VIH SIDA où en est ont ???

Informations, actions, associations, actualités bi et LGBT...
Avatar du membre
Ach
Bikini
Bikini
Messages : 847
Enregistré le : il y a 11 ans
Orientation sexuelle : Bi - pansexuelle
Localisation : Grenoble
Âge : 38

Re: VIH SIDA où en est ont ???

Message par Ach » il y a 9 ans

Oki, c'est juste que j'ai des difficultés avec la méthode qui consiste à attendre que la situation se détériore pour commencer à agir, j'ai tendance, à tort peut-être, d'y voir une recherche d'économies de moyens au détriment du patient.

Mais bon si c'est globalement accepté.

Nan en fait j'y arrive pas ^^
Surtout qu'on est bien d'accord, ce sujet rappelle ce qu'on savait déjà à savoir que le traitement est aussi un moyen de prévention contre le VIH. Donc si par exemple un couple souhaite avoir un enfant (puisqu'apparemment c'est la seule raison "acceptable" pour arrêter le préservatif :wink: ) mais que le/la partenaire séropo a plus des 500 lymphocytes ??

Concernant les IST, j'ai pas regardé avec attention, mais déjà le papillomavirus, oui il y a un vaccin = qui peut donc être refusé et qui est particulier puisqu'il s'adresse aux femmes n'ayant pas encore eu de rapports sexuels ou commençant tout juste. Et ça fait 3 ou 4 ans, je crois, qu'il a cours en France. Donc heu... (Edit : et un vaccin n'est pas sûr à 100% non plus, dans le cadre du papillomavirus, ça réduit les risques de 75% si mes souvenirs sont bons)
Ensuite l'herpès ne se soigne pas, tu traites/préviens les crises c'est tout.
(Après comme avec n'importe quel virus, il y a des cas où effectivement la maladie est soignée)
Et j'ai pas regardé les autres j'avoue. :|

Avatar du membre
InkSpots
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 132
Enregistré le : il y a 9 ans
Âge : 30

Re: VIH SIDA où en est ont ???

Message par InkSpots » il y a 9 ans

Ach a écrit :
Inkspots a écrit :tant que le patient est asymptomatique (au sens où il ne présente "rien de plus" que les manifestations de la primo-infection) et a plus de 500 lymphocytes CD4/mm3 , hors contexte particulier (charge virale importante, baisse rapide des lymphocytes, co-infection VHC ou VHB, âge, risque cardio etc) le traitement antirétroviral n'est pas mis en place.
Alors je vais me permettre une légère correction/nuance (et si j'ai faux n'hésitez pas à le crier, c'est aussi ma santé qui est en jeu, je mettrai mon ego de côté :twisted:) : la "phase asymptomatique" c'est la phase entre la primo-infection et la phase SIDA.Et les traitements actuels ont à la base pour but de prolonger cette phase asymptomatique.
Du coup, mais une fois encore je chipote peut-être, pour un public non averti, il me parait confus d'utiliser cet adjectif, puis de parler de la primo-infection qui est là une "phase" pour finir sur la non délivrance des traitements.

La résistance du virus ? C'est un argument qui peut se retrouver à n'importe quel stade, et une fois encore, les nouvelles recherches vont quand même dans le sens inverse "plus on attaque tôt et fort, moins le virus a de possibilités de se renforcer". Pourquoi avoir fixé cette limite à 500 ?
Je ne rajouterai pas grand chose puisque lixe a mis le turbo. ^^ (niveau préservatif et traitement post-exposition, l'essentiel a été dit)


Alors je vais développer puisque apparemment on n'utilise pas les même termes:
j'ai parlé de "patient asymptomatique" et non pas de "phase asymptomatique", cette dernière n'est pas un terme que j'emploie mais si je t'ai bien lu elle correspondrait à la "phase chronique" de l'infection. Laquelle phase n'est pas dénuée de symptômes (adénopathies, signes cutanéo-muqueux, troubles hématologiques et généraux...) puisque ceux si permettent parfois le diagnostic de l'infection à VIH lorsqu'elle n'a pas été détectée avant.
Ensuite le but du traitement antirétroviral n'est pas de prolonger cette phase car, bien que pas trop virulente sur le plan clinique, elle correspond à une réplication à vitesse constante du virus.
Les buts du traitement ARV sont:
-réduction maximale de la réplication virale
-restauration immunitaire
-réduction de l'inflammation
-prévenir l'émergence de résistances virales
-réduction de la transmission entre individus

Et donc pour revenir à la résistance virale et le rapport avec le traitement: un traitement inefficace implique une réplication virale mal inhibée et donc l'émergence de virus résistants aux molécules antirétrovirales. (En fait j'aurais dû préciser, donc certes sans traitement le virus peut muter de soi-même mais il n'acquerra pas forcément les résistances spécifiques contre les molécules qu'on veut utiliser pour lutter contre, alors que si les deux sont en présence et pas de manière efficace/correcte....)
If everybody minded their own business, the world would go around a great deal faster than it does.
~The Duchess

Avatar du membre
InkSpots
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 132
Enregistré le : il y a 9 ans
Âge : 30

Re: VIH SIDA où en est ont ???

Message par InkSpots » il y a 9 ans

Ach a écrit :Oki, c'est juste que j'ai des difficultés avec la méthode qui consiste à attendre que la situation se détériore pour commencer à agir, j'ai tendance, à tort peut-être, d'y voir une recherche d'économies de moyens au détriment du patient.

Mais bon si c'est globalement accepté.

Nan en fait j'y arrive pas ^^
Surtout qu'on est bien d'accord, ce sujet rappelle ce qu'on savait déjà à savoir que le traitement est aussi un moyen de prévention contre le VIH. Donc si par exemple un couple souhaite avoir un enfant (puisqu'apparemment c'est la seule raison "acceptable" pour arrêter le préservatif :wink: ) mais que le/la partenaire séropo a plus des 500 lymphocytes ??

Concernant les IST, j'ai pas regardé avec attention, mais déjà le papillomavirus, oui il y a un vaccin = qui peut donc être refusé et qui est particulier puisqu'il s'adresse aux femmes n'ayant pas encore eu de rapports sexuels ou commençant tout juste. Et ça fait 3 ou 4 ans, je crois, qu'il a cours en France. Donc heu... (Edit : et un vaccin n'est pas sûr à 100% non plus, dans le cadre du papillomavirus, ça réduit les risques de 75% si mes souvenirs sont bons)
Faut ptet pas non plus caricaturer: le personnel soignant sait quand même s'adapter au contexte et ne fait pas que suivre bêtement un protocole.

Pour ce qui est des vaccins contre les papillomavirus (famille comportant plus de 100 types de virus), il y en a 2 commercialisés en France à l'heure actuelle l'un étant actif sur 4 virus tandis que l'autre est actif sur 2. Mais dans les deux cas ils sont efficaces contre HPV 16 et 18, les deux types les plus impliqués dans les cancers du col de l'utérus.
Si mes souvenirs sont bons aux USA ils sont en train d'étendre la prévention en vaccinant les garçons aussi.

Mais pour ce qui est du catalogue d'IST je n'ai pas lu: doctissimo me donne de l'urticaire.
If everybody minded their own business, the world would go around a great deal faster than it does.
~The Duchess

Avatar du membre
lixe
Biscotte
Biscotte
Messages : 270
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Chambéry Savoie (73)
Âge : 55

Re: VIH SIDA où en est ont ???

Message par lixe » il y a 9 ans

Ach a écrit :Oki, c'est juste que j'ai des difficultés avec la méthode qui consiste à attendre que la situation se détériore pour commencer à agir, j'ai tendance, à tort peut-être, d'y voir une recherche d'économies de moyens au détriment du patient.

Mais bon si c'est globalement accepté.

Nan en fait j'y arrive pas ^^
Surtout qu'on est bien d'accord, ce sujet rappelle ce qu'on savait déjà à savoir que le traitement est aussi un moyen de prévention contre le VIH. Donc si par exemple un couple souhaite avoir un enfant (puisqu'apparemment c'est la seule raison "acceptable" pour arrêter le préservatif :wink: ) mais que le/la partenaire séropo a plus des 500 lymphocytes ??

Concernant les IST, j'ai pas regardé avec attention, mais déjà le papillomavirus, oui il y a un vaccin = qui peut donc être refusé et qui est particulier puisqu'il s'adresse aux femmes n'ayant pas encore eu de rapports sexuels ou commençant tout juste. Et ça fait 3 ou 4 ans, je crois, qu'il a cours en France. Donc heu... (Edit : et un vaccin n'est pas sûr à 100% non plus, dans le cadre du papillomavirus, ça réduit les risques de 75% si mes souvenirs sont bons)
Ensuite l'herpès ne se soigne pas, tu traites/préviens les crises c'est tout.
(Après comme avec n'importe quel virus, il y a des cas où effectivement la maladie est soignée)
Et j'ai pas regardé les autres j'avoue. :|
Le fait que d'avoir un enfant avec ses T4 en dessous ou au dessus ne change pas grands chose, enfin je m’entends, au dessus elle aura pas forcément de traitement, par contre l'accouchement se fera normalement, mais en dessous, ce sera une césarienne. Même en dessous ont peut faire quant même des enfants avec certaines précaution bien entendu. Pour l'Herpes, oui mais .... ça dépends il y en a deux en fait l'Herpès labial ou l'Herpès génital.

Avatar du membre
lixe
Biscotte
Biscotte
Messages : 270
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Chambéry Savoie (73)
Âge : 55

Re: VIH SIDA où en est ont ???

Message par lixe » il y a 9 ans

Pour allez plus loin, une page sur un site Doctissimo et L’épidémie de sida en France en 2011 http://videos.doctissimo.fr/sante/malad ... stage.html

IL y à depuis peut des tests de dépistages rapide, mais si il y a encore des populations à risques, cela concerne l'ensemble de la population, cela dépends des départements qui ne sont pas tous logés à la même enseigne.

Avatar du membre
Ascagne
Biblioman
Messages : 5150
Enregistré le : il y a 13 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Paris
Âge : 35
Contact :

Re: VIH SIDA où en est ont ???

Message par Ascagne » il y a 9 ans

Mon beau-frère Silvius tient le Biplan, un blog sur la bisexualité (actualités, militantisme, réflexions de fond). Passez donc voir, si le coeur vous en dit :
https://lebiplan.wordpress.com/

Répondre