rend compte en lisant les témoignages de ce qui se joue lorsque je n'ai de nouvelles de personnes, lorsque je me sens seule:j'ai l'impression de ne pas compter...de ne pas avoir de valeur...je ne reussis à m'aimer que dans les yeux des autres. .. En disant cela j'ai conscience du poids que je mets sur les épaules des autres et de la mesestime que je m'inflige mais c'est un constat que je fais...je travaille beaucoup là dessus mais c'est un long chemin douloureux sur lequel j'avance vers la recherche de l'amour propre.
Alors à la question si je vis bien la solitude,je répondrais non et pire encore car j'attend beaucoup de preuves d'affections de mon entourage comme une drogue qui me fait avancer, me surpasser car eux croient en moi et moi j'ai confiance en eux....
Je ne préfère pas me relire....je vous livre laversion brut.
"La vie a beaucoup plus d'imagination que nous"
Francois Truffaut

Retourner vers « Discussions libres »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité