Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Vos questions, vos inquiétudes, vos sujets personnels
Répondre
Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Quadragénaire, marié, biromantico-sexuel et polyamoureux

Message par Noctis » il y a 1 an

Ceci est un topic "évolutif" qui a changé plusieurs fois de titre en fonction des expériences que j'ai vécues.

Premier titre : Être marié et amoureux de son meilleur ami….
Deuxième titre : A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité
Troisième titre : Quadragénaire, marié, bisexuel et polyamoureux


C’est compliqué à gérer. Et ce que je vis en ce moment...

Attention, gros pavé à suivre !

Chapitre 1 - Partie I – Celui qui a une vie somme toute assez banale…
Avant de parler du présent, je vais faire un petit retour sur mon parcours sentimental.

J’ai été très timide par le passé, ce qui n’a pas aidé à faire des expériences et des rencontres. Si bien que j’ai eu ma première copine qu’à 24 ans. Bien que j’ai toujours été attiré par des femmes jusque-là, j’avais eu des fantasmes homo, notamment en pensant à un pote que j’avais rencontré à l’armée. J’avais aussi commencé à regarder des vidéos gays sans chercher à avoir une relation avec un homme.

Ma première relation n’a pas duré longtemps à cause de la distance, puis j’ai eu une autre copine. Ça n’a pas duré non plus.

A 25 ans, je me suis mis en couple avec ma femme que je connaissais depuis 3 ans. On a d’abord été très amis, mais c’est elle qui a voulu plus que mon amitié… Au début de notre relation, on a cherché un homme pour un plan à trois. Comme quoi, on était un couple plutôt ouvert. On a eu 2 contacts, mais ça n’a abouti à rien pour différentes raisons. On n'a pas cherché plus loin et on a continué notre vie de couple tranquillement.

5 ans plus tard, nous nous sommes mariés, puis nous avons eu 2 enfants. Au cours de la décennie qui a suivi, la routine s’est gentiment installée. En parallèle, j’ai continué à avoir des fantasmes homo en réimaginant des scènes que j’avais vécu avec des hommes ou en regardant des vidéos. C’était un peu mon jardin secret.

Depuis 3 ans particulièrement, notre vie sexuelle est au plus bas à cause du travail, des enfants, des activités diverses… Sa libido étant au plancher et la mienne étant souvent au plafond, cela crée un sacré décalage. Nous en avons pu en parler il y a quelques mois et nous avons décidé de prendre du temps pour nous. Toutefois, pour elle, le sexe reste secondaires dans ses priorités.

Et à la mi-décembre, sur le ton de la plaisanterie, je lui demande si ça la dérangerait si j’allais voir ailleurs. Elle me répond : « Tant que tu te protèges, tu peux ! ». J’ai été un peu surpris par sa réponse, puis j’ajoute alors : « Et si c’était avec un homme ? ». Et elle me répond la même chose !

Ça a été une véritable révélation ! Le soir même, nous en avons beaucoup parlé, notamment de mes fantasmes homos et que, pour le coup, j’étais en fait bisexuel. Pour résumer, elle me dit qu’elle me laisse faire mes expériences pour autant que je me protège et que je revienne à la maison. Elle ne souhaite pas forcément savoir que ce je ferais, mais elle serait plus intéressée de savoir ce que je ressens. Je savais que ma femme n’était pas jalouse, mais j’avais oublié à quel point ma femme était ouverte.

Depuis ce jour, je suis devenu plus câlin et tactile et même plus démonstratif avec des gestes d’affection en public. Ce « feux-vert » a donné un nouveau souffle à notre relation !

Partie II – Celui qui se demande que faire après la révélation et l’acceptation de sa bisexualité…
Alors que certains hommes pour leur crise de la quarantaine (voire cinquantaine) quitte leur femme pour des plus jeunes, j’ai pour ma part accepté ma bisexualité.

Je me suis alors demandé comment gérer cette situation nouvelle ?

Il se trouve que dans mon entourage, je connais beaucoup d’homosexuels. Certains sont des amis proches, mais ce n’est pas vers eux que je me suis tourné. En effet, depuis une année, je fais des journées de jeux de sociétés avec un ami. A raison d’une fois par mois, on se voyait avec son copain et d’autres personnes pendant plus de 8 heures à jouer.

Je vais l’appeler Vincent. C’est un vrai geek de 38 ans avec lequel je partage beaucoup de points communs. Ça faisait plus 5 ans que je le connaissais, mais on n’avait jamais vraiment eu l’occasion de parler de choses personnelles. Il m’avait dit qu’il avait rompu avec son copain en septembre, mais qu’ils étaient restés en bons termes.

Le 21 décembre, il organise une journée jeux. On se retrouve les deux avec son ex. Je suis nerveux, mais j’ai envie de leur faire mon « coming-out » bi pour pouvoir en parler avec des personnes de confiance. J’ai été un peu déçu de leur "indifférence" à mon annonce. Finalement, c’était quelque chose d’assez banal pour eux apparemment.

A ce moment, je me définissais comme hétérosexuel et romantique, mais uniquement bisexuel. Je ne me voyais pas éprouvé des sentiments pour un homme.

Pendant la semaine qui a suivi, j’ai beaucoup discuté avec Vincent via WhatsApp. On devait se revoir le 28 pour des jeux, mais on serait seuls. J’ai commencé à avoir des fantasmes avec lui et à le titiller, genre je faisais des fausses fautes de frappes du type « J’adore jouir avec toi » au lieu de « J’adore jouer avec toi ». Ce qui le faisait bien rire.

A un moment, je lui demande sur le ton de la plaisanterie « s’il était envisageable qu’il m’initie aux plaisirs masculins ». Il me répond que c’est "envisageable", mais il fallait qu’on en parle de vive voix.

Le jour venu, on joue surtout, mais ce n’est que pendant le repas dans un restaurant qu’on a vraiment l’occasion de parler. Enfin, c’est surtout lui qui me raconte les mésaventures qu’il a eues. Étant catholique, ça a été d’autant plus difficile d'être gay, l’homosexualité étant fortement diabolisé à l’époque. Comment au collège, certains adolescents ont été de véritables de véritables ordures. Il m’explique aussi que son plus grand regret est de ne pas pouvoir être père. Puis c’est le moment de payer, j’ai oublié mon porte-monnaie. Il paie donc à ma place. En sortant du restau, je lui dis malicieusement que je peux le rembourser "en nature" s’il veut. Du coup, on aborde le sujet et il me dit en substance qu’il faut qu’on réfléchisse bien. L’acte en lui-même ne le dérangerait pas, mais il a peur que ça change notre relation.

Les jours passent. On continue de s’envoyer des messages. Mon désir de découvrir les plaisirs charnels augmentent grandement. En parallèle, je réalise que je commence à éprouver autre chose que de l’amitié. Je lui fais part de mon béguin pour lui et il me dit alors qu’il n’éprouve qu’une profonde amitié pour moi…

Partie III – Celui qui découvre « l’amour par internet »…
Me voyant devant le fait accompli, et par un certain dépit, je décide de m’inscrire sur un site de rencontre suisse. Il fonctionnait selon un système de crédits. Plus on envoie des messages, plus ça coûte cher. Étant néophyte dans le domaine, je n’approuvais pas ce système, mais je me suis dit pourquoi pas ?

J’ai rapidement fait connaissance avec un homme charmant de 38 ans, catholique comme Vincent. Il avait également souffert d’homophobie. Le courant passe bien, on s’envoie beaucoup de messages en peu de temps. Si bien que je commence à vraiment m’attacher à cette personne. Je voyais mes crédits baisser, mais je ne voulais pas remettre de l’argent sur ce site. Je lui propose d’utiliser un autre moyen de discussion, mais pour une raison qu’il ne voulait pas me dire, il refuse de me rencontrer. J’utilise mon dernier crédit pour lui dire que je tiens à lui et qu’il peut me contacter par mail. Il dit qu’il regrette ma décision et affirme « ne pas savoir s’il aura le courage de me contacter ».
J’en parle à ma femme et elle trouve tout ça un peu étrange. Elle me dit, et si c’était un fake ? Là, je tombe du nuage sur lequel j’étais ces derniers jours. Voulant à tout prix savoir, je crée un faux profil et contact ce monsieur. Je lui pose une question sur sa taille pour le piéger. C’était vraiment un fake…

Je me suis senti tellement bête de m’être fait avoir de la sorte. J’étais à la fois en colère, mais aussi triste que cet homme idéal pour moi n’existe pas. Étrangement, même après avoir appris qu’il s’agissait d’un imposteur, j’ai ressenti un profond sentiment de manque. Et c’est là que j’ai compris que j’avais fait un transfert de ce que je ressentais pour Vincent sur cet "inconnu"…

Par la suite, j’ai compris ce que ce site était rempli de faux comptes qui contactent les nouveaux inscrits pour les faire payer. De plus, il utilise une imagerie similaire à un autre site célèbre pour attirer les hommes un peu trop naïfs.

Partie IV – Celui qui découvre la friendzone…
J’en parle à Vincent, il me console comme il peut. Puis nous reprenons nos discussions comme avant. On parle de sujets très intimes, d’autres moins. Il répond toujours à mes questions sans détours. Je lui explique notamment que j’aimerais passer à l’acte avec quelqu’un de confiance.

En parallèle, j’ai organisé des soirées jeux chez moi avec ma famille. Il vient avec plaisir. Mes enfants et ma femme l’apprécient beaucoup. Il a même passé un week-end avec nous à la montagne.

Il se trouve aussi que mon fils souhaite se faire baptiser cette année. Ma femme et moi avons pensé à Vincent comme parrain. Mon fils a accepté, car il l’adore ! Vincent a également accepté de son côté.

Plus je le côtoie, plus je vois les qualités humaines de Vincent et plus je l’apprécie. Si bien que je suis tombé profondément amoureux de lui. Chose que je pensais inimaginable quelques semaines auparavant. Je le lui avoue assez rapidement. Il est touché, mais c’est à sens unique. Il n’éprouve qu’une profonde amitié pour moi, il me considère même comme un « frère ». De plus, il aime toujours son ex…

Partie V – Celui qui souffre en silence…
Comme vous avez pu le lire, ma situation est compliquée et difficile à gérer émotionnellement. J’ai beaucoup de chance d’avoir une femme ouverte et compréhensive par rapport à ma situation. J'ai aussi de la chance de pouvoir parler et côtoyer Vincent. Par contre, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer du fait que mon meilleur ami et le premier homme dont je suis tombé amoureux soit la même personne…

Est-ce que vous êtes déjà tombé amoureux d'un ami ou d'une amie proche et comment l'avez-vous vécu ou gérer la situation ?

Merci de m’avoir lu !

Avatar du membre
Biscuit
BIg Boss
BIg Boss
Messages : 17244
Enregistré le : il y a 17 ans
Orientation sexuelle : bi
Localisation : Avignon
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Biscuit » il y a 1 an

Bonjour Noctis,
Tout d'abord je tiens à te dire mon admiration pour la qualité de ton récit. Tu écris très bien, très clairement, et bien qu'étant un "pavé", ton témoignage se lit facilement.
Je pense que tu as en effet beaucoup de chance d'être avec une femme aussi compréhensive. J'ai moi aussi cette chance, et je sais qu'elle est précieuse.
En ce qui concerne ton ami, avoir des sentiments forts pour quelqu'un qui souhaite juste ton amitié est sans doute difficile à vivre, pesant, mais malheureusement tu ne peux rien y faire. Je pense qu'il a bien fait de refuser que votre relation devienne sexuelle. Non pas que je sois contre le sexe entre amis, au contraire, mais dans la mesure où tu es amoureux de lui, mais à sens unique, c'est sans doute préférable de garder au moins cette distance physique.
A partir de là je ne peux que t'encourager à vivre ta part homosexuelle avec un autre, et tenter de rester simplement ami avec "Vincent", même si je comprends que tu en souffres.
Biscuit

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Noctis » il y a 1 an

Merci du compliment ! En fait, j'adore écrire. Je voulais rendre la lecture plus facile en séparant le récit en parties. Pour les titres, c'est une référence à Friends. En parlant de cette série, elle a été pour moi une source de nombreux fantasmes : 3 jeunes hommes, 3 jeunes femmes, de nombreuses possibilités ! Il faut toutefois exclure celle de Ross et Monica... Brrrr...

Mon ami n'hésite pas à me rappeler que ce n'est pas possible pour lui et que je peux trouver mieux. Il se dévalorise, mais je sais que c'est quelqu'un de vraiment bien. De par son parcours et sa rupture récente, il est souvent triste. Ça me fait de la peine de le voir comme ça, car je ne sais pas quoi faire pour l'aider.

Il dit aussi que je fais une fixation sur lui. C'est le cas en effet, vu que je suis amoureux. J'ai lu que le "sentiment amoureux" pouvait durer en moyenne 2-3 ans. Ça va être rude, car je ne vois pas comment faire pour le "faire sortir de ma tête". Rencontrer quelqu'un d'aussi bien pourrait être une solution, mais j'ai été un peu échaudé par les sites de rencontre...

Il y a un mois, la pulsion, la curiosité pour des relations sexuelles homosexuelles étaient très fortes. A présent, elles sont focalisées sur mon ami. J'ai parlé de ma situation à un autre ami homo qui a une sexualité très épanouie et décomplexée. Je lui ai aussi demandé en plaisantant s'il était envisageable qu'il m'initie. Il trouverait ça étrange, mais pour aider un ami, il pourrait le faire ou me présenter quelqu'un de confiance. J'ai potentiellement la possibilité d'explorer ma part homosexuelle, mais ce n'est pas ce qui m'intéresse.

La situation aurait été tellement plus simple s'il avait été un "c*****rd fini", mais il n'aurait pas été mon ami. Je suis donc partagé entre la joie de le connaitre et de le côtoyer et la souffrance et la frustration qu'il ne soit qu'un ami. Ce qui me fait un peu peur, c'est que ce sentiment de tristesse semble grandir jour après jour... :roll:

Avatar du membre
Biscuit
BIg Boss
BIg Boss
Messages : 17244
Enregistré le : il y a 17 ans
Orientation sexuelle : bi
Localisation : Avignon
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Biscuit » il y a 1 an

Tu en en effet dans une situation délicate dont il sera difficile de te sortir. J'avoue qu'à part essayer de rencontrer d'autres personnes, de vivre tes expériences de découverte, je ne vois pas quoi te conseiller. Si tu essaies de séduire ton ami il risque de se lasser, se braquer, et ça ne vous apportera rien de bon. Si il sait ce que tu ressens, la balle est dans son camp comme on dit. Mais attendre après lui me semble risqué, je ne vois pas ce qui pourrait faire changer ce qu'il ressent pour toi.
Biscuit

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Noctis » il y a 1 an

En fait, la situation s'est débloquée de manière assez inattendue et brutale. Le récit est peut-être plus confus que les parties précédentes, je pense que c'est "lisable"…

Partie VI - Celui qui a son premier chagrin d'amour...
Depuis 2 semaines, Vincent occupait toutes mes pensées de jour comme de nuit. J'étais désespérément amoureux, je me réveillais même la nuit en pensant à lui. Pendant la journée, je lui envoyais régulièrement des messages. Il répondait rapidement et sans détour à mes questions, même les plus intimes. C’est quelqu’un d’extrêmement gentil et prévenant. Découvrir les mésaventures qu’il a eues me rendait encore plus triste.

Pour gérer la situation, j’utilisais l’humour et l’autodérision. Je le taquinais en lui faisant du gringue chaque fois qu’il me donnait une ouverture. Je lui disais que j’avais envie de lui « sauter dessus ». Il me remettait gentiment à ma place en me disant il fallait qu’il soit d’accord et en me répétant que ce n’était pas possible avec un ami. J’étais inextricablement empêtré dans la Friendzone.

Il y a quelques jours, ce sentiment amoureux est devenu invivable. Le fait de ne pas pouvoir le voir quand je voulais commençait à me faire mal. Je lui en ai parlé. Il m’a conseillé de trouver quelqu’un d’autre, quelqu’un de mieux que lui. Pour moi, c’était impensable. C'était "lui ou personne d’autre". Il a ajouté que je faisais une fixation sur lui et il a répété que pour lui ce n’était juste pas possible.

Je lui faisais répéter le même discours encore et encore. Alors je lui ai dit pour me défaire de cette « fixation », il devait peut-être arrêter d’être gentil avec moi et/ou de répondre à mes messages ? Peut-être aussi qu’on devait moins se voir, voire même arrêter de se côtoyer ?

J’ai alors eu un gros coup de déprime et j’ai éclaté en sanglots. Je ne voulais pas, c'était impossible. Je me suis alors dit qu’il aurait peut-être même mieux fallu que je ne lui parle pas du tout de ma situation et qu’on reste juste des potes. J’ai quitté WhatsApp…

Pendant ce temps, il m’a répondu qu’il ne souhaitait pas qu’on arrête de se côtoyer, mais que si c’était mon choix, il comprendrait.

Je pleurais à chaudes larmes, j'étais dévasté. Et qu’est-ce que j’ai fait pour me sentir mieux ? Je suis allé sur Google et j’ai tapé « chagrin d’amour guérir ». J’ai parcouru quelques pages, puis je suis tombé sur un site qui parlait de « obsession amoureuse ». J’ai lu la description avec intérêt. C’était exactement ce que je vivais avec Vincent.

Ce sentiment se développe quand une routine s’installe et qu’il y a une stagnation au niveau familial ou professionnel. Un élément nouveau apparait et les conditions sont remplies pour être victime d’une obsession amoureuse (ou fixette). Généralement, ce sentiment est à sens unique, ce qui cause encore plus de dégâts. L'être aimé peut aussi ne pas être au courant des sentiments. Pour ma part, ça été l’acceptation de ma bisexualité, l’annonce à Vincent et la nouvelle qu’il était célibataire.

Comprendre et rationaliser ce qu’il m’était arrivé m’a permis de faire le deuil de ma relation romantique et sexuelle avec Vincent. J’ai beaucoup pleuré, mais je me sens à présent libéré et délivré !

Partie VII - Celui qui a gagné un nouvel ami...
Ce mois de janvier a été vraiment riche en émotions : je suis tombé amoureux, je me suis fait arnaquer sur un site de rencontres, j’ai eu mon premier chagrin d’amour…

Alors que l’intérêt, puis le béguin, puis le sentiment amoureux et enfin l’obsession amoureuse pour mon ami ont mis du temps à se développer et à grandir, leur arrêt été presque immédiat. J’ai eu de la chance de comprendre ce qu’il m’arrivait rapidement, car je ne sais pas comment j’aurais fini autrement. Le fait de pouvoir parler avec "l'objet" du désir a aussi beaucoup aidé évidemment.

J’ai surtout de la chance d’être entouré de gens formidables, entre ma femme et Vincent. Cette expérience m’a permis de transformer un pote de jeux en un ami sincère. C’est vraiment génial !

Je vais pouvoir à présent explorer sereinement l’autre versant de ma sexualité en ayant deux personnes sur lesquelles je peux compter en cas de besoin. Mais ça, c’est une autre histoire…

Epilogue…
Après avoir expliqué à Vincent que mon sentiment amoureux était passé, il m’a avoué qu’il s’était mis en couple durant ce mois avec un ami qui l’aimait depuis plus de 10 ans. Cet homme a attendu pendant tout ce temps, car il disait que ce sera « Vincent ou personne d’autre ».
Devant tant de patience et de fidélité, Vincent a décidé de lui laisser une chance tout en se disant que c’était dangereux et que ça pouvait briser leur amitié.

J'ai trouvé cette nouvelle cocasse venant de la part de quelqu'un qui m'a martelé pendant un mois que le sexe et amitié n'étaient pas compatibles. Toutefois, ça ne m'a pas rendu triste ou en colère. Au contraire, j'étais content pour lui, car il mérite d'être heureux. Et si cela ne marche pas entre eux, Vincent pourra toujours compter sur moi pour le conseiller ou le soutenir...

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Noctis » il y a 1 an

Voilà 4 mois que je n'avais rien écrit sur ce forum, mais ça ne veut pas dire qu'il ne s'est rien passé. Bien au contraire !

Les parties I à VII plus l'épilogue peuvent être considérés comme le premier chapitre de l'acceptation de ma bisexualité.

Chapitre 2 - Partie I - Celui qui découvre vraiment les sites de rencontres
L’acceptation de mon attirance pour les hommes n’a pas été difficile. Au contraire, elle a été plutôt rapide, et ce grâce notamment à l’ouverture d’esprit de ma femme. A présent, se posait la question de comment l’assumer et le vivre ?

Pendant le mois de janvier, j’ai parcouru bon nombre de forums liés à la bisexualité. Je recherchais en particulier des témoignages. Le plus difficile pour la plupart est de l’accepter et d’en faire part ou non à son conjoint. Toutefois, je n’ai trouvé aucune discussion qui parlait de comment faire des rencontres et peut-être passer à l'acte ?

Je me suis donc inscrit sur un site de rencontre (un vrai cette fois) et j’y ai découvert tout un monde. J'ai choisi le site sur lequel mon ami avait rencontré son ex. Pour commencer, il faut remplir un profil. Tu indiques ta taille, ton poids, la couleur de tes cheveux et de tes yeux… Jusque-là, ça va. Puis, vient le moment où tu dois indiquer la taille de ton pénis (S, M, L, XL), tes préférences et tes pratiques sexuelles (actif, passif, versatile, Fist Fucking, SM, fétichisme, crade…), ton moyen de protection (préservatif, PREP, sans capote...). Là, tu dois faire un tour sur Google avant de pouvoir poursuivre, car certains termes t'échappent...

Enfin, le sésame t’est accordé et tu accèdes enfin au site.

J’avais devant moi toute une galerie de profils, avec des jeunes hommes, d’autres plus âgés. Je trouvais certains d’entre eux séduisants, d’autres moins… Il y avait aussi beaucoup de profils anonymes, c’est-à-dire sans photos de la personne ou bien des photos sur lesquelles on voit que le corps. C’est d’ailleurs le cas pour la majorité des profils d'hommes bisexuels…

Par soucis de « transparence » et pour assumer ma nouvelle identité sexuelle, j’ai mis une photo de moi. J’ai reçu peu après mes premiers messages. Quelque part, mon égo était satisfait de voir que je pouvais plaire à mon âge. Toutefois, aucun d’eux ne m'attiraient vraiment. Je leur faisais savoir rapidement et le plus respectueusement possible.

J’ai approché 4 hommes qui me plaisaient avec un compliment ou de l’humour. Le premier qui m’a répondu a laissé entendre qu’il était partant pour une initiation. Comme je le trouvais très beau et devant l’excitation de la nouveauté, je me suis tourné la tête pendant 2 semaines jusqu’à ce que je réalise qu’il s’était bien fichu de moi…Le deuxième m’a répondu, mais il n’était pas du tout intéressé. Les deux autres n’ont pas répondu du tout.

Puis, j’ai été contacté par un homme bi que je ne trouvais pas trop mal. On était censé se voir, mais il m’a posé un lapin. Ce n’est que plus de 24 heures après l'heure du rendez-vous qu’il a repris contact avec moi disant qu'il avait eu une « urgence ». J'ai laissé tomber l'affaire.

J’ai également discuté un jeune homme bi qui cherchait activement un partenaire pour une première fois. Il était très motivé, même impatient, mais il voulait passer à l’acte sans préservatif...
J’ai aussi eu beaucoup d’hommes qui m’envoyaient des photos de leur pénis en érection peu après un simple « salut » et demandaient que je fasse de même...

Toutefois, j’ai pu dialoguer avec plusieurs hommes de choses et d’autres. Mes plus longues discussions ont été avec d’autres bisexuels. La plupart n'assumaient pas trop et cachait leur penchant pour les hommes à leur conjointe. Il y en a un avec qui j'aurais pu faire, mais il n'étais pas vraiment déterminé à faire quoique ce soit. D'ailleurs, ça faisait une année qu'il traînait sur ce site.

La pire discussion que j’ai eue était avec un actif qui cherchait un passif. Son profil semblait tout à fait « normal ». Comme j’ai voulu essayer une approche plus directe, je l’ai contacté. Il s’est montré rapidement désagréable et ne voulait pas faire connaissances. Du coup, je lui ai dit gentiment que je laissais tomber, je me suis excusé de l’avoir dérangé et je lui ai souhaité une bonne continuation. Il a alors montré son vrai visage. C’était un odieux imbécile qui n’était là que pour se vider les bourses sans respecter ni considérer son partenaire…

Je me suis également laissé aller au jeu du partage de photos hot. Il y a un côté excitant à la chose, mais au final, ça n'aboutissait à rien. Évidemment, je faisais bien attention à ne jamais divulgué de photos montrant mon visage et mes parties intimes en même temps.

Il y a aussi le fait qu'être en couple avec la même personne depuis plus de 19 ans qui peut poser problème. Je dois réapprendre à séduire mon interlocuteur, à être intéressant et à garder son attention.

Ce mois (mi février à mi mars) sur ce site de rencontre n'a pas été très satisfaisant. Au contraire, ça a été un vrai choc ! Entre l'impolitesse de certains, les photos de pénis imposées, l'expérience m'a quelque peu refroidi.

Beshun74
Bizutage
Bizutage
Messages : 16
Enregistré le : il y a 5 ans
Orientation sexuelle : Hétéro avec fantasmes homos
Localisation : Loir et Cher
Gender :
Âge : 46

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Beshun74 » il y a 1 an

même expérience que toi c derniers mois avec un site.
j'ai eu un bon feeling avec qq'1, j'ai'osé provoquer la rencontre mais je n'ai pas eu le dernier déclic physique, trop exigent certainement alors que je ne suis pas un play boy moi même. dommage nous partagions beaucoup de valeurs communes.
j'ai eu quelques délires photos et cams, sans mon visage avec d'autres qui comme tu l'as vécu n'étaient la que pour la ranlettes et la jouissance, j'avoue avoir profité aussi.
Mais finalement j'ai abandonné ce site comme toi, trop glauque, trop superficiel.
trouver la perle rare au milieu de ce panier de crabes, difficile.
et puis il faut réussir à intégrer cet ami confident et partenaire d'intimité dans sa propre vie, compliqué quand son épouse n'est'pas claire sur l'autorisation ou pas de me laisser vivre ma bisexualite.
encore un parcours identique à beaucoup d'autres.
dommage d'd'être si proches côté valeur grâce à internet, et si éloignés et si peu en meme temps

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Noctis » il y a 1 an

Internet permet de partager ses expériences avec des personnes qu'on n'aurait jamais rencontré autrement. Parler avec des personnes qui vivent la même chose que nous et qui nous comprenne est à la fois rassurant et réconfortant.

Je suis en train d'écrire la suite de mes "aventures", il peut y avoir une lueur d'espoir. Toutefois, il faut être persévérant, mais aussi avoir un peu de chance...

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Noctis » il y a 1 an

Chapitre 2 - Partie II - Celui qui perd tout intérêt...
En plus de fréquenter le site de rencontre gay, j'ai téléchargé deux applications de rencontre plus "classiques", Tinder et Badoo. Je ne me faisais pas trop d'illusions à leur sujet. C'était plus de la curiosité, histoire de voir comment cela fonctionnait.

Sur ces applis, on peut choisir quels profils sont visibles. En tant que bisexuel, j'avais choisi d'afficher autant les hommes que les femmes. Comme je recherchais avant tout une expérience avec un homme, je "swipais" systématiquement les femmes vers la gauche. Peu de profils d'hommes étaient intéressants pour moi.

De temps à autre, je recevais un like, puis un autre, et un autre. Quelle n'a pas été ma déception quand j'ai découvert que les gens qui m'avaient likés étaient floutés et qu'il fallait payer pour voir leur identité. Il fallait un "abonnement" relativement cher pour les rendre visibles.

J'ai quand même payé une semaine sur Badoo pour tester. Cela m'a permis de provoquer des "match". Là encore, la déception a été grande devant le peu de discussion que cela a entrainé. Le pire est que le renouvellement de l'abonnement est automatique. Je me suis fait avoir une fois, car j'avais oublié de désactiver cette fonction.

J'avoue néanmoins que voir son compteur de likes monter a eu un certain effet sur mon égo : savoir que je pouvais plaire était plutôt rassurant, mais ça ne menait à rien.

Mon expérience avec ces applications de rencontres n'a donc pas été très concluantes non plus.

Je me suis alors demandé si les vraies rencontres n'étaient pas plus efficaces ? Je pensais à aller dans un bar gay ou un sauna gay ou encore participer à une réunion de l'association gay de ma région. Je savais que je plaisais virtuellement, qu'en était-il dans la vraie vie ?

Et puis, j'ai pensé à un autre moyen de rencontres, les petites annonces. Dans la rubrique "Érotique - Rencontre", la catégorie "Homme cherche homme" était la plus fournie, venait ensuite "Homme cherche femme".

J'ai parcouru quelques annonces. C'était hard, bien hard. :?

Bien 95 % des annonces impliquaient de recherches, voire des demandes de sexe bien directes. Une rencontre dans des WC publiques, en voiture ou en forêt est pour moi impensable. Certains proposaient des fellations furtives sans dialogue : ils font venir le mec chez eux, les sucent, puis ils se quittent sans un mot. :shock:

Il y avait bien quelques hommes qui cherchaient une première expérience, mais leur âge ou leur localisation ne jouaient pas trop. J'ai répondu à une annonce qui jouait plus ou moins, mais c'est resté sans réponse. J'ai donc décidé de poster la mienne en mettant en avant le fait que je cherchais un homme de mon âge, discret, patient, respectueux et bienveillant. J'avais d'ailleurs créé un email spécialement à cet effet.

J'ai reçu une réponse d'un homme relativement âgé, ça ne jouait donc pas. Et puis, le confinement a été instauré pour tout le monde.

Je passe les deux mois qui ont été durs pour tout le monde, mais qui a permis à certaines familles dont la mienne de vivre des moments privilégiés. Cet isolement forcé a en revanche complètement "anesthésié" mes envies d'hommes. J'avais toutefois gardé un oeil sur Tinder, Badoo et le site gay juste au cas où, mais c'était le calme plat.

Je me disais que c'était vraiment la galère de trouver quelqu'un, la crise du Corona n'arrangeait en plus pas les choses. Je commençais à me faire à l'idée qu'une expérience sexuelle avec un homme était peut-être destinée à ne rester qu'au stade de fantasme...

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: Etre marié et amoureux de son meilleur ami

Message par Noctis » il y a 1 an

Chapitre 2 - Partie III - Celui qui n'y croyait plus jusqu'à ce que...
Pendant un mois et demi, c'est le calme plat. Je ne reçois plus aucun message, mais je n'envoie plus de mon côté également. Normal, car nous avons tous autre chose en tête... Cela a eu pour effet d'achever complètement ma libido et mes envies.

A la mi-mai, le déconfinement commence peu à peu, je me décide de reprendre contact avec les hommes avec qui j'avais discuté sur le site gay. L'idée était de prendre de leurs nouvelles et voir comment ils avaient vécu la crise. Mis à part des réponses de politesse, ils ne semblaient guère motivés à reprendre la discussion. Très grosse déception pour moi, car on avait discuté pendant plusieurs semaines avant la crise.

Je recevais à nouveau des messages sur le site gay de par ma reprise d'activité, mais aucun ne m'intéressait. J'ai reçu un jour un message d'un jeune homme de 22 ans qui avait pour image de profil un homme en string à quatre pattes. Il était bien foutu. J'avoue que c'était plus excitant, mais en cliquant sur le profil, je constate qu'il recherche des hommes âgés de 45 à 65 ans uniquement. Sentant une odeur d'arnaque, je n'y réponds pas.

En parallèle, j'ai reçu une réponse à ma petite annonce. Le site l'avait renouvelée automatiquement pendant deux mois. Le mec était très excité et motivé par ce que je proposais. Malheureusement, ce n'était plus vraiment le cas de mon côté et qu'elle n'était plus vraiment à jour. Ma réponse l'a complètement refroidi du coup.

Las, déçu, fatigué par tant d'échecs et de mauvaises expériences, je décide de supprimer Tinder et Badoo, mais je reste sur le site gay pour pouvoir "mater" les beaux mecs. Je supprime toutefois ma photo et ma description.

Le 7 juin, je reçois un mail du site de petites annonces m'indiquant que mon annonce arrivait à échéance et que sans instructions de ma part, elle serait renouvelée (gratuitement) comme cela avait été fait auparavant.

"Ah oui, il y a encore ça à faire", me suis-je dit. En effet, je devais supprimer mon annonce, car elle ne reflétait plus mon état d'esprit du moment. Le gag était que j'avais oublié les identifiants. Par flemme, au lieu de cliquer sur "mot de passe oublié" pour en recevoir des nouveaux et effacer l'annonce, je l'ai laissée telle quelle en me disant que je ferais ça un autre jour.

Le 11 juin, j'ai reçu le message d'un homme un peu plus âgé que moi et qui habitait relativement loin. Sa réponse avait la particularité d'être composée de phrases et de paragraphes, mais également d'être courtoise. Malheureusement pour lui, il tombait mal. Je lui en ai fait part. Il s'est montré compréhensif et m'a proposé de garder son mail au cas où mes envies reviendraient. Devant tant de politesse, je lui ai proposé de continuer à discuter et à faire connaissance s'il le souhaitait. Proposition qu'il a acceptée !

Cela fait maintenant deux semaines que nous correspondons par mails. Nous prévoyons même de nous rencontrer. La menace du COVID plane toujours, mais j'espère que nous pourrons voir assez rapidement.

Nous nous entendons très bien. Nous sommes sur la même longueur d'onde : nous partageons les mêmes envies et avons les mêmes préoccupations (notamment vis-à-vis des IST). C'est vraiment cool comme sensation !

Ce qui est dingue dans cette histoire, c'est que cette rencontre aura été possible grâce à ma flemme et ma procrastination.

Je conclurais cette partie, par le fait qu'il aura fallu de la patience, de la persévérance, mais aussi un peu de chance pour tomber sur la bonne personne. Il y a certes encore quelques incertitudes, mais je suis optimiste et j'ai confiance en l'avenir.

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 1 an

Quatre mois après la création de ce topic, j'ai demandé à Biscuit de changer le titre, car il ne reflétait plus ce que je vis en ce moment.

Dans les premiers messages, je raconte ce que j'ai vécu au cours de ces 6 derniers mois, notamment l'acceptation de la bisexualité et la difficulté à faire une rencontre. Comme c'est en passe de se concrétiser, j'en ai reparlé avec ma femme, je lui ai demandé si elle avait des doutes ou des craintes particulières.

Elle est une personne ouverte et franche et n'est absolument pas jalouse. Ce qui l'inquiète plus, c'est que j'attrape une IST ou que je tombe sur un psychopathe. Elle n'apprécierais pas que je lui cache le fait de voir quelqu'un sans lui dire. Ça signifierait que je n'ai pas confiance en elle. Elle le prendrait très mal si je partais avec cet homme. Elle ne veut pas savoir que ce je fais en détails, mais elle souhaite savoir ce que je ressens.

L'absence de libido et de relations sexuelles ne sont pas un problème, mais elle a besoin de gestes de tendresse, de mots doux, que je montre que je tiens à elle. Elle ne serait pas contre consulter un thérapeute de couple, mais elle n'en ressent pas le besoin, ni moi d'ailleurs.

Nous considérons que nous avons construit un beau foyer : nous avons une belle famille, un grand appartement avec jardin et deux chats. Nous avons de nombreuses valeurs communes : la façon d'éduquer les enfants, les loisirs (films, séries, livres,...), les goûts musicaux, la vision de la politique, l'écologie,... Notre dynamique de couple fonctionne bien, nous sommes bien organisés, partageons les tâches ménagères équitablement et participons ensemble à l'éducation des enfants et à maintenir leur équilibre et bien-être.

Elle est consciente du risque que je pourrais tomber amoureux de cet homme, mais elle se dit que ça pourrait être aussi le cas avec une femme. Elle estime que si avoir une expérience/relation avec un homme (ou même une femme) fait que je me sente mieux dans ma peau, c'est tant mieux. Ce n'est pas un problème pour elle du moment que ça ne délétère pas la vie familiale. Si cette relation prenait trop de place ou qu'elle devenait une obsession, il faudrait discuter à nouveau et soit remettre des limites ou voir quels compromis on pourrait faire chacun pour rester ensemble.

Pour ma part, mon attirance pour les hommes a augmenté au fil des années. Elle a peut-être été accentuée par le manque de relations intimes avec ma femme, mais je pense que tôt ou tard, j'aurais été tenté de passer à l'acte, et probablement derrière son dos.

Comme j'ai tendance à dédramatiser les choses et à plaisanter, après de longues semaines d'abstinence, je lui ai demandé en décembre dernier si ça ne la dérangerait si j'allais voir ailleurs.
Elle : "Non, si tu te protèges."
Moi en trollant : "Et avec un homme ?"
Elle : "Non plus, si tu te protèges."

Peu après, on s'est mis à table pour discuter plus sérieusement de la situation. Puis, ce qui a suivi a été décrits dans les chapitres I et II. Cette petite boutade a grandement fait évoluer notre relation. Le fait d'avoir fait mon "coming-out" à ma femme et le fait qu'elle l'ait bien accepté font que je me sens plus serein. Je me montre aussi plus tolérant et je calme les choses plus rapidement quand il y a une dispute. Je communique plus volontiers. Je me montre aussi plus tendre et câlin qu'auparavant.

Nous sommes 6 mois après, j'ai fait la connaissance d'un homme qui a la même situation que moi, avec un couple stable, qui cherche une première expérience homosexuelle. Il est très soucieux des maladies, pour se protéger soi, mais aussi sa compagne,... Nous avons beaucoup discuté et une relation de confiance a été établie. Toutes les conditions sont réunies pour que cela se passe bien. Seule plane la menace du COVID...

D'un point de vue extérieur, j'imagine qu'on peut légitimement se poser la question si ça vaut la peine de mettre deux couples en péril pour une "histoire de fesses".

Pour ma part, je compte rester avec ma femme. Je me dis que si un jour la vie venait à nous séparer brutalement, par exemple à cause d'un accident ou d'une maladie, peut-être qu'à ce moment-là, j'essaierais de m'engager sentimentalement avec un homme. Pour l'heure, ce n'est pas à l'ordre du jour...

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 1 an

Chapitre 2 - Partie IV - Celui qui se découvre à 100%...

Après 6 mois de recherches des plus infructueuses, c'est donc grâce à un coup de chance que j'ai fait la connaissance de... Je vais l'appeler mon "Cher Monsieur". Ainsi, pendant un mois, nous avons échangé des mails quotidiennement afin de faire connaissances, partager nos envies, nos craintes,... Nous avons rapidement établi une relation de confiance. Si bien que nous nous sommes envoyés plus de 50 messages en quatre semaines ! Nous avons parlé de nos vies et de choses très personnelles. Pour lui, c'était la première fois qu'il se confiait de la sorte à un homme. J'ai été vraiment très touché par la confiance dont il me faisait preuve.

Chaque fois que je me connectais à mon mail et que je voyais un nouveau message, j'étais très excité à l'idée de découvrir ses écrits !

Voyant que nous étions sur la même longueur d'ondes, nous avons commencé à parler d'une éventuelle rencontre. Puis, nous avons discuté du lieu, du comment cela pouvait se faire... Au fil de la discussion, le conditionnel est devenu du futur, une certitude, de sorte que nous avons convenu d'une date il y a environ une semaine.

Ainsi, nous avons fixé rendez-vous lundi entre 18h00 et 18h30 chez moi. Il était prévu que nous nous voyions dans un hôtel, mais en raison du COVID-19 et pour plus de discrétion, je me suis dit qu'il était plus commode de faire la rencontre à la maison. J'en ai parlé à ma femme. Je lui avait déjà posé la question il y a quelques mois, elle m'avait déjà donné son accord, chose qu'elle a réitéré. Justement ce jour-là, elle devait être absente, ainsi que les enfants.

Pendant la semaine qui a précédé le rendez-vous, j'étais tellement excité que je m'en réveillais la nuit. J'avais alors la mauvaise idée de vérifier mes mails et voyant qu'il m'avait écrit. J'avais de la peine à me rendormir, car je pensais à quoi lui répondre. Pendant 3 jours, j'avais vraiment une mauvaise mine. Puis, je me suis dit que je devais me calmer un peu sinon, je ne pourrais pas passer la semaine.

Mercredi de la semaine d'avant, ma fille attrape un rhume et un gros mal à la gorge. Le lendemain, c'est moi qui ai mal à la gorge, c'était peut-être dû à ma mauvaise forme des jours précédents. Je me dis zut, car si cela devait persister, j'aurais dû annuler le rendez-vous. Une telle autre occasion ne se présenterait pas avant 1 ou 2 mois. Avec le risque que ma libido et ma motivation s’effondre à nouveau comme lors du confinement. Heureusement, je n'ai développé pas d'autres symptômes et le mal de gorge est passé en quelques jours.

Le jour venu, après avoir rangé tout l'appartement laissé en bazar par les enfants, j'ai préparé un petit encas pour la soirée, je me suis préparé comme un ado pour son premier rendez-vous (choix des habits, douche, coiffure...) . En fait, nous étions tous les deux excités comme des ados, alors que nous avons plus de 40 ans. En cela, c'était une sensation des plus rafraichissantes.

Néanmoins, j'étais un peu stressé à l'idée de le voir en vrai. Peur de le décevoir, peur d'être déçu par l'acte sexuel en lui-même ? Mais aussi, parce que pendant très longtemps, je ne savais pas de quoi il avait l'air. En effet, je n'avais pas demandé une photo de lui, car je me disais que c'était finalement secondaire. La relation de confiance et de complicité que nous avions développé au cours de ce mois était plus importante que ce critère physique. Néanmoins quelques jours avant le rendez-vous, il m'a envoyé une photo et ça allait pour moi.

Voilà qu'il arrive à 18h30. Il était un peu plus petit que moi. Il paraît plus jeune que son âge, il avait look jeune et sportif, et était bien plus séduisant que sur la photo qu'il m'avait envoyée. Nous nous sommes installés sur le canapé et nous avons discuté un moment une bière à la main. La discussion s'est déroulée de la même manière qu'à travers nos mails, tout naturellement, sans gêne. C'était sympa, mais je sentais l'excitation monter sans savoir comment "commencer la chose"...

Bien que nous ayons beaucoup correspondu par mail, nous avons encore parlé pendant 30 minutes, puis 1 heure. Il était presque 20h00 quand nous nous sommes dit que c'était peut-être le moment de passer à la suite ?

Nous nous sommes rendus dans la chambre, puis, ça s'est fait. Nous avons exploré nos corps en douceur, en tâtonnant, dans le respect et l'écoute de chacun, avec un peu de maladresse aussi... Mais c'était très agréable ! C'était une véritable découverte, je dirais même une révélation pour moi. J'étais le plus entreprenant des deux, mais ça s'est fait naturellement. Je me sentais en confiance et j'en avais envie de nous faire plaisir. Puis, nous avons mangé en discutant un long moment encore, avant qu'il ne rentre chez lui...

Réaliser ses fantasmes après 15-16 ans, c'est une sensation des plus particulières. Certaines choses ont été très agréables, à l'image que je m'en étais faites. Tandis que d'autres étaient un peu plus mitigés. On peut mettre ça sur le compte du stress, de la découverte, de la maladresse... Toujours est-il que suis très content de ma première expérience avec un homme. J'ajouterais même que je suis que très heureux que ma première fois se soit déroulée avec mon "Cher Monsieur", mon "Cher Amant".

Nous allons à présent reprendre tranquillement nos vies respectives et peut-être que dans un avenir plus ou moins lointain, nous pourrons à nouveau nous rencontrer et explorer d'autres horizons.

Je ne ressens pas de honte ou de culpabilité, au contraire, je me sens épanoui et heureux. J'ai l'impression d'être enfin moi-même après 42 ans. Tout était réuni pour que cela se passe bien. J'étais prêt dans ma tête et dans mon corps depuis un certain temps déjà, mais il a fallu un petit coup de pouce du destin pour que je rencontre la bonne personne au bon moment.

J'écris ce post au lendemain de ma rencontre avec mon "Cher Amant". J'ai passé une nuit courte et agitée, mais je me sens serein et j'ai un sourire béat aux lèvres. Je me réjouis de ce soir quand ma femme sera de retour pour lui faire part de mon expérience et de mes émotions. Je suis aussi impatient de lui dire à quel point je l'aime. J'ai la certitude qu'elle restera la seule femme de ma vie.

Avatar du membre
Marjotte
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 131
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Localisation : Québec, originaire de la côte d’azur
Gender :
Âge : 38

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Marjotte » il y a 1 an

Waow! Quelle beau récit, je suis ravie que ça se soit passé d’une aussi belle façon et de te lire si serein, épanoui et toujours amoureux de ta femme aussi, ça a un petit côté rassurant pour ceux qui n’ont pas encore passé le cap.
Merci de nous partager tout ça :)
Just because I’m Bi doesn’t mean you’re attractive. But maybe you are 😜
~
Parfois on crie les choses non pas pour que les autres les entendent, mais parce qu’on les a tu trop longtemps

Avatar du membre
Noctis
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 176
Enregistré le : il y a 1 an
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Suisse
Gender :
Âge : 43

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par Noctis » il y a 1 an

Je suis aussi très content que cela se soit bien passé. :) En postant mon témoignage, je voulais montrer que cela pouvait aussi bien se passer. Certes, chaque parcours est différent et demande un voyage d'acceptation plus ou moins long. Le travail en vaut largement la peine.

Chapitre 2 - Partie V - Celui qui fait un debriefing...
C'est donc à l'état d'un demi zombie (j'exagère un peu, mais j'en étais pas loin) que j'ai passé la journée. Une petite sieste m'a bien aidé à tenir le coup... Enfin, ma femme et ma fille rentrent en toute fin de journée. J'étais impatient de pouvoir parler, mais je devais attendre que ma fille soit endormie pour pouvoir le faire. Cette dernière fait la remarque suivante : "Ah tiens, papa, tu as bien travaillé. La maison est toute propre !". Ses parents se sont alors regardés d'un air amusé. Ma femme me dit juste qu'elle est soulagée de ne pas me retrouver découper en morceaux dans la cave.

Plus tard, alors que ma fille est dans son lit, je croise ma femme dans le couloir et je commence à l'étreindre et à lui faire des bisous. Venant de la chambre, on entend : "Eh, vous faites quoi ? Je suis toujours réveillée au cas où...". :D Bon, il va falloir attendre encore un moment...

Puis, nous nous mettons tôt au lit pour pouvoir enfin discuter tranquillement. C'est un sentiment étrange que de se retrouver avec elle alors que moins de 24 heures auparavant, j'étais avec mon Cher Amant. La situation n'a pas l'air de la déranger pour autant, au contraire, elle se blottit contre moi.

Je ne sais pas trop par quoi commencer. Je lui demande de me raconter ce qu'elles ont fait ces deux derniers jours. Ma femme me dit que notre fille se pose beaucoup de questions sur la relation de ses parents, comment ils se sont rencontrés, est-ce que sa maman a été amoureuse d'autres garçons... Il faut savoir que durant la dernière semaine d'école, ma fille m'a annoncé qu'elle était amoureuse d'un camarade de sa classe. C'est chou ! D'où ses questionnements sur ses parents.

A la question "Maman, tu as été amoureuse après être mariée avec papa ?". J'ai été très curieux d'avoir la réponse. Elle m'a que oui, à plusieurs reprises. Elle tombe facilement amoureuse avec les papillons dans le ventre, l'envie de faire des câlins, mais sans connotation sexuelle. Et au bout d'un moment, ça passe. J'étais au courant de cela, mais j'avais oublié depuis le temps. Ce qui était amusant, c'est que ça pouvait être autant des hommes hétéros que gays. Puis, elle me dit "Au fait, on était pas censés parler de toi ?".

Je commence à revenir sur comment j'ai fait la connaissance de mon amant, comment nous avons développé une relation de confiance. Puis, je lui raconte le déroulé de la soirée, ce que nous avons fait par la suite dans notre lit. Elle ne me demande rien. Elle écoute ce que je veux bien lui partager. Je lui décris assez en détails ce que nous avons fait, ce que j'ai aimé faire et recevoir. Malgré quelques couacs, nous avons apprécié notre première fois.

Je lui demande ce qu'elle ressent par rapport à lui. Au vu de ma description, ce serait de la sympathie, mais aussi une certaine forme de gratitude. Dans ce sens où cela s'est bien passé et qu'il s'est bien occupé de son mari.

A la question de est-ce que je peux renouveler l'expérience, elle me répond que oui, mais à condition que ça n'a affecte pas trop son organisation. Que ce soit avec lui ou un autre, du moment que je prends mes précautions, ça lui va. Elle fait confiance à mon jugement, mais souhaite quand même être au courant si quelque chose se met en place.

Elle ne souhaite pas forcément le rencontrer. Elle n'en voit pas trop l'intérêt et elle serait quand même plutôt gênée. Elle pense que pour lui aussi ce serait la même chose. Peut-être que ça viendra avec le temps, par exemple, si je développe une relation sur le long terme avec lui. Toujours est-il qu'elle est contente pour moi et qu'elle n'hésitera pas à me dire si quelque chose n'irait pas.

Je me suis demandé quelle genre de relation j'avais avec lui, ce que j'éprouvais pour lui. C'est un mélange d'amitié et d'amour. Une relation basée sur la confiance et le respect, entourée de bienveillance et centrée sur le sexe. Nous avons des vies très différentes, sans ma petite annonce, nous ne nous serions certainement jamais rencontré. Tant que nous pouvons contribuer à l'épanouissement l'un et l'autre, je suis partant à continuer cette relation.

J'ai la chance de pouvoir partager ce que je ressens avec ma femme et mon meilleur ami. Lui ne le peut pas de son côté. J'espère qu'il le vit bien. Je lui ai dit que je restais à sa disposition s'il souhaite parler, partager ses pensées ou ses doutes.

De mon côté, je continue de discuter avec des hommes sur le site de rencontre gay. J'estime que c'est un enrichissement de pouvoir discuter avec d'autres gens. Je reste ouvert d'autres rencontres, mais mon "ami-amant" a mis la barre très haute ! En tant que première expérience, il occupera toujours une place particulière dans mon esprit. :coeur:

Comme disait la mère de Forest Gump : "La vie, c'est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber".

cajoline1610
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 131
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuelles
Gender :
Âge : 40

Re: A passé 40 ans, ma femme accepte que je vive ma bisexualité

Message par cajoline1610 » il y a 1 an

J'admire la réaction de ta femme, j'espère qu'il en sera de même pour moi le jour où ça arrivera

Répondre