Nouvelles de notre avancée et questionnements

Vos questions, vos inquiétudes, vos sujets personnels
cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 188
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 41

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par cajoline1610 » il y a 1 semaine

Ah oui si je comprends bien ses paroles et ses actes sont très traumatisantes, le coup du sms interrompu à cause du plan cul a été d'une extrême violence

Pablobi
Biscotte
Biscotte
Messages : 290
Enregistré le : il y a 2 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Ile de France
Gender :
Âge : 40

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par Pablobi » il y a 1 semaine

cajoline1610 a écrit :
il y a 1 semaine
Comment ça Pablobi des mots blessants?
Oui une autre activité ne me gênerait pas et même si on compare cela à un loisir, on peut renoncer à un loisir un week-end ou une soirée mais lui ne peut renoncer à rien de tout ça
Le fait d'etablir des dilemmes et des ultimatums où tu passes en second. "si je devais choisir" est souvent une mauvaise question qui ne se pose pas concrètement.

Il y a un gouffre entre vos deux ressentis. L'histoire de la conv sms interrompue par le plan qui arrive, c'est... Indélicat. Peut-être aussi que tu te retrouves dans cette intimité que tu n'as pas souhaité et qui te semble aussi violente que lui semble sans filtre.

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 188
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 41

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par cajoline1610 » il y a 1 semaine

Oui tu as raison il y a un gouffre de plus en plus grand même. Pour lui cette situation a l'air presque normal, il me voit souffrir mais cela ne le fait pas réagir.

Avatar du membre
Joebuck
Biberon
Biberon
Messages : 38
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : voile et vapeur
Gender :
Âge : 38

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par Joebuck » il y a 1 semaine

Ah oui... Au temps pour moi.
J'ai pourtant lu tes précédents posts mais je n'avais pas en tête ces éloquents exemples....
quand il part en déplacement ses plans culs passent avant le travail, il est prêt à accepter n'importe qui pour être sûr d'avoir un plan.
Ma psy que j'ai vu hier, spécialiste en addiction confirme que c'est bien une addiction
Encore une fois je ne suis pas psy, mais je suis bien d'accord avec la tienne : c'est bien une addiction. On est bien au delà de la question de l'exclusivité plus ou moins négociée.


Notre couple n'est pas équilibré, lui peut pratiquer "son loisir" avec les hommes mais moi je n'ai pas le droit d'avoir une sexualité avec un autre homme. De toute façon ce n'est pas ce que je recherche car je ne dissocie pas le sexe de l'amour.
Mon humble avis : ce n'est pas du tout réglo de sa part, si c'est bien lui qui a "imposé" cette condition. Il faut être cohérent. Quitte à ce que tu décides toute seule de rester sexuellement exclusive, quelle que soient tes raisons à toi.

il m'envoie un message quand il est parti, on commence à échanger et après plus rien, 45 min plus tard, il me répond excuse moi mon plan venait d'arriver, imagine la violence que ça a été.
Mais c'est hyper trash comme façon de faire. Pardon d'être sec mais il t'a clairement manqué de respect.

quand il part je suis seule à la maison, je gère les enfants, les devoirs, le repas, pendant que mon mari est sur son site à chercher un plan cul ou alors en pleine action. Ou encore ton partenaire te dit tu n'es pas ma priorité, ma priorité ce sont mes plans culs.
Voilà un exemple du dépassement de la sphère de l'exclusivité sexuelle dont je parlais. Et la dernière phrase citée est assez éloquente sur, encore une fois, le manque d'empathie et le non-respect d'un certain équilibre entre vous. Alors que tu as été beaucoup plus flexible que bien des personnes moulées dans nos codes sociaux.


Le comportement de ton mari va au delà de la question de la bisexualité, je pense. Que l'on soit marié avec une envie occasionnelle de relations du même sexe, ou bi "50/50" (je n'aime pas ce terme mais bon...) avec besoin de naviguer entre un.e amoureux.se et une palette de "plans sexe", il me semble important de respecter le/la partenaire de vie et d'équilibrer la charge pour que la relation dure.

Ou, si on est "vielle école", on peut tout à fait faire "ses petites affaires" en toute discrétion, se débrouiller seul.e avec l'éventuelle culpabilité, et faire tous les efforts pour préserver le/la partenaire principal.e des affres de la vérité. Je ne sais si c'est l'idéal et ça ne convient sans doute pas à tou.te.s, j'essaye d'élargir les perspectives en mettant la morale de côté.

Il y a peut-être une troisième voie... Peut-être. Si oui, laquelle ?

A la lecture des exemples que tu donnes, je comprends ta souffrance et ta lassitude. Elles m'apparaissent fondées, au delà de toute notion culturelle ou sociétale. Tu ne mérites pas d'être niée dans tes affects. Ni de souffrir par ricochets d'une situation dont tu n'es pas responsable.

Certes ton mari est tombé dans la dépendance. Peut-être à cause d'une frustration accumulée dans le temps, peut-être pour d'autres raison. Lui seul peut régler son problème. Tu l'aimes et tu es désolée pour lui. Soit. Mais il est aussi bon de penser à toi, à ton bien être à toi, à l'abri des conséquences de son addiction à lui.

Toi seule sais ce qui est bon pour toi et pour vous, au regard de tout ce que vous avez construit ensemble. Et quel que soit l'endroit ou te mènera ta réflexion, je suis de tout coeur avec toi. Ton homme peut déjà s'estimer chanceux que tu aies accepté de traverser ce que tu as traversé ces dernières années. Et en osant lire entre tes lignes, j'ai l'impression que tu t'approches d'une décision. Est-ce bien le cas ?

Pardon à nouveau du coté un peu direct de mon adresse. J'espère n'être pas trop catégorique dans mes "jugements".
Je te souhaite bien Du Courage. De la Force. Du Courage.
L'homme est une femme comme les autres

Avatar du membre
Givre.coeur
Bidule
Bidule
Messages : 78
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Gender :
Âge : 31

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par Givre.coeur » il y a 6 jours

Salut Cajoline.

Je t'avais déjà répondu un truc similaire auparavant, mais je trouve que c'est tellement inégal ce que tu vis dans ton couple.

Certes le couple hétéronormé est parfois une cage, comme le disait Joebuck, mais vivre à deux est une affaire de compromis, et cela quelque soit le schéma, et si l'un des partenaires souffre autant c'est qu'il y a quelque chose qui cloche.
Le coup du message c'est franchement pas fameux ...

Bon courage

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 188
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 41

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par cajoline1610 » il y a 6 jours

Bonjour à vous,

Vous avez raison tous les 2 le couple heteronormé est une cage pour lui mais pas pour moi car cela me convient très bien.
J'ai compris son besoin de vivre cette sexualité mais ce que je ne comprends pas et lui non plus d'ailleurs c'est qu'il n'a pas envie de faire d'efforts ou de compromis. Il n'a pas envie de se mettre de quota ou limite.
Et le pire c'est que parfois il ne se protège pas.
Comme le disait Pablobi on dirait qu'il cherche à tout détruire.
Ça y est nous sommes séparés physiquement, car cela devenait insupportable de compter moins que des inconnus avec qui il passe du bon temps.
Qu'il ait besoin de ça je comprends que ce soit sa priorité je ne comprends pas.
N'est-ce pas juste son homosexualité qu'il n'accepte pas et qu'en disant qu'il ne veut pas faire d'efforts me pousse à rompre pour que la décision m'appartienne.
Ce temps séparé permettra t-il chacun de notre côté de prendre conscience des choses.

Bonsoirbonsoir
Bidule
Bidule
Messages : 54
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : bisexuel tendance pansexuel
Localisation : Bruxelles
Gender :
Âge : 52

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par Bonsoirbonsoir » il y a 6 jours

Bonjour Cajoline,

Je viens de lire que vous êtes physiquement séparé, pour un temps.

Je dois te dire que depuis que je "suis" ton histoire ici et que j'y ai réagis ce que tu racontes de votre couple me paraissait de plus en plus déséquilibré. Et à vrai dire ton mari de plus en plus …goujat.

Mais comme il a été écrit plus haut, ce n'est plus la sexualité qui est en question. C'est une question de respect mutuel (sinon de violence psychologique). Connaissant ton sentiment et tes émotions face à son addiction, t'écrire "excuse moi mon plan est arrivé" est purement et simplement de l'irrespect.

Le fait d'être bisexuel n'exclut pas de rester quelqu'un de correct. J'ai l'impression qu'il y aurait ici beaucoup de personnes pour qui le choc de leur sexualité contre la doxa sexuelle générale, conduirait à sortir des clous, mais je n'ai pas lu ce type de violence: "tout pour ma gueule"

D'autant que tu signales des comportements à risque qui en viennent à être aussi des violences potentielles vis à vis de TA santé.

Donc d'une souffrance l'autre, souffrir de la séparation d'avec cet homme me semble un moindre mal.

Toutefois, je n'ai que ton point de vue (et bien que je te croie et que je te soutiens) il doit bien y avoir des conditions dans quoi vivre avec une femme aussi tolérante et patiente que toi devrait être possible, à condition de traiter l'addiction.

Je le sais, tu l'écris, ce mode de vie n'est pas le tien ni celui que tu désires. C'est à partir de là qu'il faut réfléchir je crois. Que désires-tu? C'est toi le centre de ta vie.
Si ce que tu désires n'est pas possible (par exemple revenir à une vie antérieure) quelles conditions feraient que tu puisses vivre avec un sentiment d'apaisement et de sécurité?

Puisque c'est une addiction, peut-être faut-il la traiter comme telle. C'est à dire sans fatalisme (comme votre psy semble l'être).

Par exemple le contexte: puisque c'est interdit ici alors c'est permis là-bas conduit (il me semble) à une sorte de compulsion.
Au point qu'il "accepte" des gars avec qui il n'aurait (dans un autre contexte) pas "consommé".
Tu parles à juste titre de l'alcoolique qui boit de l'eau de cologne.
Ou bien que les plans passent avant le boulot => ce n'est donc pas pour le boulot qu'il part.

Cette attitude n'a que peu à voir avec la sexualité, et donc pas avec la légitimité de ce qu'on est, mais avec la violence (pour soi et les autres) de l'addiction; et ça c'est illégitime.
Il faudrait qu'il soigne l'addiction, sans la couvrir de ce qu'elle n'est pas: l'inéluctable identité affective et sexuelle.
Bien sûr le couple hétéro-normé est une cage et la liberté de jouir de son corps inaliénable, ET la violence est à proscrire.

Et même si pour des raisons variées tu as accepté beaucoup de choses et ménagé ( ou essayé de ménager) des limites, ici je crois que tu dois les poser. Il y a un danger ( pour lui ) mais aussi pour toi et vos enfants.

Il doit soigner (non pas sa sexualité: ça ne se soigne pas) mais l'addiction, la compulsion, qui finiront par l'isoler (le boulot passe au second plan => danger financier, la santé passe au second plan=> inconnus, pas de protection…, le respect des autres => "excuse moi mon plan venait juste d'arriver" etc…)

Et toi , sans doute , te protéger (non pas de la sexualité: ce n'est pas un péril) mais de la perte de tes repères, de tes désirs et de ton sentiment de sécurité tout aussi légitimes.

Je n'ai qu'un seul point de vue mais j'ai l'impression que tu devrais changer de psy.

Je t'embrasse et je t'envoie toutes les bonnes ondes dont je suis capable.

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 188
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 41

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par cajoline1610 » il y a 6 jours

merci bonsoir bonsoir pour ces mots,

je me rends compte à travers vos témoignages que j'accepte l'inacceptable, et pourtant vous aussi vous êtes dans sa situation avec ce besoin ces envies.
Tu as raison sur le fait il ne peut pas ici alors quand il est là il doit se gaver.
j'ai beau lui prouver que c'est une addiction par des articles officiels, il s'y reconnait dans les termes mais pas dans la réalité.
je vais vous citer son message en sortant de la psy ce seront donc ses mots
"La psy ne confirme pas l'addiction, que ce n'est pas une maladie, elle dit que j'ai toujours été clair sur ce que je faisais et que ta psy a eu que ma grille de lecture, que tu devrais réfléchir au fait que tu n'arrives pas à prendre de décision, aussi dans le sens où tu penses accepter la situation alors qu'elle te dérange au plus haut point. je suis dans le questionnement sur notre avenir car j'ai envie de changer mais pas tout de suite qu'avec le temps je pourrais m'en lasser et redevenir un peu comme avant. Car j'arrive à contrôler pendant 2 mois quand je suis à la maison et que j'arrive à faire autre chose de mon temps.. Elle me dit c'est les désirs, des envies et que je ne vois pas l'intérêt d'arrêter car c'est pas quelque chose de déplaisant pour moi"
"tant que ces envies seront présentes je ne peux pas te choisir car je me sentirai toujours dans le contrôle à faire des efforts et j'en ai pas envie"
"maintenant j'écoute ce que j'ai au fond de moi et cette envie de ne rien vouloir faire comme effort est forte"
"je pense que le côté homo m'appelle de plus en plus car mes plans passent avant toi"

Pour moi ça reste une addiction mais s'il n'a pas envie de changer alors rien ne se passera et comme sa psy va dans son sens ce n'est pas prêt d'arriver.

Pour ce qui est du préservatif soi disant dans l'excitation il n'y pense plus et fais confiance à l'autre

Le problème ne vient plus de moi car j'ai été tolérante bien plus qu'il ne faudrait

Pablobi
Biscotte
Biscotte
Messages : 290
Enregistré le : il y a 2 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Ile de France
Gender :
Âge : 40

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par Pablobi » il y a 5 jours

Navré de lure que tu es arrivé au bout de ta patience.

Alies désolé mais je vous plys du déni dans ses messages qu'autre chose. Et je trouve que ses mots sont assez violents. Même s'il ne s'en rend pas forcément compte.

J'ai le sentiment du déni car il parle d'un côté homo qui disparaîtra peut-être. Et pour moi c'est problématique. Ce n'est pas son orientation sexuelle le souci, c'est sa "consommation". L'orientation n'est pas une tare ni un mal. C'est ce qu'il en fait qui relève de l'addiction, et cette addiction est evidente pour nous tous ici.

Dans ces conditions, tu te retrouves un peu victime et ce n'est pas acceptable. Ta souffrance est glissée sous le tapis et ça ne pouvait pas durer indéfiniment.

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 188
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 41

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par cajoline1610 » il y a 4 jours

Il a accepté de voir ma psy une fois, la spécialiste en addiction. Il reconnait que les faits ressemblent à l'addiction mais ne se dit pas addict.
Est-ce du déni ou la réalité?
Sa psy dit qu'il ne peut pas et ne veut pas changer, malgré le fait qu'il veuille garder sa famille unie, je ne comprends pas.
J'espère qu'en allant voir ma psy spécialiste en addiction elle saura trouver les mots pour lui faire réaliser et quand il sera prêt entamer une démarche de soins.
Je n'arrive pas à me résoudre que tout est fini s'il y a encore une solution

Bonsoirbonsoir
Bidule
Bidule
Messages : 54
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : bisexuel tendance pansexuel
Localisation : Bruxelles
Gender :
Âge : 52

Re: Nouvelles de notre avancée et questionnements

Message par Bonsoirbonsoir » il y a 4 jours

Bonjour Cajoline,

J'espère que tu vas bien.
Tu conclus ton dernier message en disant, j'espère que tout n'est pas fini.

Et bien non! vous avez des enfants ensemble et vous les aimez tous les deux? Alors ça c'est pas fini.

Par contre peut-être que votre vie d'avant est finie. Et c'est peut-être pas si mal, au vu des ravages qu'elle provoque maintenant.

J'ai perçu comme des regrets à propos de la tolérance dont tu as fais preuve, je crois qu'il ne faut pas regretter parce qu'en tout état de cause, ce n'est pas ta tolérance qui serait à l'origine de l'embarras. Tu l'écrivais toi même beaucoup de gens sur ce forum se confrontent à une sexualité hétéronormée, hétéronormale. Rarement ça se passe sans encombre; par définition ce qui n'est pas "normal" n'est pas prévu, ni accepté, ni compris etc…

Je trouve que tu es courageuse et sensible aux autres et que donc c'est du mieux, du bien qui vient. Parfois les causes sont postérieures aux conséquence, on ne comprend le paradoxe qu'ensuite, quand il s'est dénoué.

Répondre