Assumer sa bisexualité à 50 ans

Vos questions, vos inquiétudes, vos sujets personnels
Répondre
mounch
Bizutage
Bizutage
Messages : 6
Enregistré le : il y a 4 ans

Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par mounch » il y a 3 semaines

J'ai un peu plus de 50 ans quatre enfants une femme que j'aime avec qui je suis marié depuis 25 ans avec qui j'ai des relations sexuelles régulières et qui nous procure toujours autant de plaisir.
Même si mes besoins on toujours été plus "important" que les siens je ne l'ai jamais trompée, nous nous sommes trouvé une équilibre avec un recours à la masturbations avec des vidéos ou des magazines...
Et oui dans les année 90 j'avais beau être précurseur en la matière, le net n'en n'était qu'a ses balbutiements et récupérer quelques photos sur un BBS prenait déjà des heures !
C'est a cette périodes que j'ai du admettre le fait que j'étais autant excité par de scènes hétéro que Bi ou Gay.
Avec le temps et pour éviter la routine ma femme a accepté de tester des choses nouvelles : tant pour elle (je n'ai pas de tabou tant que c'est voulu par les deux) jusqu'à un fantasme fort pour moi le Strap On (se faire sodomiser par une femme avec un godemichet) ce qui m'a procurer beaucoup de plaisir mais l'a quand même elle un peu dérangée. Pour moi cela ouvert quelque chose (sans mauvais humour) un fantasme qu'elle ne pouvait malheureusement pas satisfaire a savoir un rapport oral avec le sexe d'un homme, mais cela est resté enfoui en moi
Et puis il y a maintenant presque deux ans nous avons traversé un drame familial : ma plus jeune fille de 8 ans s'est fait sexuellement agresser par un jeune que nous accueillions à l'époque.
La famille au complet a donc entamé un travail avec un psychologue pour surmonter cette épreuve.
Cela commence tout juste a porter ses fruits pour ma fille, mais pour moi cela a fait émerger quelque chose que j'avais tant bien que mal enfoui dans les méandres de ma mémoire.
A savoir que j'avais moi aussi été agressé sexuellement approximativement au même age, un prédateur m'avait attirer dans un coin et m'avait contraint à me laisser faire une fellation, dérangé il n'était pas aller plus loin, me laissant terrorisé et perdu.
Mais a l'époque on n'allait pas vraiment voir un psy pour des choses comme ca !
Mes parents plein de bonnes volonté m'avait réconforté et dit c'était finis de ne plus penser a ça que j’oublierais vite... 40 ans n'aurons pourtant pas suffit pas plus que 80, on oublie jamais !
Il faut apprendre à vivre avec, c'est la seule solution, ce que j'ai donc accepter de commencer a faire.
Mais cela à soulever une vrai questionnement cette attirance sexuelle pour les hommes était elle la suite de ce trauma, car c'est aussi la que réside la perversion du viol chez un jeune enfants. L'acte a beau être violent, non désiré, voir répugnant, il provoque malgré tout une forme d'excitation pour ne pas dire de plaisir car même non désirée cela la première expérience sexuelle.
Ou bien étais je simplement bisexuelle, le seule véritable moyen de savoir était donc de faire une expérience avec un homme, voir si j'arrivais a aller jusqu'au bout et si j'en tirais réellement du plaisir.
Nous avons donc longuement discuter avec ma femme, a savoir si elle acceptais cela ou si on oubliait tout et l'on continuais comme avant.
Elle a filialement elle même tranché en m'offrant une entrée dans un sauna gay.
J'y suis donc allé, trouvé un partenaire et réalisé mon fantasme « faire une fellation à un homme », cela m'a plu et donc confirmé ce que je savais au fonds de moi même a savoir que je suis bien Bisexuel.
Seulement voilà on faisait quoi de ça maintenant ?
On a donc essayer de trouver une « organisation », quand j'avais vraiment envie je l'en prévenais et je lui laissait le temps après de revenir vers moi quand elle le voudrait.
Mais nous avions oublié quelque chose, malgré tout l'amour, la compréhension et l'honnêteté dont nous pouvions faire preuve, dans ce genre de situation il n'y a pas que la comprendre puis accepter la chose il y a aussi la supporter !
Et cela c'est avéré être plus compliqué pour elle qu'elle ne le pensait, mais pour moi aussi
Une de ses principales craintes est que je finisse par « rencontrer » quelqu'un dont je tomberais amoureux.
J'essaie pourtant de lui expliquer depuis le départ que ce n'est pas quelqu'un que je recherche mais quelque chose, que pour moi cette activité sexuelle est totalement dénué de sentiment.
Aussi trivial que cela puisse paraître je fais facilement le parallèle avec la pratique d'un sport, pourquoi le sexe ne peut être considéré comme un besoin simple, comme une activité qui y répond ?
Mais trouver une organisation est plus complexe que je ne pensait, j'ai commencé par avoir recours a des massages tantrique car on restait dans une raltion tarifé plus claire, mais cela ne me satisfait pas vraiment
en fait je préfererait une relation plus humaine plus suivi mais ce n'est pas silmple de trouver....
Je suis donc dans l'expectative
Voila c'est un peu long mais je sais que je ne suis pas seule, que la bisexualité est beaucoup plus courante que la société veut bien l'admettre et qu'elle est sans doute la moins « tolérée » des sexualité.

Avatar du membre
Biscuit
BIg Boss
BIg Boss
Messages : 17380
Enregistré le : il y a 18 ans
Orientation sexuelle : pansexuel
Localisation : Avignon
Gender :
Âge : 45

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par Biscuit » il y a 3 semaines

Joli témoignage, ton couple semble solide, complice, et ta compagne bienveillante et compréhensive. C'est déjà une chance.
Bienvenue :dmb:
Biscuit

Avatar du membre
Givre.coeur
Bidule
Bidule
Messages : 82
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Gender :
Âge : 31

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par Givre.coeur » il y a 3 semaines

Merci pour ton témoignage, et bienvenue.
Ton épouse est effectivement très compréhensive !

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 197
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 42

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par cajoline1610 » il y a 2 semaines

Bonsoir Mounch,

J'ai l'impression de lire à travers ton récit la même histoire que celle de mon mari. Je peux te confirmer que pour ta femme cette crainte de te perdre est réelle même si tu l'as rassures le plus que tu peux.
Oui nous pouvons être ouvertes d'esprit, compréhensive, accepter l'idée et finalement quand cela arrive, partager physiquement et sexuellement peut être difficile à supporter surtout si vous avez été toujours exclusifs.
À travers plusieurs témoignages ici et ailleurs je me demande si ce trauma n'influence pas pour certains leur bisexualité.
Tu as découvert que tu aimais ça mais en as tu besoin pour être épanoui ?
Tu as découvert un côté que tu as envie d'explorer ce qui peut se comprendre mais préserve également ta femme et ta famille.

mounch
Bizutage
Bizutage
Messages : 6
Enregistré le : il y a 4 ans

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par mounch » il y a 2 semaines

Merci pour ta réponse, et le témoignage de ta propre expérience.
Tu mets justement le doigt sur le point central de tous cela en au je simplement envie ou besoin.
Pour ma part depuis que je l'ai accepté je dois bien admettre que même si nous continuons a avaoir des relations avec ma femme et qu'il me procurent toujours autant de plasir et satisfaction (ce qui à priori apres 30 ans est déja bien) ces envies perdurent.
Pour être tout a fait honnête il fuadrait plus parler de "Pulsions" car elles ont un aspect un peu obsessionelle.
Comme toute pulsions non satisfaites elles demandent un exutoire j'ai arrêté de fumer de boire après je vois plus....
On essaie donc de trouver un fonctionnement viable avec un cadre qui soit accepté de nous deux.
Ce qe je cherche c'est quelquechose et pas quelqu'un, mais ce n'est pas evident de trouver la bonne personne qui soit dans la même dynamique et multiplier les partenaires c'est pas forcement mon truc.
Mais tu as parfaitement raiosn de rappler que l'important est dans l'objectif de préserver mon coupl et ma famille.

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 197
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 42

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par cajoline1610 » il y a 2 semaines

Bonjour,

Je comprends tout à fait la différence entre ton désir pour ta femme et tes pulsions qui deviennent obsessionnelles pour les hommes.
Mon" mari" m'a expliqué à plusieurs reprises que cela n'avait rien à voir, avec moi ce sont les sentiments, la sensualité le désir, pour les hommes il les considère également comme des objets, dénués de tout affect, il s'est inscrit sur un site de rencontres pour avoir ce genre de relation, mais la tendance s'est amplifiée, ses pulsions et envies sont devenues de plus en plus fréquentes, au point de ne plus pouvoir respecter le cadre les limites, au point où c'est devenu tellement obsessionnel que le travail passe après et maintenant même sa famille.
Je lui ai demandé de réduire dans un premier temps mais il ne veut plus, il a besoin de sa dose et cela s'est transformé en addiction.
Quand je venais sur ce forum je ne comprenais pas pourquoi mon mari ne pouvait respecter mes limites et garder ce plaisir occasionnel, et en allant voir une psychologue c'est bien qu'il est devenu addict.
Maintenant nous sommes séparés, beaucoup de souffrance de chaque côté, mais il n'est pas prêt à arrêter ses rdv avec des inconnus d'un soir et ça je ne le tolère plus malgré tout mon amour pour lui.
J'espère que vous arriverez à trouver un terrain d'entente et que personne ne souffre

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 197
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 42

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par cajoline1610 » il y a 2 semaines

Ton épouse est compréhensive car elle t'aime et ne veut pas te perdre, mais il faut faire attention à ce que sa souffrance ne soit pas de plus en plus grande.
Vous ne pouvez lutter contre vos pulsions et nous en tant qu'épouse on ne peut lutter contre ce qu'on le ressent, même si ce n'est que sexuel et rien de sentimental, j'avais beau me répéter ce n'est que physique, pas de sentiments etc, savoir que quelqu'un d'autre te touche, te donne du plaisir, on a toujours peur d'être moins bien même si c'est différent, on a l'impression de ne pas être à la hauteur de vous combler, notre ego mal placé en prend un coup. Je n'étais pas de nature jalouse mais je l'étais devenue, ne supportant plus de passer après des inconnus

Bonsoirbonsoir
Bidule
Bidule
Messages : 62
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : bisexuel tendance pansexuel
Localisation : Bruxelles
Gender :
Âge : 53

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par Bonsoirbonsoir » il y a 1 semaine

Bonjour à toutes et à tous,

Á lire le témoignage de Mounch je suis ému ( encore une fois) par les ravages émotionnels que génèrent une sexualité différente de la doxa.

Ce n'est pas la première fois que je lis ici que des hommes découvrent leur bi-sexualité à la suite de traumas, des abus parfois anciens…de la part d'autres hommes.
Vous ne serez pas étonnés que mon intérêt se porte sur cet aspect et vous aurez déduis que mon "initiation" à l'homosexualité a été elle aussi perturbante et même violente. C'est ce qui est poignant, parce que ce moment détermine ensuite toutes sortes de détresses indues, pour la personne concernée mais aussi pour son entourage. Et principalement pour sa femme.

Bien que la bisexualité ne soit pas un problème en soi, ça soulève un édifice qui est construit sur une sexualité normale=> l'hétérosexualité.
Par quoi non seulement on régénère l'espèce, mais on fonde des familles , donc des projets, donc un bonheur légitime que tout le monde voudrait durable ou éternel.

Sauf qu'en réalité dans ce schéma les identités, les intimités, les attirances et les fantasmes n'ont que peu de place. En gros la personne n'a d'importance qu'à un niveau secondaire et pour qui vit des angoisses c'est pourtant le principal.
Parfois je lis que l'amour ( parfois les convenances, les habitudes qui pourraient être restaurées à la fin ) fait agir de manière ouverte et tolérante, mais c'est si difficile de se reconditionner, si difficile à surmonter quand le doute, parfois le dégoût viennent tout faire sauter.

Le fait d'avoir été exposé à une sexualité différente de l'hétérosexualité est un moment intime qui peut avoir des conséquences à long terme dont il ne faut pas considérer les implications comme un objet moral. Certain·e·s y ont trouvé quelque chose qui leur correspond d'autres non.

Il faudrait pouvoir démonter le syllogisme qui veut que si on fait l'amour avec quelqu'un qu'on aime, avoir une relation sexuelle signifierait aimer.
Parce qu'au final ces gestes qu'on fait dans l'amour seraient les mêmes dans la sexualité; ils auraient le même sens, le même but. Alors que non.

Je sais que cette idée est raisonnable et qu'on n'est pas forcément raisonnable quand on constate que son mari désire des hommes ( par exemple), qu'on peut admettre intellectuellement une idée et souffrir le martyr quand même.

Pourtant quand il est écrit qu'on cherche quelque chose et pas quelqu'un , je crois que c'est vrai. Et même quelquefois que cette "chose" est soi-même ou une grande part de soi-même. Dans mon cas la plupart de ces interrogations étaient liées à cette part de moi même qui était un vide abyssal et paradoxalement incroyablement dense. Oui le vide est parfois dense (?!)


Et oui le conjoint n'a rien à y voir. Et oui parfois on cache sans tromper. Parce que parfois c'est indicible, pas qu'on aille voir ailleurs ( ça c'est d'une banalité affligeante et d'une couardise très commune) mais que les raisons de ces "curiosités" sont parfois difficiles à traduire dans le langage commun. Et donc dans celui du couple, des projets, des souvenirs fondateurs etc…

C'est pourquoi j'ai l'impression que seule la conversation, lente, longue, avec le moins d'a priori possible (c'est la partie la plus compliquée) est la seule chose qui permette de comprendre avec qui on vit et de se rendre compte que même les choses qu'on considère comme insupportables font partie de la personne qu'on a choisi comme partenaire, même si soi ou l'autre n'en a pas conscience.

Parce qu'en réalité on passe beaucoup plus de temps à faire autre chose que l'amour dans un couple, on base des projets, des aspirations des valeurs sur une autre confiance que sur l'impératif de l'exclusivité sexuelle. Non?

Parfois ce n'est plus possible de vivre ensemble mais c'est pour des raisons souvent plus vastes et plus intriquées que les seules pratiques sexuelles.

Je me rends compte en lisant ce forum ( pas forcément tous les jours) qu'il y a des trésors de compassion et de tolérance et qu'ils sont toujours en but avec ce qu'on "nous a appris". Mais qu'il y a tellement plus à faire et à vivre que de souffrir d'une pensée externe à ce que nous sommes.
Même dans les passes difficiles, il y a beaucoup d'espoir. Même dans les contradictions inextricables, c'est possible d'être un peu plus libres pour être plus heureux.

mounch
Bizutage
Bizutage
Messages : 6
Enregistré le : il y a 4 ans

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par mounch » il y a 1 semaine

Un grand merci a toi pour ces mots, non seulement ils font echo en moi mais en plus tu le dis avec beaucoup de justesse et de style.
C'est vrai que les moments de doutes voir de dépresions son courants quand on traverse une expérience de ce type.
Entendre un témoignange qui qui vous conforte est une vrai bouée dans une tempêtes de sentiments contradictoires que je vis actuellement.
Le 12 Novembre cela a fait tout juste une an que j'ai eu ma première expérience, celle qui m'aura permis d'enfin accpeter cette réalité avec tous ce que cela impliquait.
Mais comme le destin est farceur quelques mois plus tard on m'a diagnostiqué un cancer et le 1er Avril 2022 je passais 5H00 sur une table d'opération pour enlever une bout de moi dans l'espoir de conscrire cette hôte envahissant.
S'en est suvi une période faite de douleurs que je n'aurais jammais pensé pouvoir surmonter, et même si mon état a ponctuellement mis en le "probléme en Stand By" cela ne l'a evidemment pas réglé.
Comme tu le dis seule la discussion l'honnêteté le respect de l'autre et l'amour (pas le charnel) pourront nous faire trouver une nouvelle voie.

Bifriendly
Bizutage
Bizutage
Messages : 6
Enregistré le : il y a 1 semaine
Gender :
Âge : 58

Re: Assumer sa bisexualité à 50 ans

Message par Bifriendly » il y a 23 heures

Merci pour ce partage. Je me reconnais aussi dans ce que tu dis.
Courage a toi

Répondre