Dépasser les peurs

Vos questions, vos inquiétudes, vos sujets personnels
Répondre
Sennema
Bikini
Bikini
Messages : 584
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Localisation : Angoulême
Gender :
Âge : 38
Contact :

Dépasser les peurs

Message par Sennema » il y a 4 ans

Bonjour,

Mon cas personnel est largement présenté dans mon message de présentation... mais je suis perfectionniste... Et je peux pas m’empêcher de raconter ma vie... :crazy:

À c't'heureje veux dire actuellement, mon soucis est de réussir à dépasser mes angoisses et me lancer vraiment dans la vie.
Normalement, il me semble qu'à quasi 34 ans on est adulte, mais j'ai un peu du mal avec cette notion actuellement.
Faut dire que je suis sous curatelle renforcée (bon, j'avais demandée une mesure de protection des majeurs, je l'ai eu, je vais pas me plaindre), surtout comme mode de défense face à mon ex pas belle famille. Un peu genre "z'avez des noises à me chercher ? "chat perché"!".

Faut dire que je suis toujours officiellement mariée, même si lui est sous tutelle (peut plus parler, peut plus marcher, peut plus signer... douleurs neuropathiques permanentes et haine/amour à mon égard aussi... youhou :fete: ).
Nan sérieux, c'est indigne comme conditions de "vie" :?
Il "a les moyens" d'avoir des auxiliaires de vie, des gardes de nuit, le portage des repas, la toilette etc à domicile, mais il sait très bien faire comprendre qu'il veut s'endormir et ne pas se réveiller. Il est adhérent de l'ADMD (association française pour le droit à mourir dans la dignité).
C'est toujours mon mari et je ne suis pas insensible.

Au delà de tout ça, j'ai toujours été libertine, polyamoureuse et bisexuelle (même si abstinente pendant des années sur ces trois points).
Je vis actuellement en couple, mais c'est compliqué, parce que je ne me sens pas à l'aise dans cette situation.
J'ai besoin de liberté.
Mais je ne l'aurais pas tant que je n'aurais pas de chez moi (je suis copropriétaire de l'appartement occupé par mon mari), ni tant que je serais sous curatelle renforcée, mesure tout de même très restrictive du point de vu patrimonial...
Bisexuelle et polyamoureuse dans l'âme, mariée, séparée, veuve, en couple vivant séparément, libertine... Et alors?
J'aime les gens avec qui le "courant" passe, quelle que soit leur identité de genre.

Avatar du membre
Carmen
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 242
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : bisexuelle
Âge : 27

Re: Dépasser les peurs

Message par Carmen » il y a 4 ans

Alors si je comprends bien, il y a d'un côté la situation avec ton ex-mari, assez lourde, et de l'autre ton questionnement actuel sur tes aspirations que tu ne pouvais pas réaliser dans ton couple.

Es-tu obligée de rester sous curatelle renforcée en ce moment ? Pourquoi ne pas envisager un véritable divorce avec ton mari ? Es-tu obligée de rester copropriétaire de l'appartement où il vit actuellement ? Je ne sais pas s'il serait possible d'effectuer ces démarches avec quelqu'un qui ne peut plus parler ni signer, mais peut-être par l'intermédiaire de son tuteur ?

En ce qui concerne l'autre partie de ton questionnement, tu as toi-même répondu en partie puisque tu as expliqué dans la partie "présentation" que tu étais en train de te séparer de lui. Quelles sont tes aspirations pour l'avenir ? As-tu l'occasion de fréquenter des femmes qui pourraient aussi être intéressées par des femmes ?

Je ne suis pas sûre d'avoir beaucoup t'aider car ta situation dépasse de loin mon expérience. Mais je te souhaite bon courage.

Sennema
Bikini
Bikini
Messages : 584
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Localisation : Angoulême
Gender :
Âge : 38
Contact :

Re: Dépasser les peurs

Message par Sennema » il y a 4 ans

En fait, je ne cherche pas de réponses ou de conseils.
:cheesy:
J'explique mon cas, ma situation, qui est complexe.
:twisted:

Pour précision, juriste de formation, j'ai moi même demandée ma mise sous mesure de protection des majeurs.
Comme j'ai demandé celle de mon mari, en précisant que dans son cas, une personne totalement extérieure à sa famille serait préférable.

J'explique : Mon mari, Alain, est né en 1948. Moi en 1982. Nous avons donc 34 ans de différence.
Ses enfants, nés de son premier mariage, sont respectivement nés en 1972 et 1977.
Ils ont donc 10 et 5 ans de plus que moi.

L'aîné est compréhensif sur l'ensemble de la situation (la maladie de sont père, la mienne, mon burnout de l'aidant l'an passé, mon refus de retourner vivre avec son père...). Il faut dire que sa mère était psychotique et qu'il l'a accompagné en fin de vie, il y a une quinzaine d'années.

Le cadet est, selon les mots d'un ami qui a eu l'occasion de le croiser, "un petit con". En bref, il ne veut pas que son père meure, et de toute façon dans son esprit, si ce dernier est malade, j'en suis responsable. En fait je suis responsable de tous les maux de la Terre, et surtout je courre après le pognon. Ce qui n'est pas le cas.

Je vis actuellement très bien avec mon AAH d'un montant mirobolant dépassant à peine les 650 euros...
:lol:

Être sous curatelle renforcée, c'est un peu être "chat perché". Je suis reconnue comme personne handicapée par la MDPH et la Sécurité Sociale, et comme Personne fragile par la justice.
Ce qui fait que le "petit con" ne peut strictement rien contre moi...
Et il aimerait bien, pourtant.
Certes, il est malheureux, mais c'était déjà un petit con imbus de sa personne avant, toujours le genre à être certain que ses positions sont les meilleures et qu'il sait mieux que les autres ce qui est bon pour eux.

Au grand désarrois du petit con, le mandataire /tuteur de mon mari, après avoir vu le gentil fiston me pousser en pleine crise d'agitation aigüe dans le bureau de la juge, au moment de l'audience pour la mise sous tutelle (en l'absence de son père, qui aurait pourtant pu être entendu !... et que la juge a été entendre à domicile, d'ailleurs...), pour me faire dire que je "voulais divorcer", a demandé à l'UDAF (Union Départementale des Associations Familiales) d'organiser une médiation familiale.
Elle a eu lieu.

Je dois préciser que les manœuvres du fiston étaient assez grossières, et qu'il a été jusqu'à me traiter de "folle" dans le bureau de la juge, ce qui, en général, n'est pas franchement bien vu des magistrats... par ailleurs juridiquement, eut égard à la situation, ça ne change strictement rien, il faut le savoir, qu'on divorce ou pas, son père et moi... :D

En ressort que mon mari ne veut pas divorcer, et que moi, je sais pertinemment qu'à part nous causer des soucis supplémentaires, ça ne sert à rien. Donc nous sommes en train de faire enregistrer les conclusions de la médiations par le tribunal, ce qui aboutira à une situation officielle appelée "séparation de corps". Nous resterons donc mari et femme, très très officiellement séparés. Ce qui facilitera la succession.

Pour l'appartement, c'était un peu un "cadeau" que mon mari me faisait pour "quand il ne serait plus là", quand il l'a acheté. Lui n'est pas du genre à habiter au septième et dernier étage, dans un appartement.
Moi si.
Ce qui explique que je souhaite véritablement en rester copropriétaire, d'autant que le contrat d'achat comporte une clause "au conjoint survivant".
Autrement dit le bien n'entre même pas dans le compte de la succession en cas de décès d'un des deux époux... la pleine propriété est simplement validée au nom du survivant. C'est ce qu'à choisit mon mari.
Il m'a toujours su fragile et ne souhaite toujours pas me punir de ne pas pouvoir continuer à m'occuper de lui, pas plus qu'il ne m'en veut de ne plus être amoureuse de lui et d'être partie. Il ne m'en veut pour rien, en fait.

Lui ce qu'il veut, c'est partir complètement.
Il est adhérent à l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité).
Sa vie actuelle est un calvaire quotidien, mais il n'a plus les capacités physiques de mettre fin lui même à ses jours.
Il m'a demandé plusieurs fois de le faire, j'ai failli craquer une fois.
Je me suis alors faite hospitaliser et je ne suis jamais revenue.
C'est marqué de ma main dans mon dossier de demande de mise sous Curatelle...

Le petit con appelle ça des "menaces de mort" :fou:

Pour le reste, voir message suivant...
Bisexuelle et polyamoureuse dans l'âme, mariée, séparée, veuve, en couple vivant séparément, libertine... Et alors?
J'aime les gens avec qui le "courant" passe, quelle que soit leur identité de genre.

Sennema
Bikini
Bikini
Messages : 584
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Localisation : Angoulême
Gender :
Âge : 38
Contact :

Re: Dépasser les peurs

Message par Sennema » il y a 4 ans

J'ai dépassée mon angoisse de parler à mon compagnon actuel.
Je n'aime pas les mensonges, les quiproquos ou les faux semblants.
P. est amoureux de moi, très sincèrement.
Moi je l'aime beaucoup, c'est un ami, un confident, mais je ne suis pas amoureuse.

Il est l'heure de mettre fin à une situation factice à mes yeux.
Nous ne sommes pas un couple et je préfère partir, retrouver ma vie, faite de sorties diverses (grâce au site "On Va Sortir"), de temps passé au club de sport (réseau Les Mills, très grande diversité d'activités), à la médiathèque... à la maison pour créer, dessiner, coudre, méditer...

Mes rythmes de vie sont à l'opposé de celles de P. qui a des horaires éminemment décalés.
Je suis du genre couche tôt- lève tôt.

Mes habitudes alimentaires divergent énormément : peu de viande (rarement rouge, au profit du poulet et de la dinde, fermier ou bio), des œufs bio ou Bleu Blanc Cœur avec parcimonie, du poisson, des céréales non raffinées (et donc bio) transformées ou non, des noix et oléagineux, des légumes à peine cuits, des fruits souvent cuits, des boissons de céréales ou de soja... des algues, de la poudre ou des flocons de spiruline...(!) autant dire des choses très très bizarres... qui me manquent.
Il n'aime même pas mon chocolat préféré, Dardenne, à 85% de cacao voire plus, que je trouve délicieux...

Alors je retourne "chez mes parents" (je suis officiellement hébergée à titre gratuit dans la résidence secondaire de mes parents, qui habitent quant à eux à une quarantaine de kilomètres d'Angoulême).

Divers problèmes administrativo-bancaires s'étant débloqués ces derniers jours, je vais pouvoir vivre ma curatelle avec plus de sérénité.
Par ailleurs mon AAH est actuellement minorée du fait que je sois mariée, et sera donc revue à la hausse lorsque la séparation de corps sera officiellement prononcée par la justice.

J'acquière peu à peu davantage d'assurance, je dépasse mes angoisses.
Je vis!!!
:fete:
Bisexuelle et polyamoureuse dans l'âme, mariée, séparée, veuve, en couple vivant séparément, libertine... Et alors?
J'aime les gens avec qui le "courant" passe, quelle que soit leur identité de genre.

Avatar du membre
Carmen
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 242
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : bisexuelle
Âge : 27

Re: Dépasser les peurs

Message par Carmen » il y a 4 ans

Sennema a écrit :En fait, je ne cherche pas de réponses ou de conseils.

J'explique mon cas, ma situation, qui est complexe.
Désolée pour la maladresse.

Je comprends mieux ta situation maintenant.

Sennema
Bikini
Bikini
Messages : 584
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Localisation : Angoulême
Gender :
Âge : 38
Contact :

Re: Dépasser les peurs

Message par Sennema » il y a 4 ans

Aucun soucis, Carmen.

Beaucoup de ceux qui viennent sur cette section cherchent des réponses.

En ce qui me concerne, je suppose que la plupart des réponses sont en moi.

J'essaie de développer mon intelligence émotionnelle, pour aborder les choses de la manière qui me convient le mieux, avec les solutions qui me correspondent le mieux.

Nous avons tous notre histoire, qui influe forcément nos idées, nos façons de gérer les situations problématiques ou conflictuelles.

J'essaie de ne pas me laisser influencer par les autres, parce que leurs histoires sont différentes, en conséquence de quoi leurs point de vue sont faussés quant à mes besoins réels.
Cependant je les écoute et tiens compte de leurs idées, car elles me font tout de même avancer.
:bravo2:
Bisexuelle et polyamoureuse dans l'âme, mariée, séparée, veuve, en couple vivant séparément, libertine... Et alors?
J'aime les gens avec qui le "courant" passe, quelle que soit leur identité de genre.

Avatar du membre
chocolate80
Bidule
Bidule
Messages : 59
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : bi je crois bien
Âge : 40

Re: Dépasser les peurs

Message par chocolate80 » il y a 4 ans

Coucou Sennema ! Et bien quel parcours ! Bienvenue dans ta nouvelle vie en tout cas et reste positive tu n en seras que mieux. Bise
M.........E

Sennema
Bikini
Bikini
Messages : 584
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Localisation : Angoulême
Gender :
Âge : 38
Contact :

Re: Dépasser les peurs

Message par Sennema » il y a 4 ans

:wink:
Je suis rentrée CHEZ MOI hier.
Avant hier soir (dimanche) P. s'est encoooooore endormit sur la table.
Je ne voyais pas l'intérêt de faire durer cette situation jusqu'à jeudi ou vendredi, alors je lui ai écris et laissée la lettre en évidence tandis que j'allais me coucher...
Le lundi est un jour de congé, pour lui.

J'ai essayé de l’amener à se poser des questions...

"Pourquoi resterais-je, alors que chaque instant passé près de toi nous rappelle que je vais partir ?
C'est insensé...
Reculer pour mieux sauter : de plus haut, en se faisant plus mal, alors qu'on pensait au contraire alléger sa douleur.

Alors je te propose d'être là, demain, lundi, de prendre le temps pour plier mes affaires, les mettre en ordre.
Tu n'aura pas besoin de m'aider. Je prendrais mon temps, je ne ferais pas les choses en cachette.
Mais avant la nuit, je partirais.
Le trop plein, les oubliés, je les récupèrerais plus tard, si tu veux.
Sans compter ce que je te prête de bon cœur, comme la bassine à confiture...

Comprends que ça me fait terriblement mal d'être assise là, près de toi, alors que j'ai dissipé l'illusion.
Je sais que tu es amoureux, mais tu sais désormais que malgré tout l'attachement, la tendresse et l'amitié que j'ai pour toi, je ne suis pas amoureuse en retour. Je tiens malgré tout à toi ! Bien plus que tu ne semble le penser...
"

Nous avons discuté, lundi, hier donc.
Toujours le même questionnement, comme chaque fois que j'ai pris l'initiative de rompre avec un homme, cette remarque idiote et naturelle en même temps...:
Comment puis-je passer des "je t'aime" à "je ne suis plus amoureuse", "j'ai besoin d'autre chose" en quelques jours, quelques heures?!?

Ce n'est pas ainsi que ça se passe.
Il y a le temps de la passion, on se donne, l'autre est merveilleux.
Puis un temps de routine s'installe.
Un début de prise de conscience, mais on ne veut pas ne plus aimer, quitter l'état de bien être de la passion. On lutte, on se débat avec soi même, on commet des erreurs.
Et puis il y a le constat effrayant que, si on continue, qu'on insiste, peut être que l'autre sera heureux... mais pas nous, pas moi.
Alors il faut mettre fin à un quiproquo, percer l'abcès.

Je n'aime pas les mesures radicales.
J'ai besoin de dialogue, de dire "oui, je t'aime, mais pas de la même manière que toi, pas de la manière que tu aimerais... non, nous ne sommes pas un couple, alors je vais partir, parce que je n'aime pas vivre dans le mensonge. Si je reste je finirais par te haïr, et ce n'est pas ce que je souhaite".

Alors hier soir, ayant presque tout remballé, sauf ma machine à coudre, un jeté de lit, une couette, des petites choses par ci, par là, je suis rentrée chez moi.

Chez moi, c'est pour le moment la résidence secondaire de mes parents, une chambre, que j'ai réagencée, comme pour laisser un peu plus le passé derrière moi, vivre pleinement le présent et avoir confiance en mon avenir...

P. m'a dit qu'il ne me pensait pas capable de vivre seule.
Pourtant, c'est ce que j'ai toujours voulu, aussi loin que je me souvienne. Vivre seule, avoir des amis, des copains, des amants ou amantes, mais chacun chez soi. Ne pas avoir de relation de couple. Je n'aime pas ce genre de situation. J'aime ma liberté. Je ne veux vraiment pas avoir d'enfants, non, vraiment pas. Je ne veux pas vivre avec quelqu'un, non merci.

Je suis parfaitement capable de vivre seule, tout en étant entourée.
Je l'ai déjà fait !!!

Je ne suis pas en sucre, tout de même... :twisted:

Donc me revoici "chez mes parents".
Dans une heure chez mon esthéticienne (maillot et un peu plus, à la lumière pulsée...).
Dans deux heures, chez mon avocate, pour que soit enregistrée la séparation de corps avec mon mari, effective depuis maintenant 1 an et 12 jours, clarifiée par une médiation familiale.

Je me sens... vivante !
:youpi:
Bisexuelle et polyamoureuse dans l'âme, mariée, séparée, veuve, en couple vivant séparément, libertine... Et alors?
J'aime les gens avec qui le "courant" passe, quelle que soit leur identité de genre.

Sennema
Bikini
Bikini
Messages : 584
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Localisation : Angoulême
Gender :
Âge : 38
Contact :

Re: Dépasser les peurs

Message par Sennema » il y a 1 an

Coucou Sylvain, si tu me lis :|
Puisque tu te permet d'utiliser ce topic comme preuves devant un tribunal, je me sert de ce forum pour t'écrire que je ne modifierais rien de ce que j'ai écris par le passé.

Je ne souhaite qu'une chose : que tout ça trouve une fin.

:|
Bisexuelle et polyamoureuse dans l'âme, mariée, séparée, veuve, en couple vivant séparément, libertine... Et alors?
J'aime les gens avec qui le "courant" passe, quelle que soit leur identité de genre.

Répondre