Aimer un genre/un sexe

Informations, expériences, débats...
Répondre
Billy the Kid
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 240
Enregistré le : il y a 12 ans
Âge : 37

Aimer un genre/un sexe

Message par Billy the Kid » il y a 3 ans

Bonjour,

De nombreuses personnes, ici et ailleurs, expriment un "manque" lorsqu'elles n'ont de relation (sentimentales, sexuelles, ou tout mélange possible) qu'avec une personne d'un genre/sexe donné.

Il s'agit souvent de personnes en couple exclusif, mais ma question ne concerne pas l'exclusivité ou non (pour une fois ^^) .

Je fais allusion non pas à une attirance pour une personne spécifique autre que le/la conjoint(e), mais d'un manque générique exprimé pour "l'autre sexe" que celui dudit conjoint, sans manque exprimé pour d'autres relation avec des gens du même sexe que le conjoint.
Ou alors, les gens qui expriment un besoins d'avoir des relations avec des hommes *et* des femmes.
Ou ceux qui ont des relations "pour essayer" un genre/sexe.

Bref, ma question du jour concerne ce "besoins" des "deux sexes". Ou plus précisément le besoins d'un (ou plusieurs) sexe/genre spécifique.

En quoi consiste ce désir pour "un genre/sexe"? Comment se traduit une attirance pour une identité/anatomie générique/abstraite en actes et sentiments réels (c'est c'est-à-dire pour une/des personnes uniques).


Pour donner un peu de contexte si besoins:

Je me demande souvent lorsqu'une personne en couple exclusif exprime un besoins de relation avec un sexe/genre différent de leur conjoint: pourquoi ce genre spécifiquement? En quoi une relation avec quelqu'un d'autre du même genre/sexe que leur conjoint serait-elle plus/moins différente ?

Il y a peu j'ai lu un texte d'une personne qui décrivait une instance de sexisme à laquelle elle ressentait le besoins de répondre. Ce qui l'avait fait réagir, c'était un homme qui expliquait qu'il fallait aimer les femmes, "telles qu'elles sont" avant d'énumérer leurs qualités (ignorant donc totalement celles qui ne sont pas "belles" ou "serviables" ou "coquettes" etc... et ignorant les hommes qui le sont, sans parler de toutes les autres identités de genre).
Une personne a commenté sur ce texte : "Encore un qui aime "La Femme" et pas les femmes". Cette remarque m'est resté car ça fait un bon moment que je me questionne sur les désirs spécifiques abstraits communément transposés sur des individus uniques.

Il y a quelques temps, une interview d'Amandine Gay à été partagée sur ce forum (que j'ai trouvé très intéressante par ailleurs). Elle y abordait notamment les "no blacks" qui pullulent apparemment sur les profils des sites de rencontre. Elle y exprimait le caractère déshumanisant de se voir réduite à la couleur de sa peau.
Il s'agit ici d'un cas de rejet, mais est-ce si différent lorsqu'on est désiré pour une caractéristique tout aussi limitée?

Voilà un peu toutes ces choses qui en se mélangeant à mes questionnements de longue date m'amènent aujourd'hui à interroger les gens exprimant ou ressentant un "besoins" d'un genre spécifique afin d'essayer de comprendre comment ça fonctionne, concrètement dans la vraie vie, ce genre de désir.
Jouir de ce que l'on possède, plutôt que de crever de ce qu'on n'a pas.
Ne rien attendre, et s'attendre à tout.

Avatar du membre
Puki
Biberon
Biberon
Messages : 31
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : Difficile de me mettre dans une case...
Gender :
Âge : 31

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Puki » il y a 3 ans

Ton questionnement est très intéressant et il me tarde de lire les avis à ce propos.

Je vais tenter une réponse, assez concise et strictement subjective.

Je suis en couple exclusif avec un homme. Oui les femmes me manquent. Tout chez elles me manque. Leur corps, leur douceur, leur regard, leur fougue, leurs pensées... C'est loin d'être exhaustif.
Un homme pourrait m'apporter tout ce que j'aime chez une personne, j'y serais actuellement insensible, tout simplement que ce dont j'ai besoin, je le veux d'une femme.
Et ce manque dont je parle, est quelque chose d'abstrait, qui se matérialise malgré moi au gré des rencontres féminines que je fais et qui chamboulent mes sens.

Pourquoi tout ça d'une femme uniquement ?
La question me semble aussi complexe que se demander pourquoi on aime telle personne en particulier et pas une autre.
Il y a des choses qui nous échappent.

J'essaie de comprendre le parallèle que tu fais avec les 'no black' mais est-ce que ça sous entend que les hétéro font de la discrimination par exemple?
Est ce qu'une préfèrence liée au genre est une forme de discrimination ?
Une préférence n'est pas une discrimination en le sens où elle n'est pas volontaire...
Nos goûts échappent bien souvent à notre raison.

J'espère avoir répondu un tant soit peu à ton interrogation
" Ce n'est pas parce que nous jugeons qu'une chose est bonne que nous la désirons, mais c'est parce que nous la désirons que nous la jugeons bonne." B. Spinoza

Avatar du membre
TiProust
Biscotte
Biscotte
Messages : 349
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : gay
Gender :
Âge : 55

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par TiProust » il y a 3 ans

bonsoir,
je ne sais pas si j'ai bien compris la question :oops:
mais je vais tenter d'apporter un bout de réponse à ce que j'ai compris.
Si j'essaie d'identifier les mécanismes qui m'ont conduit à désirer "l'autre" sexe (qui est le mien, si vous me suivez...), je dirais que ça part d'une impression d'ensemble, comme un paysage très large. Ca n'était pas fixé sur un individu, plus l'impression diffuse que là était plutôt mon domaine naturel. Je parlerais donc d'une attirance générale, pour des hommes, pas forcément pour tous les hommes. Il y a sans doute/certainement des hommes pour qui l'attirance générale ne pourrait pas se transformer en attirance singulière pour tel homme. Pourquoi? Là on rentre dans les goûts et les couleurs. Le drame (à mon sens) des logiques d'applications de rencontre où on coche/décoche les critères : âge, corpulence, passions, poilu, imberbe, "actif", "passif", bien ou moins bien "calibré" (intellectuellement, j'entends :moque: ) etc...
Le passage au particulier, là on est dans le domaine de la rencontre, provoquée ou pas, avec un individu, une personnalité. Il peut être parfois différent de "l'idéal" qu'on s'est forgé, mais peu importe. Dans le paysage, on "isole" un sujet, à l'instinct ou à la raison.

Billy the Kid
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 240
Enregistré le : il y a 12 ans
Âge : 37

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Billy the Kid » il y a 3 ans

Merci pour ta réponse Puki :)

Si je comprends bien, tu ne désire rien qui serait spécifique à une femme, ton désir c'est simplement que ce soit avec une femme? Sans comprendre pourquoi avec une femme spécifiquement? (juste pour m'assurer d'avoir bien compris)
Puki a écrit : J'essaie de comprendre le parallèle que tu fais avec les 'no black' mais est-ce que ça sous entend que les hétéro font de la discrimination par exemple?
Est ce qu'une préfèrence liée au genre est une forme de discrimination ?
Une préférence n'est pas une discrimination en le sens où elle n'est pas volontaire...
Nos goûts échappent bien souvent à notre raison.
La discrimination consiste à faire une différence entre plusieurs éléments et les traiter différemment. On le fait sans arrêt tous les jours pour plein de choses. Le fait de serrer la main à son patron mais faire la bise à son frère en est un exemple.
C'est un gros mot de nos jours car il est le plus souvent employé pour parler de discrimination injuste car sans fondement rationnel concernant des décisions sans rapport avec les relations intimes et impactant la vie des discriminés (ex: refuser d'embaucher une personne compétente sur le critère de sa couleur de peau; le fait de refuser d'embaucher une personne sur le critère de sa compétence est aussi une discrimination, mais personne ne s'en insurge car elle est jugée appropriée et rationnelle).
Lorsqu'il s'agit des rapports intimes, le critère du désir ou de son absence est généralement considéré comme légitime : on a encore jamais vu quelqu'un reprocher à un autre de refuser de coucher avec quelqu'un qu'il ne désirait pas (sauf dans le cas du marriage ou du sexisme culturel qui veut que la femme soit à la disposition sexuelle de l'homme,mais ce n'est pas le sujet de ce thread).
Amandine Gay, dans son interview, parle des critères personnels sur les sites de rencontres intimes. Il s'agit bien du désir de chacun. Les "no blacks" "no fats" dont il est question relèvent bien du désir (ou plutôt ici de son absence). Remplacer par "no men", "no women" "no cis" ou 'no blond" c'est la même chose

La question qui m'intéresse n'est pas de savoir si c'est "bien" ou "mal", comme tu le souligne, les désirs échappent généralement à la raison (même s'ils ne sont pas sans raison), ça me paraît donc dépourvu d'intérêt de vouloir les moraliser.

Mais je ne peux m'empêcher d'inverser la situation : est-ce différent d'être désiré pour un seul critère spécifique qui ne tient pas compte de l'individualité de la personne?

Note : Mon tel galère à mort pour taper mes réponses (genre plusieurs secondes par mot), je ne garanti pas de pouvoir répondre ce soir mais je lirai avec intérêt vos réponses.
Jouir de ce que l'on possède, plutôt que de crever de ce qu'on n'a pas.
Ne rien attendre, et s'attendre à tout.

Avatar du membre
Geko
Biscotte
Biscotte
Messages : 363
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Est Nord-Est Sud
Localisation : Là, maintenant?
Gender :
Âge : 56

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Geko » il y a 3 ans

Ce sujet nous ramènent vers d'autres sujet, qui en interpellent d'autres. C'est normal tant ces aspects sont foisonnants et passionnants si l'on s'y penche.
Ce que cela m'évoque (si j'ai bien compris la question):
On parle beaucoup ici de bisexualité (tiens donc!) et j'y vois toujours deux aspects: Un aspect bi romantique, amoureux, relation et un aspect bi sexualité, érotique. Amour et/ou sensations.
Coté sensualité, sexualité, deux aspects aussi: Ceux et celles qui dissocient Amour et sexualité, ceux et celles qui ne dissocient pas.
Pour moi, la réponse est dans les pulsions, envies, désirs.
Curiosités, envies, pulsions. Il est en couple, hétéro, c'est venu de loin ou de profond en lui même ou du net ou comme ça, envie d'homme, envie de ce qu'une femme ne pourra pas offrir. Ce peut être n'importe quoi, un tête d'homme, une musculature d'homme, un sexe d'homme, un rapport aux choses d'homme ... c'est souvent en relation avec des aspects plutôt sexuels mais pas que. Tiens, ne serait ce que le fait que les hommes ont tendances à être souvent moins compliqués pour signifier leurs envies et désirs, c'est une aspect plutôt sexuel mais qui dépasse la sexualité brute. Enfin peu importe, juste quelque chose qu'un femme ne peut offrir.
Au féminin, une douceur de femme, une rondeur de femme, un corps de femme, un humour de femme, une vison des choses de femme, ... enfin tout ce qui s'avère typiquement féminin (et chacun voit cela selon sa conception). J'adore les seins. Je trouve donc tout à fait normal d'adorer les seins. Je trouve donc tout à fait naturel qu'une femme adore les seins. Une femme en couple avec un homme et qui adorerait les seins serait donc forcément tentée par une relation homo (en fantasme ou en vécu) (?). Il y a un film (titre, année, acteurs, oubliés) dans lequel elle demande "mais qu'est ce que les hommes t'apportent donc t'ils de plus" et il répond "veux tu que je te fasse un dessin", trivial mais assez juste, non?
Une envie de ce "même sexe" pour moi veut dire une envie de quelque chose de différent que cet "autre sexe". Nous sommes femmes, hommes, nous n'offrons pas les mêmes paradis.
En fait il ne faut sans doute pas voir ceci par opposition entre les sexes mais par complémentarité, quelque chose de plus. Cela ne dévalorise en rien "l'autre sexe", juste l'envie de ne pas se priver de ce "même sexe" en plus.
Ceci n'est une problématique purement bisexuelle, quelqu'un qui voudrait s'initier au libertinage ou au sado-masochisme ou tout autre serait exactement dans la même problématique : envie d'autre chose. Et ainsi de suite pour toute tentation sensuelle/sexuelle.
Mon propose est très limité au coté bi érotique, si ceci a du sens, avec toujours cet aspect jeux sensuels. C'est à dire que dans ce cadre la sensualité prime sur l'Amour.

Coté bi Amoureux, je ne sais pas, mais on tombe amoureux de qui on tombe amoureux non? On ne choisit pas. Ce serait là une attirance plus profonde, mais plus facile à comprendre, l'Amour avant la sensualité.

(Discrimination. On discrimine en amour, systématiquement, la moindre des choses. De là à ostensiblement l'afficher sur sites de rencontres, c'est pas malin).
Vous reprendrez un peu de café?

djune

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par djune » il y a 3 ans

Il parait que certains de nos sens sont plus aiguisés que d'autres. Souvent deux d'entre eux. Je me demande si les bibis qui ont besoin des deux sexes n'ont pas une sensibilité tactile plus accrue.

Quand je sculpte... je pense à la matière sous mes doigts, le grain, la texture, la diversité des argiles, des formes...

Je me demande aussi si ces bibis sont attirés par l'hermaphrodisme, ou si nécessairement les deux sexes se doivent d'être distinctes et séparés sur deux êtres ?

De mon côté, j'aime le mixte féminin/masculin physique et psychique d'une personne. La féminité et la masculinité à l'extrême ne me semblent pas naturel. Mais j'ai l'impression que tout le monde n'offre pas l'altérité fém./masc. de son identité, et pour la découvrir, l'apercevoir, chez eux ou chez l'autre, certains usent de miroirs humains.

« Face à autrui qui me possède en me voyant comme je ne me verrai jamais, je suis projet de récupération de mon être. » E. Levinas

Avatar du membre
Puki
Biberon
Biberon
Messages : 31
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : Difficile de me mettre dans une case...
Gender :
Âge : 31

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Puki » il y a 3 ans

Je te suis djune.
J'aime aussi cette ambivalence chez l'autre. Une femme avec ce quelque chose de 'masculin', tout comme je suis attirée par un homme avec une grande sensibilité. Le côté ultra viril de l'homme a tendance à me rebuter. Tout comme la féminité à outrance que je ne trouve pas naturelle également.
Sans tomber dans les stéréotypes des critères masculin/féminins évidemment...

Je n'avais jamais fait le lien avec la bisexualité...
" Ce n'est pas parce que nous jugeons qu'une chose est bonne que nous la désirons, mais c'est parce que nous la désirons que nous la jugeons bonne." B. Spinoza

Avatar du membre
Les Yeux Noirs
Biscuit
Biscuit
Messages : 2434
Enregistré le : il y a 10 ans
Orientation sexuelle : Bi
Âge : 39

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Les Yeux Noirs » il y a 3 ans

Si on regarde l'aspect purement physique, on peut comprendre qu'on puisse désirer différemment hommes et femmes, cf l'exemple des seins. À noter d'ailleurs qu'on réfléchit là en termes très binaires homme/femme cis.

Sur les rapports physiques, c'est déjà moins évident. En termes de pratique sexuelle, il y a moins de choses qui sont exclusives à un sexe ou à l'autre. Une femme peut tout à fait pénétrer par exemple, que ce soit avec ses doigts ou avec via des ustensiles en tous genres. Des rapports doux et sensuels ou au contraire sauvages peuvent à mon sens avoir lieu avec un ou une partenaire.

Et sur le plan de la personnalité, la distinction entre homme et femme est encore plus floue. Quels traits de caractère seraient uniquement féminins (ou masculins) et expliqueraient un besoin de l'autre sexe parce qu'on ne les trouverait pas chez un.e partenaire du premier sexe ? Il y a des hommes doux ça il peut y avoir des femmes qui ne le sont pas, pour reprendre une idée reçue très répandue...

De mon côté, j'aime les femmes (parce que les seins, parce que le corps moelleux, parce que certaines conversations sur la féminité...) mais ça n'est pas un besoin. En ce moment, j'ai deux partenaires masculins et ça me va aussi ;)

Avatar du membre
Geko
Biscotte
Biscotte
Messages : 363
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Est Nord-Est Sud
Localisation : Là, maintenant?
Gender :
Âge : 56

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Geko » il y a 3 ans

C'est drôle ce lissage, vous trouvez vraiment si peu de différences entre les femmes et les hommes? Je ne parle ni sensuellement si sexuellement, juste attitudement.
On s'arrête souvent au stéréotype homme doux, femme d'action, transgression maximum! Des hommes doux, y'en a pleins, les hommes sont souvent doux même, mais ils sont cependant des hommes. Des femmes pas douces, il y en a légion, elles sont bien femmes pourtant.
Un visage d'homme, un visage de femme, des vêtements d'homme, des vêtements de femmes, une conversation d'homme, une conversation de femme, un humour d'homme, un humour de femme, j'adore la compagnie des femmes, j'adore la compagnie des hommes, les conversations ne suivent pas les même schémas, les perceptions, les approches. C'est charmant d'ailleurs. En plus, des millions de nuances dans chaque sexe.
Pour ma part et cela n'engaqe que moi, je nous trouve très très différents, et c'est très bien ainsi, et très complémentaires éventuellement (enfin, quand on parvient à franchir la barrière entre les deux espèces, c'est génial).
Une femme, à l'allure masculine, j'adore, mais c'est justement parce que c'est une femme. Un homme, tiens, ce serait vraiment marrant l'aspect homme, l'aspect pas prise de tête, l'aspect on regarde le match de rugby après l'amour. On va me dire, ah un autre stéréotype! Mais statistiquement plus d'hommes regardent les matches de rugby (j'aurais pu dire foot). Et bien sûr dans la pallette humaine on trouvera bien sûr des femmes OK pour regarder le rugby après l'amour, et ce sera super sexy d'aillleurs, mais je m'égare.
Sexuellement, pénétration n'est pas tout (mon opinion encore), il y a le jeu, la transgression, l'envie. Pénétration par une femme par exemple est une jubilation en soi, parce que c'est une femme justement; pénétration par un homme est une autre jubilation en soi, parce que c'est un homme justement, les deux ne sont pas équivalente, c'est pas juste mécanique. Ce qui me bouleverse quand c'est une femme, c'est le cadeau, vis à vis d'un homme, c'est son plaisir d'homme justement.
Tout est bien bon, mais c'est pas pareil.
SI l'on était trop similaires, la vie, l'Amour, la bisexualité même manquerait soudain de sel.
Vous reprendrez un peu de café?

Avatar du membre
Les Yeux Noirs
Biscuit
Biscuit
Messages : 2434
Enregistré le : il y a 10 ans
Orientation sexuelle : Bi
Âge : 39

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Les Yeux Noirs » il y a 3 ans

Je ne dis pas qu'homme et femme sont similaires mais qu'il n'y a finalement que peu de traits qui sont vraiment réservés à un des deux sexes de façon exclusive. Et du coup, c'est pour moi autant une question de personne que de sexe. Il peut y avoir autant de différences entre deux femmes qu'entre un homme et une femme.

Billy the Kid
Bigoudi
Bigoudi
Messages : 240
Enregistré le : il y a 12 ans
Âge : 37

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Billy the Kid » il y a 3 ans

Merci à tous pour vos réponses :)

Hélas mon tel galère plus que jamais (j'ai littéralement mis une heure à taper ce message), je m'excuse donc de ne pas réponde à tous, mais j'apprécie toutes vos interventions.

Je m'excuse également si je semble "saucissonner" le message ci-dessous : je suis en parfait accord avec certains points et d'autres point illustrent exactement ce qui est obscur pour moi et que j'esperais aborder et peut-être éclaircir dans ce thread. Merci donc à vous (et pas seulement Geko même si son message est le seul que je cite) pour avoir répondu et en plus dans le sujet malgré mes difficultés à le formuler clairement.
Ce "découpage " à pour but justement de clarifier quels points sont précisément au coeur de mes interrogations.
Geko a écrit : C'est drôle ce lissage, vous trouvez vraiment si peu de différences entre les femmes et les hommes? Je ne parle ni sensuellement si sexuellement, juste attitudement.
Au contraire, justement.

Je trouve intéressant et qui revient très fréquemment quand ce sujet est abordé, c'est que ce soit interprété comme un "lissage".
Geko a écrit : SI l'on était trop similaires, la vie, l'Amour, la bisexualité même manquerait soudain de sel.
Tout à fait d'accord.
De mon point de vue, le lissage consisterait à uniformiser les individus selon leur genre, en leur attribuant des caractéristiques universelles au sein d'un genre donné.
Geko a écrit : On s'arrête souvent au stéréotype homme doux, femme d'action, transgression maximum! Des hommes doux, y'en a pleins, les hommes sont souvent doux même, mais ils sont cependant des hommes. Des femmes pas douces, il y en a légion, elles sont bien femmes pourtant.
Tout à fait d'accord.
Geko a écrit : Un visage d'homme, un visage de femme, des vêtements d'homme, des vêtements de femmes, une conversation d'homme, une conversation de femme, un humour d'homme, un humour de femme, j'adore la compagnie des femmes, j'adore la compagnie des hommes, les conversations ne suivent pas les même schémas, les perceptions, les approches. C'est charmant d'ailleurs. En plus, des millions de nuances dans chaque sexe.
C'est justement parce-que je ne sais pas ce qu'est "un humour d'homme", ou une "conversation de femme" (en dehors des clichés culturels auxquels je n'ai pas l'impression que vous fassiez référence ici) que j'ai ouvert ce thread :)
Geko a écrit : Pour ma part et cela n'engaqe que moi, je nous trouve très très différents, et c'est très bien ainsi, et très complémentaires éventuellement (enfin, quand on parvient à franchir la barrière entre les deux espèces, c'est génial).
Je nous trouve très différents aussi : nous individus de tous sexes et tous genres ou aucun. Je n'ai jamais eu l'impression en revanche que les genres constituaient des espèces différentes. Si il a pu m'arriver d'appliquer la métaphore à des gens avec lesquels je me sentais peu en commun où avec qui il semble peu probable de se comprendre, la différenciation se trouvait bien ailleurs que sur les lignes de genre.
Geko a écrit : Une femme, à l'allure masculine, j'adore, mais c'est justement parce que c'est une femme. Un homme, tiens, ce serait vraiment marrant l'aspect homme, l'aspect pas prise de tête, l'aspect on regarde le match de rugby après l'amour. On va me dire, ah un autre stéréotype! Mais statistiquement plus d'hommes regardent les matches de rugby (j'aurais pu dire foot). Et bien sûr dans la pallette humaine on trouvera bien sûr des femmes OK pour regarder le rugby après l'amour, et ce sera super sexy d'aillleurs, mais je m'égare.
Sexuellement, pénétration n'est pas tout (mon opinion encore), il y a le jeu, la transgression, l'envie. Pénétration par une femme par exemple est une jubilation en soi, parce que c'est une femme justement; pénétration par un homme est une autre jubilation en soi, parce que c'est un homme justement, les deux ne sont pas équivalente, c'est pas juste mécanique. Ce qui me bouleverse quand c'est une femme, c'est le cadeau, vis à vis d'un homme, c'est son plaisir d'homme justement.
Tout est bien bon, mais c'est pas pareil.
[/quote]
Vous mettez le doigt sur ce que j'espère comprendre sur ce thread.

Je passerai rapidement sur les statistiques qui ne sont pas l'objet du thread : si mon/ma pertenaire actuel/le n'aimait pas regarder le rugby après l'amour sans prise de tête, et que ça me manquait, je ressentirais un manque de rugby sans prise de tête après l'amour, et souhaiterais donc trouver quelqu'un qui comble ce manque. Statistiquement, sans autre critère, il est probable que ce soit un homme, mais ça ne signifie pas que ce qui me manquerait, ce serait "un homme".

Pour le reste, en revanche, je suis très intéressé par comprendre justement en quoi "c'est pas pareil". C'est précisément ces ressentis chez les divers intervenants qui m'intéressent.
Jouir de ce que l'on possède, plutôt que de crever de ce qu'on n'a pas.
Ne rien attendre, et s'attendre à tout.

Avatar du membre
Geko
Biscotte
Biscotte
Messages : 363
Enregistré le : il y a 4 ans
Orientation sexuelle : Est Nord-Est Sud
Localisation : Là, maintenant?
Gender :
Âge : 56

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par Geko » il y a 3 ans

Sujet passionnant mais difficile tant il est difficile de généraliser, de ne pas tomber dans les stéréotypes et tant les expériences et perceptions de chacun sont différentes et variées.
"Espèces", c'était exeuprès. J'ai aimé forcer sur l'image car bien que nous soyons si semblables je nous trouve si différents, ce qui n'engage que moi.
Finalement, cela ne se justifie pas, c'est perso, même très perso. Finalement je ne me suis jamais "habitué" au genre. Pour moi c'est très marqué, très marquant. Donc je suis forcément très sensible au genre. Pour Jacques ou Marie-Françoise , ce peut être à 180 degrés ou à des années-lumière.
Et oui aux yeux noirs, tant de différences entre des individus de même sexe! Parfois sans doute bien plus insondables qu'entre individus de sexes différents.
Et oui encore, nous ne parlons qu'hommes et femmes. De plus nous prenons très peu en compte en plus ce qu'en penserait une Afghane ou un Dayak.

Généralisation semble donc impossible. Partir de nos expériences personnelles alors? Mais elle sont donc bien anecdotiques et pas définition très peu généralisables.

Alors, deux motivations qui me sont personnelles:
- Avoir un ami avec qui la relation pourrait être aussi tendre, complice, charmante que celle que je suis habitué à développer avec une femme, au sein de laquelle ou pourrait discuter sans barrières (et là je suis pris au piège, je viens de calquer mon souhait de rapport à un homme sur mon habitudes de rapport aux femmes, parce que l'essentiel de ma vie à défini les choses ainsi. Je n'avais qu'à être bi plus tôt et j'aurais sans doute connu une telle relation tout naturellement. Néanmoins par ailleurs, en raison de pas mal de "testostérone" (concept fourre-tout), il est tout de même difficile d'entrer de plein pied dans une relation totalement ouverte et neutre avec un homme, il faut souvent en général batailler un peu d'abord avant d'entrer en terrain calme).
"Donc tu voudrais un ami-amant homme avec qui tu pourrais avoir le type de relation que tu entretiens avec des amies-amantes femmes ?", Oui, et c'est important que justement ce soit avec un homme, créer ce rapport là au masculin. Et on regarderait aussi le rugby avec une bière.
- Sexuellement: Le pénis. Mon attirance sensuelle sexuelle pour les hommes est centrée sur le sexe de l'homme. Voir ce désir provoqué, me sentir fier d'en être à l'origine, regarder, toucher, caresser etc ... Et là, pas de lissage homme-femme possible.
Vous reprendrez un peu de café?

djune

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par djune » il y a 3 ans

Ça me semble lié à des croyances personnelles.

Il y a pas spécifiquement d'humour d'homme et d'humour de femme, comme il n'y a pas de métier d'homme ou de métier de femme. Juste d'autres façons de faire.

Les différences sont sur l'individu en lui même, pas sur son genre.

Je dirais que c'est lié également à nos sens.

On peut être hétéro et trouver que son pote a une des plus belles paires de fesses au monde, juste parce qu'on est sensible à la beauté structurelle de certaines formes visuellement. Comme à certaines odeurs, un certain timbre de voix, une sensation tactile spécifique...

Avatar du membre
BradX
Biberon
Biberon
Messages : 29
Enregistré le : il y a 3 ans
Orientation sexuelle : Bi
Localisation : Expat
Gender :
Âge : 27

Re: Aimer un genre/un sexe

Message par BradX » il y a 2 ans

Pour ma part, avec le temps je pense que je deviens un peu "sapio" dans le sens où je recherche davantage une personnalité plutôt qu'un sexe.
Ce que je vais rechercher chez un gars n'est pas du tout la même chose chez une fille.
Je ne cherche pas un mec doux et attentionné, par contre une fille qui est trop dure, et qui n'a pas trop d'intérêt câlin etc avec moi ça va pas.
Chez un gars je rechercherai plutôt une complicité masculine type bromance, avec une fille je recherche une affectivité forte.
Le physique pour moi est pas spécialement important c'est à dire que je n'ai pas de garçon ou de fille type, mais j'ai un profil psy type par contre (d'où je dis je suis peut être plus sapio). Malgré tout le physique a une importance, je ne pense pas pouvoir être avec quelqu'un juste par pur-esprit.

Je pense que le sexe est purement culturel avec une expression de nos goûts bien sûr. Je ne pense pas qu'on tombe amoureux d'un sexe, mais d'une personne.
Pour ma part, je sais qu'il est important pour moi d'avoir un ami avec une grande confiance, mais je ne pourrai jamais me mettre en couple avec un gars, car il ne pourra pas m'apporter ce qu'une femme peut m'apporter. Donc, on pourrait me dire que je tombe amoureux d'un sexe, malgré tout. Je ne pense pas, car la dimension affective chez moi l'emporte sur le sexe.

Le sexe chez moi est moins important que les sentiments et l'affection. Par exemple : un plan cul pour moi revient à la même chose que de se masturber. Le plaisir est avant tout dans les sentiments et l'affection. Et cette différence homme / femme se construit sur le fait que je ne donne pas la même affection à un homme qu'à une femme.

Voilà, j'espère avoir répondu à ta question.

Sinon, ce genre de question est de type universitaire. Je t'encourage à aller consulter des ouvrages de sexualité et de genre en bibliothèque universitaire sinon sur internet avec une base donnée google scholar...

Je pense que la sexualité est à étudier, car nous avons oublié et nié notre part animal.
Pensez-vous qu'un chien ou un autre mammifère qui a une relation sexuelle avec le même sexe se pose les mêmes questions que nous ? XD
Parfois, on ferait mieux d'arrêter de réfléchir je trouve, ça limiterait les bêtises de certain.e.s. et de se libérer sans se poser de questions !
Mais dur, car c'est la réflexion de l'autre et de l'image qu'il nous renvoie qui nous fait peur ;) OSONS !
L'orientation sexuelle est un concept occidental auquel je ne crois pas.
Love is love. Il n'y a que ça de vrai !
BradX loves you and every creature of Earth animated or inanimated <3

Répondre