Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Vos questions, vos inquiétudes, vos sujets personnels
cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 131
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 40

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par cajoline1610 » il y a 7 mois

Bonjour à tous,
Merci Noctis,

Je te remercie de ton partage, je m'y retrouve totalement et je pense que mon mari pourrait s'y retrouver également car lui non plus n'arrive pas à me laisser voir ailleurs (de toute façon j'en ai pas envie). Pour lui c'est différend si j'allais avec une femme car il n'y a pas de concurrence direct avec lui.

Comme tu le dis je suis dans l'attente (et c'est horrible) de savoir ce qu'il veut.

Je sais que la solution est de travailler sur ma jalousie, j'ai besoin de sécurité et de me sentir rassurer. J'ai peur de l'abandon (traumatisme de l'enfance) et c'est ma plus grande crainte.

Tant qu'il ne sait pas je vis avec cette peur, quand il saura peut-être que ça ira mieux.
En attendant on profite de ces derniers moments ensemble avant le break.

Le fait que ta femme se pense asexuelle doit aider à son acceptation de tes relations extra conjugales., mais malheureusement ce n'est pas mon cas.

Moi je suis en demande, malheureusement avec ces verrues qu'il a attrapé ce n'est pas la grande forme car il culpabilise.

Il a eu le vaccin contre l'HPV, normalement c'est remboursé jusqu'à 26 ans mais il a trouvé une pharmacie pas trop regardante.
le centre de dépistage lui a également donné le traitement PERP pour qu'il se protège davantage pendant son break où il va profiter pleinement pour faire toutes les expériences qu'il désire.

la psy veut même qu'il s'inscrive sur des sites de rencontre et éviter de le faire comme il le fait actuellement (sur des aires de repos) car elle représente sa manière de faire comme de la prostitution.

Elle lui a dit d'ouvrir toutes les portes et se rendre compte s'il s'est interdit toute sa vie son homosexualité.

Hâte de connaître les résultats de notre break.

Il a rencontré une personne d'une association au centre du dépistage, il a parlé un gars comme lui et ça lui a fait du bien.
Le gars lui a dit qu'il avait beaucoup de culpabilité en lui, et que l'on avait beaucoup d'amour l'un pour l'autre.
Qu'il séparait les 2 types de relation, celle avec moi où il y a de l'affect et où il ne veut rien faire qui fait référence aux pratiques homosexuelles, et juste les envies homosexuelles sans affect car il l'a avec moi. Pour lui ce sont vraiment 2 relations complètement différentes.

Pensez-vous vraiment que ce break peut lui permettre de savoir qui il est et quelle vie il veut. Il me dit qu'à 90% il veut sa vie avec nous, une vie posée où il est bien et à 10% sa vie de dépravé (ce sont ses termes).

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 7 mois

La jalousie n'est que le reflet de nos insécurités passées et présentes. Les identifier permet de travailler dessus et de trouver solutions pour les atténuer, voire les faire disparaître. Me concernant, ma femme m'a beaucoup aidé à me débarrasser de mes insécurités, elle m'a surtout accepté tel que j'étais.

Elle a aussi toujours refusé d'entrer dans mon jeu pathologique lors de crises ou de disputes. Ça a été dur, ça l'est toujours un peu pour moi, mais je fais beaucoup d'efforts pour changer mon fonctionnement. J'ose espérer que ce que nous avons vécu au cours de cette année a apporté ses fruits. C'est limite si je ne voulais pas avoir une grosse dispute pour voir comment je peux la gérer.

Concernant ton mari, j'espère qu'il est conscient que la PReP ne protège le protège que contre le VIH et ce pour autant qu'il la prenne correctement. Certes, il est vacciné contre le HPV, mais il existe encore d'autres IST qui peuvent se transmettre même avec l'usage d'un préservatif, même si le risque est grandement diminué.

J'ai l'impression que ton mari est perdu à cause de ce qu'il a subi pendant son (pré)adolescence. Ça l'empêche d'assumer complètement ses envies et de créer une relation, en particulier de confiance, avec un homme. D'où ses rencontres, j'imagine à la va-vite, sur les aires d'autoroutes. Il a mis ainsi sa santé, ainsi que la tienne en danger.

Un autre exemple qui montre qu'il n'assume pas complètement, c'est qu'il considère ses rencontres comme "dépravées". En quoi avoir des relations homosexuelles seraient mal ? Finalement, est-il satisfait quand il en a ?

Concernant les applications de rencontre, j'en ai parlé au début de mon témoignage, c'est vraiment un monde particulier. Si tu veux du sexe rapidement, c'est possible, mais si tu veux essayer créer une relation, c'est plus compliqué. Il faut avoir assez de recul et une bonne estime de soi pour ça reste un outil intéressant et utile pour faire des rencontres.

Tu sais s'il a gardé contact avec cet homme qu'il a rencontré au centre de dépistage ? Ça aurait pu/peut être une bonne chose qu'il garde contact avec un homme qui vit la même chose que lui.

Concernant ma femme, sa faible, voire son absence de libido, a peut-être joué un petit rôle dans l'acceptation de l'ouverture de notre couple, mais ce n'est pas la raison principale. Elle n'a pas vraiment d'insécurité psycho-affective, ce qui lui permet de lâcher prise et d'avoir beaucoup de distance. Pour avoir lu plusieurs témoignages de couples Asexuel/Sexuel, l'ouverture du couple n'est pas quelque chose qui se fait automatiquement. Certains asexuels souffrent vraiment de cette option, c'est pourquoi ils cherchent à se mettre en couple avec des personnes asexuelles comme eux.

Personnellement, j'ai fait la demande d'aller voir d'autres femmes. Elle est d'accord avec ça. En tant qu'homme marié, c'est compliqué de faire de telles rencontres. Entre hommes, c'est tellement plus facile ! Alors, je m'intéresse en ce moment au concept de polyamour. J'ai trouvé un groupe de discussions dans ma région et j'assisterai à une réunion la semaine prochaine. Les conditions sanitaires étant ce qu'elles sont, nous serons en petit comité. J'en attends rien de particulier, ce sera l'occasion d'apprendre des choses et rencontrer de nouvelles personnes. J'ai toutefois noté que cette association organise parfois des soirées "speed-dating"...

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 131
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 40

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par cajoline1610 » il y a 7 mois

Bonjour Noctis,

Oui mon mari en a bien conscience que la PRep ne l'empêche pas d'avoir d'autres IST, et que ce n'est pas une raison pour ne pas se protéger, pour lui c'est une sécurité supplémentaire. Il a eu un kit dans lequel il y a un petit livre qui explique toutes les IST qu'il peut attraper juste avec le toucher et les fellations.
Tu as raison quand il dit qu'il n'assume pas sa bisexualité, je lui ai dit ta phrase sur le fait qu'il ne veut créer de relations avec les hommes que c'est peut-être dû à son enfance, il m'a répondu peut-être.
Pour les sites de rencontre ça tombe bien si ce n'est que pour du sexe sans relation, c'est ce qu'il cherche, et pour tout te dire je préfère comme ça, j'aurai davantage de mal à savoir qu'il crée des relations autres que physique.
Non il a pas gardé contact avec l'homme du centre de dépistage mais il doit y retourner dans 2 mois pour contrôler la PRep.
Te concernant, tu as vraiment envie d'aller voir d'autres femmes? Et ta femme serait d'accord avec le polyamour. Moi j'essaie d'accepter car ce n'est que physique, si les sentiments arrivent ça ne va pas être possible pour moi.
Déjà qu'intiment ça ne va pas fort en ce moment, il fait des blocages avec ses verrues, alors si les sentiments s'emmêlent c'est la fin pour moi.
Comme je lui ai dit si pendant le break il a encore des blocages à cause de ses verrues et qu'il ne profite pas de ce temps pour faire ses expériences, je ne supporterai pas d'attendre encore des mois avant de savoir vers quelle vie il se dirige.
C'est déjà difficile en ce moment de continuer notre vie en sachant qu'il va partir, alors vivre ça pendant des mois supplémentaires c'est hors de question.

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 7 mois

Ouf, tant mieux si ton mari est conscient des risques et qu'il s'en protège en conséquence.

Je pense que le jour où ton mari pourra assumer complètement sa bisexualité, il sera apaisé et pourra profiter pleinement de ses rencontres.

Je ne suis pas persuadé que d'avoir le champ libre pour faire autant de rencontres qu'il le souhaite l'épanouisse vraiment. Ca va peut-être montrer qu'il est capable d e le faire, mais à part un plaisir éphémère, je doute que ça lui apporte quelque chose de bon. Tu nous avais expliqué qu'il était excité à l'idée d'une rencontre, mais qu'au moment venu, il était plutôt pressé que cela finisse. Il avait même été choqué d'être traité de s***...

Je pensais faire un bilan de cette année dans mon prochain chapitre. Je me rends bien compte qu'étant au clair avec ma femme, je cherche aussi cet aspect dans mes relations. Je suis mal à l'aise quant à l'idée que l'homme avec qui je suis trompe sa femme. J'ai aussi besoin d'une relation de confiance, de respect et de bienveillance. Je pense qu'aller explorer les relations polyamoureuses où tout le monde est au courant et accepte est la suite logique de mes expériences.

Ma femme se pose beaucoup de questions quant à sa présumée asexualité. Personnellement, je pense que c'est très probable. Nous allons donc suivre son rythme et ses envies dans nos relations. Comme ma libido est plutôt élevée, cela créera forcément de la frustration. Bien qu'elle ne comprenne pas ce besoin de sexe, elle voit que cela me fait de la peine et me frustre.

Je n'ai connu qu'une seule femme, sexuellement parlant. Je pense que c'est le "bon moment" de rencontrer d'autres femmes. Notre relation est plus forte que jamais avec ce que nous avons vécu au cours de cette année et notre communication est aussi au top ! Or rencontrer des femmes quand un homme est marié, c'est très difficile. Ma femme a envisagé une séparation si cela me permettait de faire des rencontres plus facilement, mais elle trouverait que ce serait du gâchis, car nous avons tellement en commun.

De mon côté, je ne veux pas me séparer d'elle, car je sais ce qu'elle représente pour moi, ce qu'elle m'apporte,... C'est juste dommage qu'au niveau sexuel, nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde.

Compte tenu de ma situation et de ce que je recherche, il semble qu'une relation polyamoureuse hétéro ou homosexuelle devrait me convenir. Comme ce n'est pas écrit sur le front des gens, participer à des soirées organisées par une association parlant de polyamour est un bon début.

L'important est de rester optimiste et ouvert à la nouveauté. S'il ne se passe rien ou si cela ne se passe comme je l'aurais souhaité, cela ne sera pas grave.

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 7 mois

Chapitre 4 – Et pourquoi pas le polyamour ?

Chapitre 4 – Partie I – "Celui qui fête un anniversaire…"

Il y a une année, à peu près jour pour jour, j’acceptais, suite à une boutade de ma part, ma bisexualité. Cela a été un véritable bouleversement dans ma vie de couple, mais il en est ressorti plus fort que jamais. Ma « nouvelle » orientation sexuelle été au cœur de nombreuses discussions, ce qui nous a permis de mettre à plat ce que nous avions sur le cœur, de mieux nous connaître et mettre en avant ce qui était vraiment important pour nous, notamment le respect, la bienveillance, l’honnêteté et la communication.

Compte tenu de tout ce que nous avons construit, de nos passions communes, des valeurs que nous partageons et nous transmettons à nos enfants, ça aurait été un vrai gâchis de se séparer pour une question de sexe. Alors, j’ai pris mon temps. Il en a fallu, car j’ai découvert le monde mystérieux des applications de rencontres gays…

Je me souviens de mes premiers pas, hésitants et maladroits. J’ai été amusé, choqué, excité, déçu, las,… Il m’a fallu cinq mois pour faire la connaissance de celui qui allait devenir mon sex-friend, mon Cher Amant. Il y a eu le confinement dans l’intervalle qui a bien raboté ma motivation et ma curiosité d’essayer avec un homme. Alors nous avons pris le temps de faire connaissance, à nous confier, à créer une relation de confiance, respectueuse et bienveillante. Nous nous sommes rencontrés au bout d’un mois pour une première fois entre hommes. C’était bien, suffisamment pour confirmer que j’étais à l’aise dans une relation physique avec un homme.

6 mois après, nous sommes toujours en contact, toujours aussi complices. Nous avons aussi encore beaucoup de choses à vivre et à expérimenter. Ce n’est pas de l’amour au sens romantique de la chose qui nous lie, mais une amitié complice sur fond de sexualité. Nous sommes francs l’un envers l’autre, nous nous disons les choses et les femmes qui partagent nos vies sont au courant de notre relation et l’acceptent.

J’ai pu rencontrer deux autres hommes et ai eu un nombre incalculable de prises de contact ou de discussion, mais aucune n’est arrivée à la heure de celle que j’ai avec mon « Cher Ami ». La plupart des hommes qui lesquels j’ai discuté ne cherchent que du sexe, rapidement, sans prises de tête. Parfois, certains semblent intéressés à discuter, mais au bout d’un moment, ils ne donnent plus de nouvelles ou effacent leur compte. Et ce sans donner de raison, évidement. Dans ces cas, c’est particulièrement frustrant quand je pense au temps que je leur ai consacré.

Je ne compte plus trop insister sur cette application (ou autres petites annonces). Je la garde comme moyen de communication avec mon sex-friend et un autre homme. Pourtant, il m’en a fallu du temps pour me rendre compte de cette évidence. L’autre jour, la compagne de mon sex-friend lui demandait pourquoi il continuait à « chercher », alors qu’il avait trouvé quelqu’un avec lequel cela se passait bien. Du coup, je me suis aussi posé la question. Voici quelques réponses :
- J'ai la possibilité de le faire, car ma femme est au courant.
- J'aime discuter avec les gens. Et s'il y a un peu de flirt, c'est sympa !
- J'aime aider les gens. Si en partageant mon expérience, ça peut les aider à mieux s’accepter, je n'en serais que plus ravi.
- J'ai été fidèle et exclusif pendant 18 ans et je n'ai connu qu'une femme. L'envie de connaître plusieurs personnes m'est séduisante.
- J'ai le temps pour correspondre et ça occupe. Cette crise sanitaire dégage du temps pour des activités qui ne pourraient pas avoir lieu en temps « normal ».
- C'est plus facile de "conclure" avec un homme. En quelques clics, tu peux théoriquement rencontrer un partenaire sexuel.
- L'idée de plaire à quelqu'un est très agréable, ça stimule l’égo.
- Parce que le sexe est agréable et que j'ai de nombreux fantasmes ou expériences que j'aimerais essayer.
- Je me dis que c'est le moment ou jamais. Je suis en bonne santé, je suis mobile, relativement bien conservé pour un humble père de famille. Nul ne sait de quoi demain sera fait (accident, maladie)... Je ne veux pas avoir de regrets.
- Parce que je sais que ce je veux et que j'assume ma bisexualité.

J’ai aussi été confronté un sentiment de jalousie lorsque mon sex-friend a commencé noué un contact, assez intime, avec un autre homme dans le but de le rencontrer. Ce sont de vieilles insécurités qui se sont réveillées. Je lui en ai fait part assez vite. C’était gênant de ma part, car j’avais pu faire des rencontres et pas lui. Je craignais surtout de perdre son amitié. Je lui ai dit que notre relation était précieuse, car remplie de confiance, de respect, de bienveillance. C’est vraiment quelque chose de rare dans ce « milieu ».

En parallèle, j’ai travaillé sur moi. Je me disais que je n’avais pas à avoir peur et que je devais avoir confiance en la relation que nous avons construite au cours de ces derniers mois. Assez rapidement, j’ai changé mon point de vue. Je suis à présent content pour lui. S’il s’entend bien avec cet homme et qu’il lui fait confiance, cela signifie que c’est quelqu’un de bien et qu’ils pourront s’apporter de bonnes choses mutuellement.

Il y a peut-être un côté « Bisounours » dans cette vision, mais je pense que nous avons tous besoin de soutien, de positivité,… surtout dans le monde dans lequel nous évoluons.

Ce sentiment de se réjouir du bonheur, de la joie, du plaisir des autres, en particulier des personnes qui nous sont proches, s’appelle la compersion. Il est naturel pour les personnes de sa famille ou de ses amis.

Au cours de cette année, mes réflexions m’ont amené à m’intéresser à de nombreux thèmes. J’ai lu quelques livres, de nombreux témoignages, regarder des vidéos,… J’ai recommencé à sortir un peu, chose que je n’avais plus fait depuis 10 ans… J’ai pris conscience du fait que je n’étais plus à jour vis-à-vis des IST. Je me suis donc renseigné sur ce qu’il peut être fait pour s’en protéger et je me suis fait dépister pour la première de ma vie. Une expérience physiquement désagréable, mais nécessaire pour avoir une vie sexuelle safe et épanouie.

En cette fin d'année, une nouvelle problématique a fait son apparition : la potentielle asexualité de ma femme. Il existe différents degrés, différentes sous-catégories. Dans la mesure où le sexe ne l'intéresse pas, elle ne se pose pas vraiment de question à ce sujet, mais il semble que ça a toujours été présent. Les circonstances de la vie (routine, enfants, travail, infection vaginale...) n'ont fait qu'accentuer son manque de libido. Cela a certainement contribué au fait qu'elle me laisse faire des rencontres, mais pas uniquement. Ce n'est qu'un élément parmi tant d'autres.

Elle a un peu et rarement du désir sexuel, et il ne dure pas longtemps. La relation physique en elle-même ne lui procure que peu de satisfaction, et encore seulement certains aspects. Je ne fais pas le deuil de nos relations intimes, mais s'en rendre compte et l'accepter fait que nous allons devoir repenser nos rapports amoureux et suivre son rythme et ses envies, quitte à ne pas aller jusqu'au bout de la relation sexuelle.

Alors forcément, cela va induire de la frustration chez moi, mais on va dire que c'est mieux que rien ! L'enjeu est donc de trouver un compromis entre ce que chacun peut et veut donner, et ce pour arriver à trouver un équilibre. Équilibre qui pourra, ou devra, être remis en question régulièrement au fil des envies de chacun, en particulier des miennes. J'ai d'ailleurs récemment ressenti l'envie de rencontrer une autre femme. Mon épouse n'est pas contre, du moment que je reste prudent.

Finalement, je ne fais que revenir sur ce que j'avais entamé il y a une année quand je demandais à ma femme si je pouvais "aller voir ailleurs" (sous-entendu avec une femme)...

J'ai commencé ce topic, parce que les témoignages de personnes bisexuelles vivant en couple hétéro pour lesquelles cela se passe bien sont rares. J'ai essayé d'en compiler quelques-uns ici. Sur les forum, on trouve généralement des personnes qui expriment leur détresses ou leur difficulté à vivre une telle situation et qui cherchent de l'aide ou des conseils. Ce qui est tout à fait logique et compréhensible.

Je ne prétend pas posséder la science infuse et je ne dis pas qu'il faut faire comment j'ai fait, mais je pense que l'honnêteté et la sincérité sont parmi les plus belles preuves qu'il peut y avoir. Quand je vois à quel point cela est épanouissant de pouvoir être soi à 100% et le rapprochement et la complicité que cela a apporté dans mon couple, je pense que cela vaut la peine d'essayer d'en parler à son conjoint. On peut utiliser la plaisanterie comme je l'ai fait ou la *technique du rêve" en disant qu'on s'est vu avec une personne du même sexe au lit pour aborder le sujet, puis selon la réaction de son conjoint, on peut essayer de creuser la question ou pas.

Pour 2020, j'avais eu pour résolution de me remettre au sport de manière un peu plus "sérieuse". Alors oui, j'ai commencé une nouvelle activité physique, mais pas celle que j''avais imaginée. :D

Alors 2021, je vais m'abstenir de faire des projets et juste rester ouvert et positif, car "la vie, c'est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber !". :)

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 7 mois

Chapitre 4 - Partie II - « Celui qui se rend à un café-poly… »

Il y a quelques temps je partageais sur ce fil de discussion la chaîne YouTube de Nina Luka qui parle notamment du couple libre/ouvert. Elle donne notamment des conseils, des pistes de réflexion pour y arriver. Elle raconte également son expérience personnelle avec son copain. Les entendre est vraiment touchant et inspirant.

En lisant/écoutant des témoignages de personnes en couple ouvert. Parmi les principales difficultés pour permettre d’ouvrir son couple, c’est de pouvoir faire face à sa jalousie et sa possessivité, signifiant principalement la peur de perdre la personne aimée, et qui ne sont que le reflet d’insécurités qui sommeillent en nous ou que nous avons vécues.

Ça a été un processus lent pour moi, de l’introspection, des réflexions, pas loin de 20 ans pour y arriver. Peut-être que si j’avais fait appel à un thérapeute, ça aurait pu être plus rapide, mais je n’en éprouvais pas le besoin. Je pense que je connais assez bien mes faiblesses et j'arrive de mieux en mieux à les gérer. La jalousie en fait partie.

Il y a un an quand ma femme et moi avons pris la décision d’ouvrir notre couple pour que je puisse vivre l’autre versant de ma sexualité, je lui avais demandé ce que nous ferions si je tombais amoureux d’un homme ? Elle m’a rassuré que nous n’en étions pas là et que nous verrions en temps voulu. Je n’avais qu’à faire mes expériences l’esprit tranquille…

Finalement, cette année m’a permis de me rendre compte du type de relation que je recherche : je ne sais que je ne peux pas me contenter d’une relation uniquement physique. J’ai envie de créer un certain lien, un certain attachement, et pourquoi pas de l’amour ?

Je me suis donc intéressé au concept du polyamour. En creusant la chose, je me suis rendu compte que j’embrassais pleinement sa philosophie. Certaines critiques contre le polyamour peuvent aussi être faites à l’encontre de la bisexualité, par exemple, il n’a pas trouvé le « bon » ou la « bonne », il se cherche. Si une personne est en couple, jusqu'à preuve du contraire, elle est hétérosexuelle et exclusive.

Et si on pouvait être attiré à la fois par les hommes et les femmes ? Et si on pouvait aimer plusieurs personnes à la fois ?

En grec, il y a plusieurs façons de dire « amour » comme on peut le voir ici ou . On peut aimer sa famille, ses ami.es ou ses amant.es, de manières différentes certes, mais ça reste de l’amour. Il est admis que l’arrivée d’un deuxième enfant ne va pas diminuer l’amour que l’on a pour le premier. Alors pourquoi ne pas imaginer que cela soit aussi possible dans un amour romantique ?

Le polyamour ne convient certainement pas à tout le monde tout comme le couple traditionnel monogame ne convient pas à tout le monde, à voir le nombre de divorces et d’adultères.

Pour les polyamoureux, la franchise et la communication sont à la base de toute relation. Il faut dire les choses pour pouvoir se mettre d’accord, pour que cela soit clair pour toutes les personnes concernées.

Lors de mes recherches, j’ai appris l’existence des café-poly, des réunions qui réunissent des personnes polyamoureuses pour discuter, partager leurs expériences et leur vécu. Les polycurieux sont généralement les bienvenus. Il se trouve qu’une de ces réunions a eu lieu pas très loin de chez moi.

Je me suis rendu à ce café-poly(amoureux) sans vraiment savoir ce qui m'attendait. J’avais quelques questions en arrivant. J’ai eu des réponses, mais je suis reparti avec plein d’autres interrogations en tête. J'ai fait la connaissance de personnes vraiment sympathiques qui étaient bien dans leur peau. Leur accueil était chaleureux et bienveillant.

Je n'ai jamais raconté autant de fois mon "histoire" au cours d'une soirée à des inconnus, mais j'ai été à l'aise avec ça. Chacun a des parcours et des vécus tellement différents. Ça a été une soirée très enrichissante à discuter et à partager. C'est très agréable de pouvoir s'exprimer sans jugement, dans le respect et la bienveillance.

Un truc amusant... J'ai pris le train pour aller à cette réunion. Je me suis installé à une place, puis un homme s'est assis en face de moi. Malgré le masque, je l'ai trouvé pas mal. Puis soudain, il l'a enlevé pour manger une morce. Mon premier avis a été confirmé... Je suis arrivé à 18h00 au lieu du rendez-vous. J'étais le 3eme, puis d'autres sont arrivés. Deux retardataires sont arrivés à 20h00. Voilà t'y pas que je réalise que c'est l'homme qui s'était assis en face de moi. Lui ne m'a pas reconnu, car il était plongé dans son smartphone durant le trajet. Je n'ai pas pu discuter avec lui vu que j'étais déjà installé, mais c'est quand même dingue cette coïncidence !

Je suis aussi tombé sous le charme d’une des participantes, une très belle femme au caractère fort. Je réalise au bout d'un moment qu'elle a beaucoup de points communs avec mon épouse, tant au niveau du physique que du caractère. Elle fait notamment des danses de couple et elle a aussi une position féministe.

A noter que le polyamour a une philosophie assurément féministe, car l’égalité homme-femme est une de ses caractéristiques. Un homme ne peut être polyamoureux s’il ne peut pas supporter que sa conjointe puisse l’être aussi, si elle le veut.

Bref ! J'ai passé une très agréable soirée. Je retournerai très certainement à une autre de ces réunions. Et j'aimerais même que ma femme m'y accompagne, parce que nous partageons beaucoup de valeurs communes avec les polyamoureux !

Je me suis mis sur une application qui permet de mettre la mention "non-monogamous", comme ça, c'est clair dès le début ! J'ai eu quelques likes et un match avec une femme, mais je ne me fais pas trop d'illusion. La "concurrence" doit être rude et je pense donc privilégier les rencontres live.

2021 s’annonce d’ores et déjà riche en expériences et en émotions. En y repensant, je pense que ce que je vis avec mon Cher Amant peut être apparenté à une relation polyamoureuse où la « Philia » serait dominant et avec une part non négligeable « d’Eros ».

Tout autre chose, un super-héros a été annoncé comme bisexuel, Star-Lord dans les Gardiens de la galaxie. C'est une bonne chose pour la visibilité de cette orientation, mais ça donne l'impression que c'est "un peu forcé" quand même.
https://www.konbini.com/fr/cinema/comic ... -bisexuel/

Bonne année 2021 à tous ! :trinque2:

Yukka
Bidule
Bidule
Messages : 68
Enregistré le : il y a 7 mois
Orientation sexuelle : Bi
Gender :
Âge : 40

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Yukka » il y a 6 mois

Bonjour Noctis,

Je suis nouvelle sur ce forum et cela m'a pris plusieurs soirées pour arriver au bout de ma lecture, mais quel récit plaisant à lire!
Et quelle belle histoire, malgré des débuts pas si simples. Merci d'avoir partagé tout ce cheminement ! Je trouve ton parcours très inspirant!

Je dis bravo pour ton courage et ta franchise d'avoir su en parler aussi ouvertement et sereinement avec ton épouse!

Je suis aussi très admirative de son ouverture d'esprit à elle! Pour avoir été moi-même une fois dans la situation de "donner carte blanche" à mon compagnon pour explorer son volet homosexuel, je peux témoigner que cela m'a été plus difficile que je ne l'avais imaginé et j'ai quand même fini par ressentir de la contrariété et une certaine jalousie... (Je relaterai cela dans un post ultérieur...).

J'apprécie particulièrement ton souci de préserver ta santé et celle de ton épouse, car malheureusement pas tout le monde ne se préoccupe autant de son intégrité physique et de celle de ses partenaires. C'est d'ailleurs en partie ce qui me retient de vivre de nouvelles aventures...

A ce titre, je souhaite te remercier d'avoir raconté comment tu as découvert tes lacunes en matière de prévention des IST. Grâce à ton récit, j'ai pu prendre conscience que j'avais les mêmes lacunes... Et j'aurai donc une discussion franche avec ma gynéco à la prochaine occasion...

J'ai hâte de lire la suite!
Je te souhaite de belles et heureuses rencontres et découvertes dans l'univers du polyamour (ce n'est pas mon rayon, mais je suis curieuse de suivre ton récit!...).

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 6 mois

Salut Yukka !

Merci d'avoir pris le temps de lire mon témoignage !

Je pense qu'il faut surtout féliciter mon épouse. Pendant plus de 18 ans, elle m'a supporter, et ce dans tous les sens du terme. Elle m'a encouragé dans tous mes projets, elle m'a poussé à aller de l'avant et suivre mes envies. Elle a également dû "subir" mes sautes d'humeur, mes moments de doute et de détresse, à la limite de la dépression. De mon côté, j'ai toujours été là pour elle quand elle en avait besoin. Nous ne sommes pas seulement un couple, mais également des partenaires d'une équipe qui s'inspirent et se motivent ! C'est sûrement pour cela qu'elle n'a jamais jeté l'éponge.

Au cours des derniers mois, je me suis particulièrement intéressé aux diverses problématiques dans un couple, comme l’infidélité, l'adultère, les divorces, la baisse du désir. Je me suis demandé ce qui pousse une personne à vouloir se séparer. Sur internet, on trouve surtout des témoignages de femmes qui se trouvent dans l'incompréhension de voir leur mari les quitter. L'inverse est plutôt rare. Est-ce parce que les femmes s'expriment plus facilement à ce sujet ?

J'écoute aussi avec beaucoup d'intérêts les podcasts de On the Verge. En fait, entendre ces parcours personnels me passionnent vraiment, même si cela n'est centré que sur certains aspects de la vie des témoins, à savoir sexuel et sentimental.

Cela me fait réfléchir à mon parcours personnel, et j'enrage et je déprime, car je réalise à quel point j'ai "raté" ma vie. Tout aurait pu être si différent si je n'avais pas eu un père abusif et violent. Cela m'a conduit à prendre de mauvaises décisions, j'ai suivi une mauvaise direction et je n'ai pas pu faire les bonnes rencontres.

Alors à plus de 40 ans, je peux être tenté de tout laisser tomber, quitter femme et enfants pour pouvoir "recommencer à zéro" et vivre la vie que je n'ai jamais eue. Je pourrais avoir des relations avec qui je veux, quand je veux, maintenant que je sais que ça peut être très "facile" de trouver un partenaire masculin.

J'avais parlé de la question de la séparation avec ma femme il y a quelques mois. J'ai à nouveau abordé le sujet la semaine passée. Elle m'a alors dit "Tu te rends compte de ce que je peux ressentir quand tu me dis ça ?". Oui, je le peux... Mais quand on a vécu pendant si longtemps avec ce mal-être et quand on a tellement de frustration en soi, c'est quelque chose qui peut revenir à l'esprit. Heureusement, avec ce que nous avons vécu au cours de cette dernière année, j'espère que cette pensée va me quitter pour de bon.

Les IST sont une réalité et il faut apprendre à vivre avec, mais il y a des moyens pour s'en protéger pour pouvoir vivre pleinement sa sexualité. Si mon témoignage a pu sensibiliser d'autres personnes, je n'en serais que plus ravi !

Concernant le polyamour, on verra bien ce que me réservera 2021, mais je vais déjà continuer à renforcer mon couple tout en étant ouvert à de nouvelles rencontres si cela se présente. A ce sujet, ma fille de 8 ans est déjà très précoce. Elle s'intéresse beaucoup aux sentiments et se pose pas mal de questions sur son corps et la sexualité. D'un côté, nous ne voulons pas aller trop vite par rapport à son âge, nous souhaitons rester le plus honnête avec elle pour qu'elle puisse avoir des réponses de notre part plutôt que ça vienne d'ailleurs.

Par exemple, le week-end passé, ma fille nous demande "comment c'était au début quand vous étiez amoureux ?", puis "papa, tu as été amoureux après avoir été marié avec maman ?". Puis venant de nul part "tu as été amoureux de Vincent (mon meilleur ami gay et parrain de mon fils) ?".

Ma femme et moi nous nous regardons, puis nous éclatons de rire. Moi, ça me ramène à un an arrière (Chapitre 1 - Partie II), je ne peux pas m'empêcher de ricaner bêtement. Je commence même à rougir, mais je ne réponds pas clairement. Je lui demande "Mais c'est un homme ! Si j'aime Vincent et maman, ça veut dire quoi ?". Hétéro, homo, bisexuel ? Etant du genre à troller, le doute reste dans leur esprit tant que je ne peur dis pas "officiellement". Ma fille a aussi réalisé que homosexuel ne veut pas dire "aimer les hommes". :mdr:

J'ajoute : "Et si c'était le cas ? Si j'avais été amoureux de Vincent, qu'est-ce que ça aurait fait ?". Mon fils me répond "Ben, c'est ton choix. C'est tout... Mais ça veut dire que tu peux tromper ma maman avec Vincent !?!?". :mdr: :mdr:

Bref, suite à cette petite discussion, nous avons fait un mini cours d'éducation sexuelle. Nous avons notamment abordé la question de la pornographie. Les camarades de mon fils sont de plus en plus nombreux à avoir des smartphones. Nous pensons qu'il est temps de les rendre attentifs au fait qu'ils peuvent être exposés à des images qui ne sont pas appropriées pour eux (porno ou violence).

Avec mon épouse, nous prônons franchise, honnêteté et communication. Je pense que c'est un peu normal et logique de le faire aussi avec nos enfants, même ça peut parfois induire des situations cocasses !

J'ai beaucoup fui au lieu de rester et d'affrontrer les problèmes. Pour la bisexualité, je me suis assis et j'ai réfléchi. Et je pense que j'ai bien fait, sans cela, je n'aurais pas fait la connaissance de mon Cher Amant et je ne serais pas aussi complice avec ma femme.

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 5 mois

Chapitre 4 - Partie III - « Celui qui commande des sex-toys… »

Deux fois...

Au début de l'année, suite à une discussion plutôt déprimante avec ma femme, nous avons décidé de faire un peu d'ordre dans notre "boîte à plaisirs". Je me suis donc attelé à la tâche pour trier son contenu. C'est avec une certaine nostalgie que j'ai passé en revue les différents accessoires que nous avons achetés il y a environ 18 ans...

Si on exclut les 19 préservatifs périmés, j'ai constaté avec consternation que les sex-toys que nous possédions étaient de qualité vraiment médiocre. Nous les avions achetés dans un sex-shop au début de notre relation, lorsque nous étions en pleine "New Relation Energy". Nous nous sommes rendus dans ce petit magasin un peu glauque et avons choisi certains objets qui nous paraissaient fun et plutôt bon marché, car nous ne voulions pas mettre trop d'argent dans ces accessoires. Grave erreur...

Nous les avons utilisés quelques fois, mais après 2-3 ans, ils sont restés enfermés dans leur boîte. Ce n'est que l'année passée que je les ai ressortis, pour disons, "usage personnel en solo"...

J'étais retourné l'année passée dans un sex-shop pour m'acheter une poire à lavement. J'avais fait le tour du magasin, grand, lumineux, mais j'ai constaté que les prix étaient exorbitants ! J'ai trouvé il y a quelques mois un site suisse qui faisait de la vente par correspondance, mais ce n'est qu'en début d'année que j'ai passé une commande : un gode "réaliste" en silicone de taille moyenne et un plug anal. Je me suis basé sur les commentaires de ces articles pour les choisir.

En fin d'année passée, il était question d'une éventuelle asexualité de ma femme. Je n'étais pas résigné à l'idée de ne plus avoir de rapports avec elle, mais ce n'était pas vraiment la joie. L'idée d'utiliser des accessoires la séduisait néanmoins, ce qui nous a poussés à cet achat. Et nous avons essayé. D'abord le petit, puis le gros lentement, très lentement. Et c'était incroyable !

Ma femme a beaucoup apprécié me voir dans tous mes états et ça l'a excitée au point qu'elle veuille un rapport sexuel...

Pendant la semaine qui a suivi, je me suis fait des séances solo avec le gode et j'ai passé une deuxième commande avec une crème de massage comestible au thé vert et à la poire, des préservatifs végans, un chapelet de boules et un harnais/strap-on sur lequel on peut fixer un gode...

Et c'était parti pour une deuxième séance ! C'était tout aussi bien, et même meilleur ! J'ai pu tester des positions qui me faisaient fantasmer, sauf que c'était ma femme qui me prenait. Elle a pris beaucoup de plaisir à le faire !

Depuis, je me prends des moments pour explorer seul ces sensations. J'essaie différentes positions, différents angles. Ce gode m'a beaucoup aidé à mieux comprendre mon corps, enfin une certaine partie du corps en particulier. Auparavant, la pénétration me faisait mal, je ne savais pas pourquoi... Ce n'est plus le cas actuellement.

Bien sûr, seul ou à deux, ça n'a rien avoir ! Il manque la dimension psychologique et émotionnelle de l'acte. Le sentiment de s'offrir à son/sa partenaire est juste incroyable. Il n'y a pas la chaleur de l'autre, entendre son souffre, ses caresses, sa voix... Mais je pense que c'est un bon moyen pour "s'entrainer". Il ne faut donc pas hésiter à investir un peu d'argent pour avoir du matériel de qualité. Il faut aussi bien choisir la taille, la texture et utiliser beaucoup de lubrifiant !

Quelque part, je regrette de ne pas avoir eu l'idée avant. Ça aurait pu beaucoup changer notre vie intime avec ma femme. J'aurais peut-être découvert ma bisexualité des années auparavant, et tout aurait été tellement différent. Mais c'est la vie, il va falloir faire avec... Pour l'heure, je me réjouis de pouvoir revoir mon Cher Amant et tester avec lui mes "progrès" dans ce domaine.

Ça fait une année que je suis sur l'application de rencontre, mais j'ai pris de la distance avec elle, car elle n'offre pas ce que je recherche ou ce dont j'ai besoin. J'ai aussi découvert un nouveau podcast d'hommes "Ils se confient". Le témoignage d'Alexandre explique bien ce qui me dérange avec ces sites de rencontres.

J'ai eu un petit coup de déprime en début d'année et j'en ai parlé à mon ami. Il a eu les bons mots pour me rassurer. C'est vraiment un homme formidable que j'admire beaucoup. Je le lui dis souvent d'ailleurs. Nous sommes conscients que nous vivons une relation privilégiée, mais nous faisons aussi en sorte pour la conserver. C'est une relation rare et précieuse. C'est vraiment très rassurant de pouvoir vivre cette expérience avec un homme fiable, respectueux et bienveillant. Ainsi, nous comptons explorer d'autres horizons et faire de nouvelles expériences. Nous continuons à nous épanouir ensemble, mais aussi et surtout dans nos couples respectifs. Et ça, ça n'a pas de prix !

Ça fait plus de 15 ans que j'avais ces fantasmes homos, mais je dirais que ça ne fait que 4-5 ans que c'était ok dans ma tête. Somme toute un long chemin d'acceptation..

Morgane39
Bizutage
Bizutage
Messages : 11
Enregistré le : il y a 4 mois
Orientation sexuelle : Heterosexuelle
Gender :

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Morgane39 » il y a 4 mois

Merci de ce partage j'ai énormément apprécié et ça m'aide pour comprendre mon homme.

Je comprends bcp de chose et je me retrouve ds ta femme. Je pense savoir maintenant de ce que je veux et ne veux pas et ça va m'aider pour pouvoir discuter ce we.

Merci

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 4 mois

Je suis ravi que mon témoignage puisse t'aider !

Il faut néanmoins garder en tête que ce n'est qu'UNE possibilité parmi tant d'autres. Chaque parcours, chaque personne est différente, de par sa sensibilité, son vécu, les rencontres qu'elle a faite au cours de sa vie...

Même si nous avons trouvé un certain équilibre et la communication est bonne, rien n'est figé dans le marbre. La situation peut changer à tout moment. C'est pourquoi je continue à m'informer, à lire et à écouter des témoignages,...

Dernièrement, j'ai lu un livre de psychologie "Chéri(e), il faut qu'on se parle franchement". Le titre est assez explicite...

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: Quadragénaire, marié, bisexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 2 mois

Chapitre 4 - Partie IV- « Celui qui est polyamoureux… »

Cela fait près de 3 mois que je n’ai plus donné de nouvelles. Il s’en est passé des choses…

J’ai notamment expérimenté le sentiment de la jalousie de manière bien plus forte qu'en décembre. En effet, mon Ami a fait une rencontre inattendue et a vécu une expérience très agréable avec un homme. Ils se sont liés d’amitié et vont vivre ensemble des choses de leurs côtés.

J’étais vraiment content pour mon Ami, mais j’ai eu cette boule qui a commencé à grandir, qui a commencé à faire mal et à m’angoisser. J’avais peur de le « perdre ». C’est quelque chose de complètement irrationnel et qui a fait revenir d’anciennes insécurités, mais c’était incontrôlable.

Heureusement, j’en ai rapidement parlé à mon épouse, à mon Ami aussi. Ils ont su me rassurer. Il m’a dit qu’il éprouvait une très grande amitié pour moi et que tout ce que nous vivons et avons vécu étaient « marqué au fer rouge tel un tatouage virtuel ». Ça m’a beaucoup touché, mais cet évènement m’a fait réfléchir…

Depuis le début de l’année, j’étais en mode « exclusif » avec mon Ami, c’est-à-dire que je ne cherchais personne d’autre. Toute mon attention était donc focalisée sur lui. Ça a été une période très sympathique, mais je ne me rendais pas compte que je me mettais inconsciemment la pression. Tous mes « besoins » étaient comblés par la même personne. L’idée, complètement déraisonnée, de le « perdre » m’était insupportable.

Je me suis donc mis « en chasse », je me suis mis à la recherche d’un autre partenaire, mais avec des critères bien précisés dans mon profil. J’ai mis une image de moi portant un masque facial. Cela a augmenté le nombre de mes contacts. J’ai ainsi pu faire la connaissance de plusieurs hommes, mais aucune rencontre n’a donné de suite. Les échanges étaient courtois et plaisants, mais au moment de la rencontre, le feeling ou l’attirance n’était pas au rendez-vous. J’ai aussi droit à mon lot de poseurs de lapin, d’indécis ou de fantasmeurs…

Ça a été une démarche fastidieuse et chronophage. Le fait que je privilégie la relation amicale au sexe rapide a permis de faire un premier tri. Un sentiment de lassitude et de fatigue a commencé à grandir, sans compter le fait que j’ai vécu quelques « incidents un peu fâcheux »... En essayant de bien faire les choses, je commets parfois des erreurs…

Sur 13 contacts qui ont duré un certain temps, plusieurs rencontres, seuls 2 hommes m’intéressent beaucoup. Ils sont très différents, mais ils ont néanmoins pour points communs d’être matures et sensibles.

J’ai beaucoup échangé avec l’un de ces hommes. Il est très sensible et très touchant, c’est quelque chose qui me parle beaucoup. Bien que notre première rencontre ne se soit pas tout à fait passée comme je l’avais imaginée, j’éprouve beaucoup de tendresse et j’ai déjà un certain attachement pour lui. Il m’a fait confiance et s’est confié à moi sans retenue.

Les circonstances de notre rencontre étaient aussi le fruit du hasard. Ce jour-là, il n’était pas prévu que je sois connecté. Lui avait prévu de mettre de la distance par rapport à l’application et faisait un dernier tour avant de partir. Et j’ai vu son profil. Je l’ai trouvé intéressant. Et on a discuté un petit instant. Je me suis vite rendu compte qu’il était « différent ». Il ressentait la même chose pour moi. Et nous nous sommes vus. La rencontre ne s’est pas tout à fait passée comme je l’avais imaginée, mais c’était quand même agréable à partir du moment où j’ai pris les choses en main.

Avec lui, je peux faire des gestes que je ne peux pas faire avec mon Ami. On a pu se tenir la main, se prendre dans les bras, se regarder dans les yeux avec tendresse et s’embrasser doucement et tendrement. Avec lui, je peux exprimer mon côté romantique et l’affection que je peux porter à un homme.

Ce que j’éprouve pour cet homme ne change en rien ce que j’éprouve pour mon Ami, et surtout pour ma femme. Je trouve cela vraiment fascinant ! Moi qui étais un jeune homme timide et qui ne pensais finir ma vie avec ma femme, en couple exclusif, me voilà à ressentir des émotions fortes pour d’autres personnes, des hommes qui plus est.

L’autre jour, j’ai demandé à ma femme si je pouvais tomber amoureux. Elle m’a répondu : « Les sentiments ne se commandent pas… Mais je ne voudrais pas que tu me quittes ».

Elle n’en a pas à s’en faire, cela n’arrivera pas…

Pour le moment, je ne suis pas amoureux de cet homme. J’ai beaucoup déjà d’affection pour lui, beaucoup de respect aussi, mais je ne me l’interdis pas pour autant. Je verrai bien comment évoluera notre relation…

Et il y a ce deuxième homme que j'ai rencontré une fois. Le courant est bien passé. Je le trouve attirant et c'est réciproque. Il est en couple depuis plusieurs années et cherche un sex-friend pour une relation suivie. Il donne aussi beaucoup d'importance à la relation, pas uniquement à l'aspect sexuel. On va voir prochainement pour vérifier si nos attirances réciproques se confirment...

Je vis donc en ce moment une véritable tempête émotionnelle, mais je fais attention à garder les pieds sur terre. Que de changements dans ma vie depuis une année et demie. C’est fou ! Je suis comme un Pokémon, je n’arrête pas d’évoluer !

Mes enfants lisent en ce moment « Les aventures de Poly », l’histoire d’un poney de cirque. Quand j’entends poly, ça me fait penser à autre chose.

Il m’aura fallu 6 mois pour rencontrer un homme avec lequel je puisse vivre une relation « polyamoureuse ». Pour autant, je ne m’interdis pas de rencontrer d’autres hommes si l’occasion se présente. Cependant, j’ai modifié mon profil pour ne rechercher plus que des amis, En effet, je suis en relation avec mon ami-amant, mon ami-amoureux, et il y a un troisième homme avec lequel je suis en train construire une relation ami-amant.

Trois hommes bien différents, mais qui m’apportent des choses différentes chacun. Et s’ils sont en relation avec moi, c’est que je leur apporte aussi des choses, mais surtout ce n'est pas que physique. Il y a tout une dimension émotionnelle derrière chacune de ses relations.

Le message de la « Partie 4 – Chapitre 1 » de décembre dernier, je parlais déjà d’un premier épisode de jalousie. Je listais aussi les raisons pour lesquelles je continuais d’aller sur cette application de rencontres. J’espère être capable à présent de mieux gérer ma jalousie. Je pense que le fait d’avoir plusieurs amis va pouvoir m’aider, mais c’est surtout au niveau du mental que le travail a été fait.

Par contre, ça va être tout un challenge en termes d’organisation et de gestion de mon temps pour que je ne « délaisse » pas l’un ou l’autre. Tout en gardant en tête que ma famille reste prioritaire.

Je pense qu'il est aussi important que mon Cher Ami puisse faire ses expériences ou des rencontres de son côté, sans qu'il ait à se soucier de l'éventuel "peine" qu'il pourrait m'infliger. Notre relation est principalement basée sur l'amitié, un sentiment qui se veut bienveillant et dénué de jalousie. Quand on a eu la chance de trouver deux telles "perles" (peut-être même trois) en moins d'une année, forcément, on veut les garder près de soi le plus longtemps possible.

Et mon épouse dans tout ça ? Elle suit les « aventures de son poly de mari ». Je lui raconte mes rencontres, lui montre la photo des hommes avec lesquels je discute, je lui demande son avis. Elle me conseille. Nous discutons beaucoup, nous relativisons et nous connaissons la solidité de notre couple.

Elle a les mêmes droits que moi, mais elle n’en a pas envie pour le moment. Il y aurait un ami qui l’intéresserait, mais elle sait que ce ne serait pas possible. Quelque part, je serais curieux de voir ce que ça donnerait, comment je gérerais la situation…

Je suis néanmoins tout à fait conscient de la chance que j'ai de pouvoir vivre ce que je vis en ce moment, de la chance d'avoir fait les bonnes rencontres et surtout d'être marié à mon épouse, sans qui tout cela ne serait pas possible. Cette liberté qu'elle m'offre n'a pas de prix ! Quelque part, je dois avoir un côté "libertin", dans son sens d'origine, celui de m'être affranchi des dogmes établis.

C'est tout pour aujourd'hui ! C'était un peu décousu, mais je vis des choses tellement fortes en ce moment que c'est un peu compliqué de tout mettre en ordre...

Pablobi
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 114
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bi
Localisation : Ile de France
Gender :
Âge : 39

Re: Quadragénaire, marié, bisexuel et polyamoureux

Message par Pablobi » il y a 2 mois

Je t'envie la complicité que tu as avec ta femme, je ke sais pas si je me sentirais de multiplier les partenaires, ça me semble être un exercice particulier.

L'essentiel, finalement, c'est de trouver une solution qui convienne à tout le monde

Envolée
Bidule
Bidule
Messages : 58
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Gender :
Âge : 34
Contact :

Re: Quadragénaire, marié, bisexuel et polyamoureux

Message par Envolée » il y a 2 mois

Je vois beaucoup de sérénité quand même dans ce que tu vis. Je suis heureuse pour toi de voir que tu t'épanouis et que tu trouves ta place dans tout ça.
Que de chemin parcouru !

Yukka
Bidule
Bidule
Messages : 68
Enregistré le : il y a 7 mois
Orientation sexuelle : Bi
Gender :
Âge : 40

Re: Quadragénaire, marié, bisexuel et polyamoureux

Message par Yukka » il y a 2 mois

Un grand merci Noctis pour ton témoignage au long cours si authentique, et toujours si précis, à la fois sur les considérations pratiques et sur les émotions, les doutes, les découvertes, les réflexions, les changements de perspectives.

Je trouve ton témoignage vraiment très précieux car il me fait souvent réfléchir à des questions que je ne me serais pas forcément posées et du coup, cela me permet d'évoluer sur ma propre conception du couple.
Noctis a écrit :
il y a 2 mois

L’autre jour, j’ai demandé à ma femme si je pouvais tomber amoureux. Elle m’a répondu : « Les sentiments ne se commandent pas… Mais je ne voudrais pas que tu me quittes ».
:mauve:

Une de mes amies m'a dit un jour ceci: quand je me fais un(e) nouvel(e) ami(e), je ne coupe pas mon coeur en deux pour le partager, c'est le contraire: mon coeur grossit encore plus et ça fait encore plus d'amitié pour chacun. (On pourrait remplacer par "amour" dans la phrase...).

C'est exactement l'impression que me donne ton témoignage. Et c'est vraiment beau. Et cette sérénité que tu arrives à construire au fil du temps malgré les événements, cela me fait vraiment envie !

Je vous souhaite de parvenir à garder cette sérénité et cet épanouissement !

Répondre