Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Vos questions, vos inquiétudes, vos sujets personnels
Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 248
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 46

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 1 an

Merci Marjotte ! :)

Actuellement, je n'ai personne. J'ai un peu laissé de côté les applications de rencontres. Les quelques rares tentatives d'approches infructueuses m'ont confirmée que ce n'était plus un milieu pour moi. J'ai pendant quelques temps un sentiment de "manque", de cette sexualité et cette complicité masculine. Maintenant, ça va bien.

Je suis dans une dynamique de "pouvoir n'est pas devoir". Si l'occasion se présente, tant mieux, mais je ne vais plus chercher trop activement à faire des rencontres.

Mon épouse est en contact avec plusieurs hommes, ils seraient tous partants à coquiner avec elle, et réciproquement. C'est plus une question de disponibilités qui empêche la réalisation des rendez-vous.

Concernant les enfants, on essaie d'être transparents au maximum, tout en gardant notre "intimité". Évidemment, nous avons des conflits, mais ce n'est généralement pas à cause de notre mode relationnel.

Concernant mon ami, c'est ce que j'ai essayé de faire. Il a pu annoncer sa séropositivité à un cousin, mais pour les autres amis, c'est resté difficile. On s'était dits qu'on essayait de rester "amis" au cas où on arrêterait de relationner. La réalité est qu'à bientôt une année depuis la fin de notre relation, on ne se donne plus du tout de nouvelles. Je ne sais pas si c'est pour se protéger, mais il y a aussi le fait que nous n'avions vraiment aucun point commun, si ce n'est cette attirance physique.

Je ne sais pas ce qu'il pense de la relation que nous avons eue, mais à y réfléchir, je ne relationnerai plus avec une personne célibataire. Etant en couple heureux, ça cause trop de déséquilibre.

Avatar du membre
Marjotte
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 157
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Localisation : Québec, originaire de la côte d’azur
Gender :
Âge : 41

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Marjotte » il y a 1 an

Je trouve très intéressante et juste ta phrase « pouvoir n’est pas devoir »
Je trouve très réconfortant de lire qu’après avoir pu explorer librement tout ce que tu avais à explorer, tu sois toujours autant, si ce n’est plus investi dans ton couple et que tu choisisse de vivre cette accalmie auprès de ta femme.
On comprend bien que ça ne veut pas dire que tu ne coquinera plus, et je te souhaite de vivre encore de belles expériences. Mais pour moi ça tend à prouver que souvent une des raisons qui font échouer c’est à cause de trop limites qu’on s’impose, qui nous forcent à choisir.
Ça ne veut pas dire bien sur qu’il ne faille pas exprimer nos limites ni respecter celles de l’autre, mais j’ai l’impression que quand, comme tu en as eu l’occasion, on a l’opportunité d’explorer sans entraves nos besoin, alors, si notre couple est là où on veut être, s’il est notre point d’encrage, il le reste.

On a tous peur en sortant du schéma classique de perdre l’autre, et votre histoire montre que ce n’est pas une fatalité.
Life, it could change, it could change in a day
So cherish your years and just roll with the waves - Dan Reynolds

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 248
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 46

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 1 an

Chapitre 6 - Partie II - Celui qui fait le premier pas...

Cela faisait près de deux mois que mon Cher Ami m'avait parlé de réunions organisées par un centre de santé sexuel et de dépistage intitulées "Ma vie d'hétéro". Je n'avais pas plus d'informations. Je pensais que cela concernait surtout des hommes bisexuels. Comme j'adore discuter et partager avec les autres, échanger nos expériences, ce groupe m'intéressait donc beaucoup.

Je n'avais pas pu assister à celle de février, contrairement à lui. Il m'a alors raconté qu'il s'agissait principalement d'hommes gays qui ont eu une vie d'hétéro, avec une femme et des enfants. La plupart a plus de 50 ans. ils ont assumé leur homosexualité sur le tard.

J'y suis allé avec curiosité et intérêt. Nous avons partagé nos expériences. Il y avait toutes sortes de situations. C'était majoritairement triste et tragique, car il y a de la tromperie et de l'adultère après des décennies de frustration à se conformer au moule sociétal.

Comme j'étais nouveau, j'ai eu droit à un peu de temps pour raconter mon histoire. Ils ont été touchés, voire admiratifs de mon parcours, mais également de la façon dont j'élève mes enfants. Ils auront une "ouverture d'esprit incroyable", m'a-t-on dit. Je l'espère !

Nous étions 8 personnes, plus 3 organisateurs. J'étais assis juste en face d'un homme d'une cinquantaine d'années, barbu, les cheveux poivre et sel. Derrière ses lunettes, il avait un air un peu sévère, mais dès qu'il souriait, je le trouvais rayonnant et beau. Clairement, il me plaisait ! J'ai passé à la soirée à l'observer discrètement et quand il croisait mon regard, je détournais nonchalamment les yeux.

A la fin de la soirée, certains sont rapidement partis. D'autres traînaient un peu. J'ai demandé s'ils avaient l'habitude d'aller boire un verre ou manger quelque chose après la réunion. Ca arrivait parfois. Il y avait trois personnes, notamment le fameux monsieur. Nous sommes allés dans un bistrot pour manger. Sur le chemin, je me renseigne sur leur âge (il a 55 ans) et d'où ils habitent.

Je voulais m'asseoir en face de lui. Je me suis retrouvé en quinconce. En fait, ce n'était pas très important vu qu'on était que 4. J'ai pu mieux le voir. Nous continuez à faire connaissance tous les 4.

A un moment, je me penche un peu sur la table en diagonal et je lui demande :
- Tes yeux sont de quels couleurs ? Bleus ? Verts ?
- Bleus...

Je me retient pour lui faire un compliment et me contente de sourire.

Ces réunions ont lieu chaque. Je ne pouvais pas assister à celle d'avril, car je serai en vacances. Ça signifiait que je ne pourrai pas le revoir avant mai. Deux mois à attendre ! Mince !

Je me suis dit que je n'aurais pas la patience d'attendre. J'ai réfléchi à un prétexte. Il se trouve que dans le quartier où il habitait, il y a une bibliothèque où je me rends souvent (en réalité, ce n'était pas tout à fait correct, car il avait donné une direction). Je lui ai dit que je devais me rendre samedi pour rendre des livres. Est-ce qu'il était aussi libre pour boire un verre ?
- Oui, ça joue. Je n'ai de prévu.
- Cool ! Tu peux me donner ton no ?
- Volontiers !

C'était dans la poche ! Restait plus qu'à convenir d'une heure. Nous nous quittons. Je rentre en train avec un des hommes. Nous parlons pendant le trajet, une triste aussi. De retour chez moi, je remarque qu'il m'a envoyé un message me souhaitant un "Bon retour :)"

Est-ce que ça signifiait quelque chose ? Toujours est-il que j'étais content de moi d'avoir osé fait le premier pas et montrer mon intérêt pour lui.

Le lendemain, nous échangeons des messages pour convenir de l'heure. J'arriverai peu avant midi, ce qui signifierait que nous mangerons ensemble. Je lui propose d'apporter du canard. Lui s'occupera du reste.

J'arrive chez lui vers 11h45. Il m'accueille de propose une boisson, puis nous installons sur le canapé. Nous discutons pendant une heure et demie, lui beaucoup plus que moi. Nous ne voyons pas le temps passer. Il est lui-même étonné, car d'habitude il est plutôt taciturne. C'est très chouette, ça !

Nous faisons une pause pour manger. Il avait fait une délicieuse petite salade avocat-grenade-saumon et ciboulette. Puis, nous retournons sur le canapé. Lors de cette deuxième partie, je suis un peu plus bavard. Je lui parle de moi. Je lui avoue que je n'avais pas vraiment l'intention de venir à la bibliothèque ce samedi. Ce n'était qu'un prétexte. "Je m'en doutais bien".

Lors de la réunion, il avait remarqué que je le regardais. Il s'était demandé "c'est moi qu'il regarde" ? A chaque fois, je détournais nonchalamment le regard. Puis, il y a eu le restaurant et l'échange de numéro de téléphone. "Ça fait plaisir de voir qu'on plaît"...

Il est attiré par les garçons depuis l'adolescence, mais à l'époque, on ne parlait pas trop d'homosexualité. Il a été amoureux de filles, mais grande timide, il n'a jamais osé faire le premier pas. Dans la 20aine, celle qui allait devenir le drague. Ils vont rester près de 30 ans ensemble, jusqu'au jour où il réalisera qu'il ne peut plus continuer "comme ça".

Il avait eu des expériences "soft" par le passé avec des hommes rencontrés dans un ciné porno ou sur des aires autoroutes, mais ce n'est que récemment qu'il a découvert les applications de rencontres gays. Il a alors pu faire ses premières expériences. Cela a été le déclencheur pour qu'il se décide à quitter sa femme.

Il a aussi une histoire familiale et une parcours personnel assez tourmentées. Cela m'a beaucoup touché. A un moment, il enlève ses lunettes et je vois ses yeux un peu humide. Nous étions tous deux pas mal émus d'avoir évoqué de nos expériences. Je me suis replongé en janvier 2020 quand je me suis fait arnaquer par ce faux site de rencontres. C'était la première fois que je me confiais à un "homme" et pour qui j'avais développé des sentiments...

Je lui propose un hug qu'il accepte, puis je lui demande si je peux lui faire un bisou :
- Oui...
- Où ?
- Où tu veux... Sur les lèvres ?

Je lui caresse alors affectueusement la joue gauche, je lui souris, puis j'approche ma tête de la sienne. Il ferme alors ses yeux, mes lèvres viennent tendrement effleurer les siennes. Puis, une deuxième fois de manière un peu plus intense. En un instant nos langues ne font plus qu'une.

Wow !

S'ensuit une bonne demi-heure de tendresse où nous nous caressons et nous nous embrassons. Nous terminons en sous-vêtements. Je ne souhaitais pas aller plus loin. Du moins ce jour-là...

Peu après, je prends congé de lui. Dans la soirée, je lui écris différents messages pour le remercier. Dans la fougue et l'excitation du moment passé, je lui fais savoir que je suis très intéressé et motivé à le revoir. Après coup, je me dis que j'ai été peut-être trop insistant et envahissant.

Nous sommes deux jours après la rencontre. J'éprouve beaucoup de tristesse et d'inquiétude pour lui, mais aussi pour tous les hommes comme lui, de sa génération qui ont accepté et assumé leur homosexualité sur le tard. Est-ce qu'ils ressentent le sentiment d'être passé à côté de/raté leur vie ? Est-ce qu'ils ne vont pas avoir des comportements à risque, maintenant qu'ils ont l'occasion de vivre la vie qu'ils ont toujours souhaitée et rêvée ? Je pense en particulier à une sexualité débridée, avec des prises de risque vis-à-vis des IST (variole du singe, par exemple), le chem-sex. Pour cette dernière, une célébrité a mis les projecteurs sur cette pratique au sein de la communauté gay...

La possibilité/probabilité de trouver l'amour et un partenaire de vie à un âge avancé est plus difficile. Le risque n'était pas de compenser le manque de tendresse et d'amour par beaucoup de sexe et de jouissance, sans réel épanouissement ?

Et moi, dans tout ça, est-ce que je souhaite vraiment m'engager et m'investir avec quelqu'un qui vit tel un chamboulement cataclysmique dans sa vie ? Il doit être tellement perdu. Et qu'est-ce que je peux lui offrir, vu que je ne suis pas libre à 100% ?

Forcément, ça me rappelle l'histoire que j'ai pu vivre il y a eu bientôt 2 ans. Il y a eu de beaux moments, mais également de la tristesse sur la fin. Est-ce que je souhaite faire vivre cela à quelqu'un d'autre ?

Parfois, je me dis que les choses seraient plus simple si je n'étais que bisexuel. Or je suis également biromantique. Je pense que cet aspect est peut-être même plus important, mais de peu ! :cheesy:

J'ai l'impression que les hommes biromantiques sont plutôt rares.

D'un point de vue personnel, je suis fier d'avoir osé montrer ostensiblement mon intérêt pour quelqu'un qui me plaisait et faire le premier pas. C'était la première fois que ça arrivait. Cela a mené à une rencontre enrichissante, émouvante, douce et tendre. C'est ainsi que je souhaite vivre mon "homosexualité". Cela dit, je me suis laissé emballé par mon enthousiasme, et je crains avoir été quelque peu cavalier et envahissant.

Il m'a dit qu'il n'était pas du genre à faire le premier pas. Il laissait toujours les autres le faire pour être sûr qu'il avait de l'intérêt. Je fonctionne normalement de cette manière, mais cette fois, je me suis dit "fais-le ou tu le regretteras !". Et j'ai bien fait de tenter ma chance, même si ça me met dans une situation délicate émotionnellement pour moi.

Je vais néanmoins essayer de mettre un peu de distance en lui écrivant moins pour ne pas lui mettre une éventuelle pression. Je me suis aussi excusé à propos de mon attitude un peu déplacé. Il a répondu par un laconique "T'inquiète pas...". Je ne sais pas qu'en penser...

La prochaine réunion aura lieu dans pile un mois. J'aimerais bien pouvoir passer égoïstement d'autres moments doux, tendres et agréables avec lui, mais je ne suis certainement pas la personne qu'il lui faudrait sur le long terme.

D'ici là, à lui de faire un pas dans ma direction s'il souhaite reprendre où nous nous étions arrêtés en ce samedi après-midi sur son canapé...

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 248
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 46

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 1 an

Chapitre 6 - Partie III - Ce qui va au karaoké gay...

Suite à ma rencontre avec Sylvain, j'étais dans cet état d'esprit incertain dans lequel nous nous demandons "Est-ce réciproque ?". Le moindre signe est pris dans un sens où dans l'autre. La moindre manifestation de l'être désiré nous fait battre la chamade.

Lundi, je lui ai écrit un message m'excusant de mon attitude quelque peu cavalière et des messages peut-être un peu trop envahissants. Sa réponse : "T'inquiète...".

Mardi, j'ai eu droit à un simple "bonne nuit ;-)" vers 22h00. L'idée que l'une de ses dernières pensées avant de me coucher m'avait fait grand plaisir.

Mercredi, je rebondis sur un de ses messages pour lui demander son nom de famille. Je le connaissais déjà, car je l'avais vu sur un courrier qu'il avait laissé sur la table à manger. L'idée était "d'officialiser" la chose. J'en ai profité pour lui donner le mien..

Jeudi, je lui fais part de mon intention d'aller au karaoké gay dans la ville où il habite. Il en avait parlé avec un des hommes, Philippe, qui étaient restés manger. Ca avait l'air vraiment sympa ! Il avait fait partie d'un choeur et appréciait chanter. C'était peut-être l'occasion de le revoir.

Je lui demande quel jour était meilleur, vendredi ou samedi ? Il me dit que c'était égal, les animateurs étaient bons. J'ai choisi donc le samedi. Il me répond alors qu'il ne sait pas ce qu'il allait faire le soir. Il avait prévu voir un ami dans l'après-midi, la suite était incertaine. Je me suis dit que je devais essayer, même s'il n'était pas présent...

Je n'écris rien vendredi, lui non plus. Samedi, je lui souhaite un bon week-end et disant : "on se voit peut-être ce soir ?". Il réitère son incertitude, mais me souhaite une bonne soirée... C'est rude quand même de n'avoir que des réponses succintes...

Dans ma voiture, j'essaie de me convaincre qu'il viendra. "I want to believe !", comme disait Fox Mulder à propos des extra-terrestres. J'en ai quand même un peu les larmes aux yeux. Devant son silence, c'est impossible de savoir ce qu'il pense vraiment. Quand je lui pose des questions, il y répond, mais n'en pose pas en retour. C'est un discours en sens unique.

J'arrive au bar vers 21h45. Il n'y a personne à part le patron, 2-3 amis à lui et les 2 barman/maid. Je me dis "mais dans quel galère, je me suis mis...". C'est quand même très intimidant de sortir seul. La dernière fois que je l'avais fait, c'était il y a pile une année, lors d'une soirée LGBT avec mon ex. Un mois après, nous rompions... Beaucoup de souvenirs me revenait à l'esprit.

Je me suis installé au bar, juste en face de l'entrée. Ils ont passé une play-list des années 80. Toute mon adolescence ! A ce moment, j'en étais vraiment un. J'étais à la fois fébrile d'être dans un nouveau lieu, mais j'étais aussi impatient de revenir celui sur qui j'avais eu un crush une semaine auparavant.

Vers 22h15, les premiers clients arrivent. Jusque là, le DJ/responsable de la technique était venu me faire la conversation. Il m'a d'ailleurs un peu dragué... J'envoie un message à Sylvain pour lui dire qu'ils passent des chansons des années 80, "toute mon adolescence" !

La salle se remplit vite, la plupart des tables étaient déjà réservées. Qui vois-je arriver ? Philippe, un des quatre qui étaient restés manger après la réunion. Il est évidemment très étonné de me voir là. Je lui explique que c'est parce que je les ai entendus parler de ce karaoké que je suis venu.

Sylvain m'offre un verre de Coca, puis prends une bouteille de vin rouge qu'il partage avec son amie, un jeune homme (hétéro) dont on venait de faire connaissance et moi.

L'ambiance est bonne, ainsi que les chanteurs. A 22h44, je reçois un message de Sylvain qui dit qu'ils sont allés voir un film, puis ils "boivent encore un verre...". Je comprends comme "je prends un dernier verre et j'arrive". Je suis du coup très content, je commence à m'impatienter comme un ado.

Puis passent 15 minutes, 30, 45. Voilà plus d'une heure. Il ne viendra pas. Je me résigne.Je finis la soirée avec Philippe et Co.C'était vraiment très bien ! Je ne regrette pas d'y aller. Mon objectif était d'oser aller seul à ce genre de soirée et d'en profiter, ce que j'ai fait !

A un moment, Philippe me demande si tout se passe comment je le voulais. Je lui réponds d'abord par l'affirmative, tout va bien. Puis, je lui dis :
- En fait, non. J'attends Sylvain...
- Ah...

Au moment de partir, vers 2h00, je fais un hug à Philippe, ainsi qu'une bise, qui par un faux mouvement arrive sur le coin des lèvres. Je suis un peu gêné, mais je fais comme s'il n'était rien arrivé. En revenant vers ma voiture, je lui écris un texto pour lui remercier de sa générosité et de sa gentillesse. S'il n'était pas venu, je serais certainement parti plus tôt.

"Grave" erreur... Il m'envoie en retour plusieurs messages pour me complimenter. Je laisse passer la nuit. Le lendemain, vers 8h00, je lui écris un autre message sur WhatsApp, il comprends de travers, et c'est la méga tirade enflammée.

C'était le jour du changement d'horaire. Je voulais dormir encore un peu, mais il fallait dissiper le malentendu. Il comprends, mais il maintient ses compliments.

C'est à ce moment que Sylvain me demande comment s'est passée ma soirée ! Très bien, lui dis-je. Puis venu de nul part, il me dit :
- Très envie d'aller au sauna...
- C'est une proposition ?
- Ça pourrait l'être.
- Je m'organise et je te redis !

Du coup, je demande à ma femme si c'est ok pour elle ? J'avais prévu d'aller faire du fitness et de la piscine, mais surtout de me reposer. Vu la déception de la veille et que je ne savais pas quand pour être la prochaine occasion. J'y vais, le cours le rejoindre dans l'après-midi !

Nous passons trois heures ensemble, entre le hammam et le jacuzzi. C'était très agréable ! Finalement, j'ai pu rattraper ce que nous n'avions pas pu faire quand je suis allé chez lui. Je rentre chez moi en début de soirée.

Pendant le repas, je raconte à mes enfants mes dernières sorties, celle au groupe de parole, le fait d'être allé chez Sylvain et le karaoké. Je ne leur en avais pas parlé, alors qu'ils m'avaient vu partir. Je voulais être transparent avec eux.

A première vue, tout semble bien se passer entre Stéphane et moi, mais en fait, pas vraiment... Il ne m'écrit presque pas et c'est toujours à moi de le relancer. Quand il répond, il reste succinct et évasif. Il ne pose jamais de question.

Lorsque nous étions au bar, il me dit : "si un homme commence à me draguer, je peux aller avec lui". Sur le moment, j'ai trouvé ça plutôt "chou", mais il y avait quelque chose de très clair. Je lui ai posé la question explicitement de la raison de cette phrase.
- Non, pas de raison particulier, juste l'histoire d'être clair et de pouvoir être libre d'évoluer avec qui bon nous semble, sans brimer l'autre.

Sur le principe, ça ne me pose pas de problème, mais ce jour-là, j'avais modifié mon programme pour passer du temps avec lui. Ça aurait été déplacé que j'aille m'amuser avec un autre. J'aurais été déçu qu'il en fasse de même et qu'il me laisse en plan ?

Heureusement, ça n'est pas arrivé...

Puis, la semaine passe. J'essaie de ne plus trop lui écrire. Il ne fait rien. Le hasard fait que dans quelques jours, je dois me rendre à 300 mètres de chez lui. Je voulais lui donner cette information, mais compte tenu de la situation, je me suis retenu de le faire. Clairement, je ne l'intéresse pas, mais ce n'est pas clair. Il m'a dit qu'il n'aimait pas trop écrire et qu'il préférait les interactions réelles. Néanmoins, sa réaction n'est pas "normale".

Comme j'étais un peu déprimé et que je me suis posé beaucoup de questions concernant mon orientation (sujet de la prochaine partie), j'ai proposé à Philippe d'aller boire un verre. Je lui en devais quelques-un. Il a accepté l'invitation. Nous avons pu faire plus amples connaissances. C'était un verre convivial en toute amitié. Ca m'a fait réaliser que mes interactions avec Sylvain n'était "normales". Certes, il dit des choses difficiles et compliquées en ce moment, mais ça n'explique son comportement.

Je lui ai demandé dès le départ si ça l'embêtait que je lui écrive. Il a répondu que non. Je lui ai aussi dit qu'il ne fallait pas hésité à me dire "stop". Finalement, je vais le faire moi-même.

Je trouve quand même regrettable, car dans son profil, il indique à mi-mot qu'il cherche une relation amoureuse et sentimentale. Probablement que je ne lui plais pas, mais j'ai aussi l'impression qu'il n'est pas prêt à s'engager émotionnellement, notamment à cause des ses nombreuses "blessures"...

Néanmoins, cette petite aventure m'a fait du bien. J'ai apprécié la première semaine où on ressent les papillons dans le ventre, ainsi que ce moment d'incertitude de si l'autre est aussi intéressé ou non par nous. Puis, il y a les petites "réalisations", les émotions agréables que l'on peut ressentir, ce sentiment d’épanouissement de pouvoir être pleinement soi avec quelqu'un qui nous plaît !

J'ai aussi pu oser sortir seul, dans un endroit que je ne connaissais, mais dans lequel je me suis senti à l'aise. Je pense que je renouvellerai l'expérience dans le futur.

Concernant Sylvain, peut-être que nous nous reverrons au groupe de parole. Je suis curieux de voir comment ça va se passer. Je pense que je lui demanderai l'autorisation de raconter mon expérience, pas dans tous les détails, que j'ai eue depuis la dernière réunion.

Avatar du membre
BiOrg4niX
Bidule
Bidule
Messages : 60
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Bretagne
Gender :
Âge : 40

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par BiOrg4niX » il y a 1 an

Un grand merci pour ton partage Noctis. Après plusieurs jours, j'ai enfin pu finir ton récit qui m'a vraiment fait du bien. Merci de m'avoir fait sourire et quelques fois pleurer d'émotions (pas de tristesse) à travers tes écrits et notamment lorsque tu parles de ton coming-out avec tes enfants.
Lorsque je me suis séparé de ma femme et que j'ai rencontré cet homme qui, je le pensais réellement, allais devenir un nouveau départ pour une nouvelle vie homosexuelle, amoureuse et exclusive, je me suis posé beaucoup de questions à savoir comment j'allais pu expliquer ça à mes enfants. Bon, finalement les choses ne se sont pas passés comme prévu et je n'ai donc pas eu le besoin de leur en parler. Mais j'ai beaucoup aimé la réaction de tes enfants, cela m'a fait sourire et juste après, mes larmes se sont mises à couler.

En tout cas j'ai vraiment eu plaisir à te lire. Quel parcours !!! J'aime beaucoup ta façon de penser, ton attention pour tous ceux et celles qui t'entourent. Tu vis ta bisexualité comme tu le désir en prenant soin de ne pas blesser les autres et c'est tout à ton honneur. La gentillesse se perd de plus en plus dans ce monde, c'est si désolant. Ce que tu vis, je pense que c'est largement mérité.

Tu as parlé de vasectomie dans une des dernières parties de ton récit. Sauf erreur de ma part je n'ai pas vu plus de précision sur ce sujet. As-tu pu concrétiser l'opération ? Je te demande ça car je souhaiterais également prendre rendez-vous chez un urologue pour lancer la procédure. Ma femme n'a plus de contraception depuis bientôt cinq ans. Cela devient problématique et on en parle régulièrement. Le fait de ne plus pouvoir procréer ne me dérange pas du tout bien au contraire mais j'appréhende quand même un peu l'après opération au niveau sexuel. La peur de ne plus arriver à être en érection, ou bien d'être plus sensible et de tenir moins longtemps (le contraire serait moins grave :mdr: ). Bref pleins de questions que je me pose même si dans les témoignages que j'ai lu, j'ai toujours entendu que c'est limite mieux après l'opération. Mais comme je suis un peu comme la fosse (sceptique :lol: ) je préfère me fier aux quelques personnes que je rencontre et qui ont déjà eu recours à cette opération.

J''aurais certainement encore plusieurs questions à te poser mais ton récit est tellement complet que je n'ai pas voulu les poser tout de suite en lisant, ça aurait fait désordre. Je voulais vraiment tout lire avant de donner suite à ton topic. je pense de toute façon que je vais être amené à relire ton parcours. En tout cas, merci à toi de t'être livré comme tu l'as fait, ton expérience donnera toujours de l'espoir à ceux qui se perdent dans leur bisexualité mêmes si leurs histoires ne sont pas toujours similaires.

En attendant la suite de tes aventures, mon cher Noctis, je te souhaite une bonne continuation dans ta vie, qu'elle soit remplie de bonheur, de découvertes, de connaissances instructives, et, cela va de soi, de tendresse et de sexe.
Amor Fati - "aimer", "accepter" son destin

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 248
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 46

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 1 an

Hello ! Merci d'avoir pris le temps lire mes "aventures". Disons que j'ai essayé de décrire ce à quoi on peut être confronté quand on se retrouve dans ma situation. Dans chaque chapitre, j'essaie d'apporter une nouvelle thématique : le coming-out, la première fois, les sentiments, la jalousie, les applications de rencontres...

Ça fait pile deux ans que j'ai passé ma première nuit avec un homme. Et quelle nuit ! Jusque là, je n'avais connu que des rencontres "éphémères" de une heure ou deux, parfois des one-shot. Le fait que ce soit un homme gay a dû rendre la rencontre beaucoup plus belle, car j'ai pu laisser aller mes sentiments.

La plupart des hommes bisexuels sur les applications de rencontres ne recherchent que du sexe. Il y avait un côté très frustrant à ce niveau.

De part cette nouveauté et cette "Énergie de la Nouvelle Relation", je me suis rapidement projeté dans le futur avec lui, mais comme j'ai pu passer des week-ends entiers, je me suis vite rendu compte que ça ne pouvait pas marcher sur le long terme. En parallèle, ça m'a permis de mettre en avant ce pourquoi j'étais en couple avec ma femme, pourquoi nous sommes ensemble depuis plus de 20 ans.

Je suis très conscient de la chance que j'aie eue de pouvoir vivre tout cela, probablement que cela ne se représentera pas. D'ailleurs, je suis trop "gentil" pour ce monde de rencontres éphémères. J'ai désactivé mon compte il y a un mois. C'était un peu "dur" au début, car on prend rapidement l'habitude de checker sa messagerie ou parcourir les différents profils, mais au final, pour ce que je recherche et ce dont j'ai besoin, c'est surtout une perte de temps et beaucoup de frustration.

Concernant la vasectomie, disons que je ne suis pas forcément le bon "vendeur" pour cette prestation. En effet, alors qu'elle aurait dû durer environ 45 minutes, 60 max, elle a duré près de deux heures. Il y a eu une complication. Apparemment, j'ai eu une infection au niveau du canal, ce qui a rendu les tissus alentours un peu fibreux. Le canal déférent se rétractait quand l'urologue essayait de le choper à la pince. L'intervention s'est prolongée et ce qui fait que l'anesthésie a diminué. J'ai eu mal. Il a dû repiquer dans cet endroit extrêmement sensible...

L'infection la plus probable était peut-être une prostatite, qui peut être due à une IST. J'ai apparemment fait une drôle de tête, vue la réaction du chirurgien. En faisant des recherches, j'ai appris que la sodomie pouvait être la cause de prostatite (chez les femmes, elle peut provoque des cystites ou des vaginites).

Bref, tout ça pour dire que je n'ai pas eu de chances concernant l'intervention, mais ma situation est particulière.

Sinon, concernant la libido et les érections, je n'ai pas remarqué de différence. Néanmoins, la quantité de sperme semble avoir diminué.

S'il y a des troubles érectiles, je pense que ce serait surtout dû à des causes psychologiques, genre peur de perte de sa virilité ou de sa masculinité.

Avatar du membre
BiOrg4niX
Bidule
Bidule
Messages : 60
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Bretagne
Gender :
Âge : 40

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par BiOrg4niX » il y a 1 an

Noctis a écrit :
il y a 1 an
La plupart des hommes bisexuels sur les applications de rencontres ne recherchent que du sexe. Il y avait un côté très frustrant à ce niveau.
Oui je l'ai bien remarqué lorsque je me suis inscrit sur des sites de rencontres et je sais que si un jour, ma femme et moi nous nous mettons d'accord pour rencontrer un homme pour partager des moments intimes, ce sera très difficile.
Je pense que je ne serais jamais prêt de coucher avec ma femme et un autre homme juste comme ça sans avoir une vision future de notre relation à trois. Je pense que j'ai besoin de savoir que ça peut durer dans le temps. Le but n'étant pas de rencontrer un nombre incalculable d'hommes.

Et puis de toute façon tout ça est encore trop compliqué pour moi. Le fait est qu'en ce moment je suis complètement paumé dans ce que je compte faire du reste de ma vie. Ce que je sais c'est que je n'ai pas envie de quitter ma femme et mes enfants et que même si mon amour pour elle a changé, je l'aime encore assez pour vivre à ses côtés et prendre soin d'elle du mieux que je le peux. Mais ces putains d'envies de moments intimes avec un homme me persécutent tous les jours et cela en deviens de plus en plus insupportable.
Noctis a écrit :
il y a 1 an
De part cette nouveauté et cette "Énergie de la Nouvelle Relation", je me suis rapidement projeté dans le futur avec lui, mais comme j'ai pu passer des week-ends entiers, je me suis vite rendu compte que ça ne pouvait pas marcher sur le long terme. En parallèle, ça m'a permis de mettre en avant ce pourquoi j'étais en couple avec ma femme, pourquoi nous sommes ensemble depuis plus de 20 ans.
Tout mon respect pour ta femme qui a été très compréhensive et j'ai trouvé génial que sa libido ce soit réactivée en partie par tes relations homosexuelles et ensuite par la rencontre d'autres messieurs. Vous avez dû partager et vivre des moments vraiment très fort et c'est également une preuve de grande générosité de ta part. Bravo à vous deux pour cette leçon de vie.
Noctis a écrit :
il y a 1 an
Concernant la vasectomie, disons que je ne suis pas forcément le bon "vendeur" pour cette prestation. En effet, alors qu'elle aurait dû durer environ 45 minutes, 60 max, elle a duré près de deux heures. Il y a eu une complication. Apparemment, j'ai eu une infection au niveau du canal, ce qui a rendu les tissus alentours un peu fibreux. Le canal déférent se rétractait quand l'urologue essayait de le choper à la pince. L'intervention s'est prolongée et ce qui fait que l'anesthésie a diminué. J'ai eu mal. Il a dû repiquer dans cet endroit extrêmement sensible...

L'infection la plus probable était peut-être une prostatite, qui peut être due à une IST. J'ai apparemment fait une drôle de tête, vue la réaction du chirurgien. En faisant des recherches, j'ai appris que la sodomie pouvait être la cause de prostatite (chez les femmes, elle peut provoque des cystites ou des vaginites).

Bref, tout ça pour dire que je n'ai pas eu de chances concernant l'intervention, mais ma situation est particulière.

Sinon, concernant la libido et les érections, je n'ai pas remarqué de différence. Néanmoins, la quantité de sperme semble avoir diminué.

S'il y a des troubles érectiles, je pense que ce serait surtout dû à des causes psychologiques, genre peur de perte de sa virilité ou de sa masculinité.
Et bien mon pauvre, ça n'a pas dû être évident à vivre ça. J'imagine le stress en plus de se faire trifouiller là en bas ça doit pas être génial. Je ne sais pas si t'as la même sensation qu'après un passage chez le dentiste avec une sédation locale mais j'imagine que ça doit être bizarre.
De toute façon je suis décidé à le faire, je trouve ça bien plus facile que les moyens de contraception féminine.
Et un petit peu comme tu le disais (si je ne me trompe pas de profil), ma femme à pris la pilule depuis le début de notre relation, puis s'est fait mettre un stérilet après la naissance de mon troisième. Avec tous les effets secondaires que cela lui a apportée, je suis bien décidé à prendre la relève.

Le truc c'est que je cherche un urologue chirurgien bien noté près de chez moi, et je n'en trouve pas. C'est pas très rassurant lol.
Amor Fati - "aimer", "accepter" son destin

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 248
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 46

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 1 an

Je pense qu'il est plus facile de trouver un homme pour un plan HHF qu'une femme pour un plan HFF. Il suffit de regarder les nombres de profils masculins VS profils féminins. Il y a aussi le fait que les hommes peuvent plus facilement détacher relations sexuelles et sentiments.

Si vous souhaitez sauter le pas, il faudrait commencer par faire connaissance, sans penser à une relation sur le long terme.

L'amour change et évolue au fil du temps, ce d'autant plus quand tu passes par ce que votre couple est passé. L'important est de déterminer ce que vous représentez l'un pour l'autre, quels sont vos points communs, quelles sont valeurs communes, est-ce que vous avez des projets pour le futur. Dans votre situation, j'espère que vous avez bien pu comprendre ce qui a amené ta femme à te mentir et à avoir une relation avec cet homme pour éviter de que les choses se répètent.

Plus le temps avance, plus je suis persuadé que l'exclusivité, sexuelle et émotionnelle, est un barrière pour qu'un couple de longue durée perdurer. Ce n'est pas tant l'exclusivité seule, mais tout ce qui peut aller avec, comme la jalousie, la possessivité, être très fusionnel.

La libido de ma femme a été "réactivée", car elle a aussi pu voir d'autres hommes. Passé un certain âge, on se dit qu'on n'est plus désirable, qu'on ne plaît pas. Toutes ces expériences lui a ont montré le contraire.

Concernant la vasectomie, quand l'anesthésie fait son effet, on ne sent rien, ou quasiment rien. C'est l'injection de lidocaïne est plutôt désagréable, comme pour chez le dentiste. Par contre, la région est un peu sensible les jours qui suivent. Tu marches un peu comme un cow-boy. :mdr:

Avatar du membre
BiOrg4niX
Bidule
Bidule
Messages : 60
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Bretagne
Gender :
Âge : 40

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par BiOrg4niX » il y a 1 an

Noctis a écrit :
il y a 1 an
L'amour change et évolue au fil du temps, ce d'autant plus quand tu passes par ce que votre couple est passé. L'important est de déterminer ce que vous représentez l'un pour l'autre, quels sont vos points communs, quelles sont valeurs communes, est-ce que vous avez des projets pour le futur. Dans votre situation, j'espère que vous avez bien pu comprendre ce qui a amené ta femme à te mentir et à avoir une relation avec cet homme pour éviter de que les choses se répètent.
Pas de projet pour le moment que de continuer notre vie de couple parentale à part peut-être un rapatriement en Alsace, notre région d'origine.

Je n'arrive toujours pas à comprendre ce qui l'a amenée à me tromper pendant autant de temps avec cet homme et surtout pourquoi de cette manière. J'ai toujours du mal à digérer tout ça.

La première explication de ma femme était qu'elle pensais que je ne l'aimais plus par rapport à mes nuits passées dans le salon plutôt que de l'accompagnée au lit. Ce n'est malheureusement pas une raison valable pour moi. En tout cas, pour moi, ça n'excuse pas ses actes.

Quelques mois plus tard, quand je redemandais plus d'explications, elle m'a dit que c'est son stérilet qui l'avais complètement chamboulée. Je conçois que le stérilet ne lui a pas fait de bien moralement mais encore une fois, le stérilet n'est pas un psychotrope puissant qui te fait perdre la raison. Elle était bien consciente de ce qu'elle faisait donc encore une réponse non recevable pour moi.

Et là dernière fois que j'ai eu une dispute avec elle, c'est à dire il y a un peux plus de deux semaines (juste avant mon inscription sur ce forum), elle m'a rajoutée ppur la première fois que cet homme l'avait manipulée. Chose dont je suis tout à fait d'accord, c'était un vrai manipulateur et un beau parleur. Pour autant, est-ce une explication valable ? Je ne crois pas, je n'y arrive pas, je ne comprends pas et ça me rends dingue de ne pas comprendre ce qui lui est passée par là tête.

Donc voilà, honnêtement, pour répondre à ta question, non, je n'ai toujours pas compris ce qui a amené ma femme à avoir cette relation.
Noctis a écrit :
il y a 1 an
Par contre, la région est un peu sensible les jours qui suivent. Tu marches un peu comme un cow-boy. :mdr:
Tu m'as tué :mdr:
Amor Fati - "aimer", "accepter" son destin

Beshun74
Biberon
Biberon
Messages : 34
Enregistré le : il y a 7 ans
Orientation sexuelle : Hétéro avec fantasmes homos
Localisation : Loir et Cher
Gender :
Âge : 49

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Beshun74 » il y a 1 an

Salut,
J'ai été également opéré de la vasectomie dans le même raisonnement : pilule avec effet secondaire, changement de stérilet, ne plus désirer d'enfants, déjà 2 c très bien pour notre époque. Alors pourquoi ne pas songer à la vasectomie. J'ai passé le pas il y a 2-3 ans maintenant.
Anesthésie locale, sophrologie en cours de chirurgie, petite douleur exquise sur un geste chirurgical, rien de bien difficile.
Pour la suite, petite frayeur sur un point qui ne fermait pas aussi vite que l'autre, et finalement tout va bien.
Aucun problème d'érection, de libido ou de quantité de sperme à noter jusqu'à ce jour.
Même opération pour mon ami amant, et aucun effet secondaire particulier non plus 😜
Je ne peux que recommander cette opération contraceptive pour nous les hommes, c à mon sens une belle preuve d'amour pour nos compagnes.

Pour les explications de ta femme, tu ne pourras jamais comprendre ses raisons, nous sommes seuls avec nos propres démons. Tu seras dans la même problématique le jour où tu exploreras vraiment ta bisexualité.
Faut réussir à pardonner sans oublier. Bon courage

Avatar du membre
BiOrg4niX
Bidule
Bidule
Messages : 60
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Bretagne
Gender :
Âge : 40

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par BiOrg4niX » il y a 1 an

Beshun74 a écrit :
il y a 1 an
Salut,
J'ai été également opéré de la vasectomie dans le même raisonnement : pilule avec effet secondaire, changement de stérilet, ne plus désirer d'enfants, déjà 2 c très bien pour notre époque. Alors pourquoi ne pas songer à la vasectomie. J'ai passé le pas il y a 2-3 ans maintenant.
Anesthésie locale, sophrologie en cours de chirurgie, petite douleur exquise sur un geste chirurgical, rien de bien difficile.
Pour la suite, petite frayeur sur un point qui ne fermait pas aussi vite que l'autre, et finalement tout va bien.
Aucun problème d'érection, de libido ou de quantité de sperme à noter jusqu'à ce jour.
Même opération pour mon ami amant, et aucun effet secondaire particulier non plus 😜
Je ne peux que recommander cette opération contraceptive pour nous les hommes, c à mon sens une belle preuve d'amour pour nos compagnes.
Merci pour le partage de ton expérience sur la vasectomie. Je vais surement prendre mon premier rendez-vous dans la semaine. J'ai déjà un courrier de mon médecin traitant. Il faut que je regarde si il y a un topic sur le sujet, je n'ai pas encore regardé. Sinon je peux en ouvrir un lorsque la procédure aura commencé.
Beshun74 a écrit :
il y a 1 an
Pour les explications de ta femme, tu ne pourras jamais comprendre ses raisons, nous sommes seuls avec nos propres démons. Tu seras dans la même problématique le jour où tu exploreras vraiment ta bisexualité.
Faut réussir à pardonner sans oublier. Bon courage
Oui, je suis bien conscient que tu as entièrement raison. Je suis persuadé que je n'aurai jamais d'explications et je me torture tout de même à essayer de comprendre. C'est stupide mais je n'arrive pas à m'en défaire.

Oublier, il est sûr que c'est impossible. Pour ce qui est de pardonner, je ne sais pas si c'est le mot qui convienne (dans mon cas). Je sais que j'arrive à passer outre et que ça ne m'empêche pas de désirer ma femme et d'avoir une vie sexuellement épanouie avec elle. Mais je n'arrive pas à savoir si c'est réellement pardonné. Le plus dur pour moi n'est pas qu'elle m'ai rendu cocu. C'est plus le fait de m'avoir intégrer dans leur relation. J'ai trouvé ça plus que malsain. Il était même question que cet homme devienne le parrain de notre fille. Enfin bref, pleins de petites choses qui font que j'ai du mal à pardonner.

Je vais m'arreter là sur la discussion de la vasectomie, et de mes problèmes personnels. Je ne veux pas pourrir le topic de Noctis qui n'en est pas le sujet.
Amor Fati - "aimer", "accepter" son destin

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 248
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 46

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 11 mois

Chapitre 6 - Partie IV - Celui qui se fait piquer à la fesse droite...

Suite à ma petite aventure avec Sylvain, j'ai repris ma petite vie tranquille. Cela faisait un moment que nous n'avions plus eu de rapports sexuels avec ma femme, entre la fatigue et les vacances. Nous avons enfin pu trouver un moment pour nous retrouver. Sans préservatif que j'ai fait une vasectomie.

Le lendemain, je reçois un message de Sylvain. Ça m'a fait plaisir, car il n'a jamais pris d'initiative pour m'écrire, mais j'ai vite déchanté en lisant le contenu. Il avait été testé positif à la syphilis.

Ben m... ! Tu parles d'un mauvais timing !

On a juste échangé quelques messages, notamment des "excuses pour le dérangement à venir". J'ai eu 6 semaines d'abstinence, plus près de 150 euros de frais médicaux...

Ça a été aussi long, car j'ai je partais en vacances, puis il n'y avait pas de places avant dans mon centre de dépistage.

Je n'étais pas plus inquiet que ça pour moi, car je m'étais renseigné sur l'infection. Je savais notamment que c'était facilement traitable, mais c'était plus pour ma femme. J'ai toujours été plutôt ambivalent avec une sexualité et les IST. A partir du moment où on décide d'avoir une sexualité libérée et multiple, les infections font partie du jeu en quelques sortes. Les risques peuvent être limités par le port de préservations (et l'utilisation de digues dentaires), ainsi que des dépistages réguliers. Mais est-ce que ça vaut le coup ?

Sylvain ayant assumer son homosexualité tardivement souhaite quelque part rattraper le temps perdu. C'est pourquoi il prend de la PReP. Ca lui a permis d'avoir toute sortes d'expériences, notamment à 10 ! C'est lors de ce week-end qu'il a attrapé l'infection.

Si j'avais été célibataire probablement que j'aurais été tenté par la PReP, c'est probablement une des pistes pour éradiquer le VIH, ce d'autant plus que les traitements actuels permettent aux personnes porteurs traités de ne plus transmettre le virus.

Or ce n'est pas le cas, mes fréquentations peuvent avoir des conséquences sur la santé de ma femme. De fait, je dois être encore plus prudent. Néanmoins, cette histoire avec Sylvain a été une petite mise en garde pour moi. Jusque là, j'avais toujours été très sélectif avec mes partenaires. Cette fois, je me suis un peu laissé emporté par mes émotions, par ce sentiment de légèreté. Malheureusement, j'ai choisi la mauvaise personne, car Sylvain n'en avait complètement rien à faire de moi. J'étais seulement un parmi la dizaine d'autres qu'il avait rencontrés au cours de ces derniers mois.

J'étais un peu déçu de réaliser cela, mais je me rendais quand même un peu compte. Jamais, il n'a demandé de nouvelles, jamais il ne posait de questions sur moi. Pourtant, je lui ai tendu plusieurs perches, je lui ai dit ce que je cherchais. Au lieu de me dire, "désolé, ce n'est pas ce que je veux, je préfère en rester là". Il m'a laissé faire et dire...

Je suis allé à mon rendez-vous pour le dépistage. J'ai eu droit à un infirmier. C'était la première fois que ça arrivait. Il avait mon âge et plutôt mignon, j'avoue. On a fait l'entretien. C'était amusant qu'un homme me pose des questions aussi intimes. Puis, j'ai fait les prélèvements et compte tenu de la situation, on m'a proposé un traitement préventif : une injection intra-musculaire de pénicilline dans la fesse droite.

Ça a fait quand même un peu mal. J'ai aussi eu une certaine sensibilité de le long de la jambe pendant deux jours. Rien de bien méchant, mais ça m'a fait sourire, car je me suis dit que j'aurais bien aimé que cet infirmier me touche les fesses d'une manière et dans d'autres circonstances... :oops:

Puis, j'ai reçu mes résultats : tous négatifs ! Ça a été surtout du dérangement plus qu'autre chose. Je me dis que ça n'en a pas valu la peine, 30 minutes chez Sylvain et 3 heures au sauna... Mais c'est surtout son comportement qui m'a déçu. Il ne m'a même pas demandé des nouvelles. Comme je disais plus, je ne suis qu'un parmi tant d'autres. Au moins, il m'en a informé rapidement, pas sûr que tous les hommes auraient fait de même.

Je suis aussi au groupe de parole de mai. Sylvain y était. Il me plaît toujours autant, mais je ne ressens plus rien. Ce n'était pas une réunion, c'était lors d'un apéro-science avec plusieurs ateliers, entre témoignages et courts exposés : vivre avec le VIH, la PReP et le chem-sex. Même si c'était très court, j'ai appris pas mal de trucs, et ça m'a bien confirmé que je n'étais pas fait pour le milieu gay.

D'ailleurs, ça fait près de deux mois que j'ai désactivé mon application de rencontres gays/bis. J'avais un petit sentiment de manque au début, mais maintenant, ça va. Je préfère apprendre à gérer ma frustration et mon manque plutôt que de vivre des déceptions...

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 237
Enregistré le : il y a 6 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 43

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par cajoline1610 » il y a 11 mois

Bonjour Noctis,

Comment fais -tu justement pour gérer ta frustration?
Pour les IST et surtout pour les partenaires qui ne sont pas au courant c'est difficile à gérer.
Moi mon mari m'a refilé la mononucléose, qu'il avait attrapé avec un autre homme aussi, imagine si je n'avais pas été au courant de la situation, le choc de découvrir les pratiques de mon mari en attrapant une IST, alors que je suis droite dans mes bottes;
Comme quand on doit se protéger car il ne l'a pas fait dans le feu de l'action et prenant la prep.
C'est compliqué tout ça

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 248
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 46

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 11 mois

Salut Cajoline !

Au niveau, c'est par le porno et la masturbation comme beaucoup d'hommes, je pense.

C'est plus au niveau relationnel que c'est compliqué pour moi. Disons que je gère ma frustration en étant résigné. Comme ça, je ne cherche plus, je ne me mets plus de pression à ce niveau. J'essaie de consacrer mon énergie à d'autres choses.

J'aurais tendance à dire qu'une personne qui trompe son.sa conjoint.e sera plus prudent.e, car s'il.elle est découvert.e, c'est la rupture assurée dans la plupart du temps.

La mononucléose n'est pas une IST à proprement parlé, vu que elle s'attrape essentiellement via la salive, mais c'est vrai qu'il y a d'autres infections comme les mycoses ou l'herpès qui ne sont pas testées lors des dépistages.

Les relations homosexuelles entre hommes sont plus à risque de contracter des infections, même si on prend toutes les précautions nécessaires (préservatif, PReP) que les relations hétérosexuelles. Dans un couple ouvert femme hétéro et homme bi, c'est à l'homme d'être d'autant prudent vis-à-vis de sa partenaire.

S'informer des IST, faire des dépistages réguliers et connaître ses partenaires permettent un certain "contrôle" des IST.

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 237
Enregistré le : il y a 6 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 43

Re: Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par cajoline1610 » il y a 11 mois

Oui la mono n'est pas une IST mais elle a quand même été attrapé lors de relations extra. Je suis d'accord l'homme bi en couple hetero doit encore être plus vigilant.
Mais tu sais sur les appli de rencontre, pour des coups d'une fois tu peux ne pas être sûr. La preuve mon mari a eu le papillomavirus, donc verrues génitales qu'il a sûrement dû refiler à d'autres et il fait homme sérieux.
Je voulais savoir justement où en est ta femme ? Rencontre a-t-elle d'autre personne ?

Répondre